Catégories
Écrire un roman

Passez le prologue !

Les écrivains ont une histoire d’amour avec le prologue. Vous savez, ce chapitre avant le chapitre inséré au début d’un livre, destiné à fournir au lecteur des informations importantes qu’il doit connaître, afin que l’écrivain et lui soient sur la même longueur d’onde lorsqu’ils se plongent dans le « vrai » début de l’histoire.

Les lecteurs, quant à eux, ont tendance à considérer le prologue avec une émotion qui se situe quelque part entre la confusion et le dédain pur et simple. Les prologues, trop souvent, ne sont rien d’autre que de grosses pierres d’achoppement entre eux et des histoires potentiellement juteuses.

Pourquoi cette disparité ? Et qui a raison – l’auteur ou le lecteur ? La réponse à la deuxième question devrait être on ne peut plus claire pour quiconque a passé plus d’un an à pondre des romans : le lecteur a raison. Si le lecteur n’aime pas un texte, celui-ci se retrouvera dans la corbeille plus vite que le lait tourné. Les écrivains feraient donc bien de s’asseoir et de prendre des notes. Demandez à la plupart des lecteurs du monde entier, et ils vous diront sans équivoque qu’ils ont tendance à sauter le prologue.

Les écrivains devraient peut-être faire de même.

Le problème des prologues

Les prologues, à de très rares exceptions près, sont l’exemple même de l’écrivain qui veut tenir la main de son lecteur. M. l’écrivain pense que le lecteur ne pourra pas comprendre l’histoire de fond sans un peu d’aide, alors il l’explique dans les moindres détails.

À première vue, ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Après tout, « la généralité est la mort du roman ». Le manque d’informations sape l’ensemble de l’arc de l’histoire et laisse le lecteur dans l’incertitude et l’insatisfaction. Mais les prologues sont-ils vraiment le meilleur moyen de fournir ces informations nécessaires ? Ou bien les risques sont-ils plus importants que les avantages ?

Pensez à vos propres expériences de lecture. Appréciez-vous les prologues ? Soyez honnête : lisez-vous même les prologues la plupart du temps ? Même le prologue le plus brillamment écrit et le plus attrayant est susceptible de présenter des défauts dangereux et inhérents. Le principal de ces défauts est le fait que les prologues obligent les lecteurs à commencer une histoire deux fois. Tout investissement émotionnel qu’il a pu accorder à votre histoire est détruit par le changement de temps, de cadre et de personnage qui a lieu lorsqu’il tourne la page et se retrouve à regarder le « Chapitre 1 » en caractères gras.

Comment éviter le prologue et prospérer ?

J’entends les écrivains du monde entier s’écrier :  » Mais les informations de mon prologue sont vitales ! Mon histoire ne fonctionnera tout simplement pas sans prologue !

N’est-ce pas ?

Examinez de plus près votre premier chapitre. En général, vous constaterez qu’un premier chapitre solide (qui est indispensable, avec ou sans prologue) constitue une meilleure ouverture pour votre histoire qu’un prologue. Trop souvent, les prologues ne sont guère plus que des décharges d’informations. C’est, après tout, leur but premier. Et c’est là que réside le problème : les prologues sont destinés à transmettre des informations, pas à accrocher le lecteur. Aussi convaincantes que soient vos informations, sans accroche, vos lecteurs potentiels ne sont pas là.

Au fil des ans, j’ai écrit plus de prologues que je n’aime à le penser. Mais voici ce qui est surprenant : sans exception, mes histoires étaient plus fortes sans les prologues. Presque sans exception, les prologues étaient si peu essentiels que j’ai pu les supprimer complètement. Et, ce faisant, j’ai évité au lecteur de s’échiner à lire des paragraphes d’informations soudainement non essentielles, et je me suis évité de perdre l’attention de mes lecteurs avant même d’avoir commencé.

Réfléchissez bien. Pouvez-vous trouver un moyen de rassembler ces informations « vitales » plus tard dans l’histoire ? La backstory est beaucoup plus efficace lorsque le lecteur a une raison de s’intéresser à vos personnages. Quant aux flashbacks : Si l’événement qui fait l’objet d’un flash-back est suffisamment important pour faire l’objet d’une scène à part entière, il est probablement suffisamment important pour mériter une place dans l’histoire proprement dite.

Alors, laissez tomber la gomme, faites chauffer la touche de suppression, et commencez à sauter des prologues !

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire