Catégories
Écrire un roman

5 manières d’écrire un premier jet parfait (ou presque)

« Le premier jet ». Y a-t-il un terme plus susceptible d’évoquer un mélange aussi poignant d’anticipation et de crainte ?

De l’anticipation, bien sûr, parce que c’est nous qui écrivons, c’est nous qui racontons notre histoire !

Et de la crainte, bien sûr, parce que nous sommes sur le point de nous exposer à des mois, voire des années, d’agonie et de frustration alors que nous avançons aveuglément vers une ligne d’arrivée dont nous ne sommes même pas sûrs qu’elle existe encore.

Et puis, lorsque nous atteindrons cette ligne d’arrivée, le manuscrit que nous obtiendrons sera probablement dans un état tellement désastreux que nous devrons tout recommencer avec des révisions tout aussi difficiles.

C’est comme ça, n’est-ce pas ? C’est Ernest Hemingway qui nous a dit, de façon colorée et célèbre, que les premières ébauches ne sont jamais bonnes.

Tout premier jet est de la merde

Ernest Hermingway

Sauf que – est-ce vraiment vrai ? Les premiers jets doivent-ils être mauvais ?

Peut-être pas si vous êtes un génie, non ? Peut-être pas si votre sensibilité et vos compétences en matière d’écriture sont si grandes qu’il vous suffit de toucher du bout des doigts le clavier pour que la perfection s’en dégage comme de petites licornes scintillantes qui font des claquettes sur les touches.

Malheureusement, bien sûr, ce n’est pas vous, et ce n’est pas moi. Il semble donc qu’il va falloir garder les lèvres serrées et continuer à produire ces premières ébauches un peu nazes.

Exceptionnellement, non. Aujourd’hui, je suis ici pour vous dire que n’importe qui peut écrire un premier jet presque parfait.

Pourquoi nous aimons l’idée de la première ébauche brouillon

Avant même de penser à écrire un premier jet parfait, vous devez d’abord vous demander pourquoi tant d’écrivains pensent que c’est une idée impossible (un peu comme Shangri-La ou la Fontaine de Jouvence).

Très peu d’écrivains peuvent lire des déclarations comme le conseil d’écriture n°2 de Joyce Carol Oates sans qu’au moins une petite partie d’entre nous les acclame :

Les premières ébauches, c’est l’enfer. Les versions finales, le paradis.

Pourquoi applaudisson-nous ?

Parce que nous adhérons à cette idée, bien sûr. Nous avons tous écrit des premiers jets horribles et misérables. C’est juste agréable de savoir que nous ne sommes pas seuls. Si Hemingway et Oates et tant d’autres génies se battent avec leurs premières ébauches, eh bien, alors, ouf ! je suppose que je ne me débrouille pas si mal après tout.

De plus, les mauvaises premières ébauches ne sont qu’une partie du voyage d’écriture. Quand on commence (et peut-être pendant de nombreuses années après), on écrit des bêtises. Il n’y a rien de mal à cela. (Je ne vous montrerai pas mes premiers manuscrits si vous me promettez de ne pas me montrer les vôtres.) Mais qui dit que les premiers jets médiocres ne peuvent pas être juste une partie du processus ? Qui a dit que vous deviez rester coincée dans la contrée des premiers-jets-médiocres pour toute votre carrière d’écrivain ?

Qui dit cela ? Très bien, très bien, donc oui, en fait, il y a beaucoup d’écrivains respectés qui semblent dire exactement cela. Par exemple, dans son livre « Le mensonge qui dit la vérité », John Dufresne dit

Attendre trop d’une première ébauche est l’erreur la plus courante des écrivains débutants, et cela conduit à la frustration et à la déception…. Vous devez vous permettre d’échouer. Vous n’écrivez qu’une première ébauche pour avoir quelque chose à réviser.

À ce propos, je voudrais souligner deux choses :

  1. Il dit « les écrivains débutants » – pas tous les écrivains jusqu’à la fin des temps.
  2. Il dit que « vous n’écrivez qu’une première ébauche pour avoir quelque chose à réviser ». Peut-être oui, peut-être non. Cela dépend entièrement de votre processus et de vos priorités – dont nous allons parler dans une seconde.

Mais il poursuit en disant quelque chose de très intéressant :

Nelson Algren a dit qu’il avait continué à écrire jusqu’à ce que son histoire trouve sa propre intrigue. (Je dois avouer que je travaille de la même manière inefficace).

Hmm, inefficace. Cela ne me semble pas être la fin du chemin. Cela semble être un problème qui peut être résolu !

4 Inconvénients d’un premier jet médiocre

Si vous vous permettez délibérément de vous asseoir et d’écrire un premier jet difficile – en pensant que cela créera une meilleure histoire à long terme – vous pouvez en effet engranger de bons résultats.

Par exemple, vous pouvez écrire plus rapidement et plus intuitivement. Vous serez peut-être plus motivé pour mettre des mots sur le papier, ce qui, bien sûr, est la finalité. Il vous sera peut-être plus facile de faire obstacle au départ à votre infernal censeur interne. Certains d’entre vous s’amuseront peut-être même davantage à écrire de cette façon.

Il n’y a rien de mal à cela. Il est important de savoir ce que vous gagnez par les méthodes que vous employez. Mais il est également important de savoir ce que vous sacrifiez, afin de pouvoir déterminer si les gains et les pertes s’équilibrent.

Voici quatre des inconvénients les plus courants auxquels les écrivains sont confrontés lorsqu’ils rédigent des premiers jets délibérément brouillons :

1. Vous obtenez un… premier jet médiocre

De toute évidence, le plus grand inconvénient – comme Hemingway, Oates et Dufresne vous le diront tous – est que l’on ne se retrouve pas avec un manuscrit serré et propre. Au contraire, vous avez beaucoup plus de chances de vous retrouver avec ce gros gâchis promis.

2. Vous vous demandez si vous êtes un écrivain médiocre

Le résultat de cette ébauche médiocre est qu’il est très probable que vous la regardiez avec désespoir et que vous combattiez des sentiments déprimants qui vous disent que vous êtes aussi un écrivain médiocre. Après tout, la preuve est concrète, n’est-ce pas ? Au lieu de vous sentir fier de votre accomplissement lorsque vous commencez à le relire, vous pourriez plutôt avoir envie de vous cacher sous les couvertures pendant quelques jours.

3. Vous êtes confronté à des révisions épuisantes et frustrantes

Mais bien sûr, on ne se cache pas. Vous êtes un écrivain et les écrivains ont tendance à souffrir de cette tristement célèbre compulsion du « jamais-jamais-jamais-abandonner ». Alors vous sortez du lit et vous commencez à corriger ce tas d’inepties. Et vous éditez. Et vous éditez. Et vous éditez. Et vous éditez. C’est épuisant et, pire encore, c’est souvent frustrant parce que vous n’avez toujours pas une idée claire de ce qui a mal tourné ou de la façon de le réparer. Vous ne faites que vous frayer un chemin à travers.

4. Votre histoire passe à côté de la perfection biologique

William Sloane, romancier et éditeur de fiction, a souligné :

Plus de fictions échouent parce que l’auteur n’a pas eu la discipline et l’ingéniosité nécessaires pour fournir et maintenir un moyen de perception que pour toute autre raison.

Vous n’aurez jamais la possibilité d’écrire qu’un seul premier jet. Ce projet est votre plus grande chance de ne pas seulement créer de la cohésion et de la beauté, mais de les créer de façon organique. Les révisions sont géniales – Dieu sait que nous en avons tous besoin – mais elles sont rarement à la hauteur de l’énergie et de l’éclat qui se dégagent de cette première ruée du récit.

5 façons de rédiger une première ébauche (presque) parfaite

Je croyais de tout cœur à tous ces trucs sur les premiers jets médiocres. J’y croyais surtout parce que j’ai écrit des premiers jets de mauvaise qualité, puis j’ai dû m’astreindre à l’agonie de révisions difficiles.

Mais ensuite, quelque chose d’assez cool a commencé à se produire. À peu près au moment où j’ai commencé à écrire le livre 8 de mes 11 livres actuels, mes révisions ont commencé à devenir infiniment plus faciles. Au point d’en rire, tellement c’était facile.

Pourquoi ?

Parce que mes premières ébauches étaient si bien rédigées. Pendant un certain temps, j’ai commencé à me demander si je n’étais pas en train de me voiler la face. Mais non, mes partenaires critiques et mes éditeurs me disaient à peu près la même chose. Je devais encore faire des révisions, bien sûr. Mais il s’agissait de modifications, et non de réécritures. Les versions finales de mes deux derniers romans ont été extraordinairement proches des premières ébauches. Et, qui plus est, ils ont été un vrai plaisir à écrire.

Cela s’est produit parce que j’ai commencé à rejeter l’idée que les premiers jets ne pouvaient pas être excellentes et j’ai commencé à utiliser les cinq étapes suivantes pour m’aider à planifier et à créer les meilleures premières ébauches possibles que j’avais en moi. Comme le dit le célèbre écrivain de nouvelles Brent van Staalduinen :

Il y a une beauté, je pense, à écrire des premiers jets de qualité. Je déteste les qualifier de “brouillons”, car j’écris lentement et délibérément et j’aime les premiers jets lisibles. J’ai essayé d’écrire avec un … premier jet d’abandon, mais le travail n’est pas aussi satisfaisant.

1. Ne commencez pas avec le premier jet

Quel est le secret pour écrire un bon premier jet ? Facile. On ne commence pas avec le premier jet. Comme nous en avons parlé, la narration et l’écriture sont en fait deux compétences totalement différentes. Trop souvent, lorsque nous essayons de faire les deux à la fois dans la première version, ils finissent par se gêner mutuellement.

Stephen Covey explique :

…toutes les choses sont créées deux fois. Il y a une création mentale (première) et une création physique (deuxième). Le physique suit le mental, tout comme un bâtiment suit un plan.

C’est pourquoi la préparation est un outil si puissant dans l’arsenal de l’écrivain. Il vous permet d’organiser vos pensées, de considérer le processus logique de cause à effet dans vos intrigues et de créer une feuille de route avant de vous lancer dans la folle aventure qui consiste à mettre de beaux mots sur le papier.

2. Posez toutes les bonnes questions (et les plus difficiles)

La narration est une équation de questions et de réponses. Quelque chose n’a pas de sens dans la progression des actions et des réactions de nos personnages ? Très bien, nous devons donc nous interroger à ce sujet. Nous devons reconnaître les lacunes de l’intrigue et trouver les bonnes réponses pour les combler.

Non seulement c’est beaucoup plus facile et moins long dans la phase de préparation, mais c’est aussi plus puissant. Cela vous permet de faire appel à votre cerveau logique pour examiner vos choix. Vous vous contentez de répondre à la première réponse évidente qui vous vient à l’esprit et de l’écrire ? Ou bien prenez-vous un moment pour vraiment réfléchir, non seulement aux conséquences de votre choix sur l’intrigue, mais aussi pour savoir si vous creusez aussi profondément que possible pour trouver la possibilité la plus créative et la plus originale ?

Lors de la rédaction du premier jet, notre cerveau est encombré par une centaine de demandes différentes, à tel point qu’il est facile d’être trop distrait pour prendre du recul objectivement et réaliser que nous n’exploitons pas toutes les possibilités.

3. Trouvez et harmonisez les intrigues, les personnages et les thèmes

L’une des principales raisons de l’échec des premiers jets est qu’ils présentent de manière incorrecte le triangle symbiotique de l’intrigue, des personnages et du thème. Si l’auteur n’était pas au courant de l’existence de l’un de ces éléments dans la première version, elle devait les découvrir dans la première version.

Intrigue + Personnage = Thème

Cela se produit rarement de manière cohérente dans une premier jet précipité. L’intrigue est peut-être là dès le début, mais l’arc des personnages ne devient clair qu’à mi-chemin, et le thème est alors détourné dans un effort pour qu’il ait un sens à temps pour la rencontre finale.

Bien que cela puisse (et même doive) être corrigé lors des révisions, vous n’aurez jamais l’occasion de le faire de manière aussi organique que lors de la rédaction initiale du premier projet.

4. Organisez les tâches de votre cerveau

Les différentes facettes du cerveau ne fonctionnent pas tant en simultané qu’en concertation, en poussant et en tirant, chaque partie à sa place. Le problème ici est que la première ébauche est en grande partie un effort créatif. La logique nous oblige à sortir de la zone de création rapide de mots, afin que nous puissions examiner attentivement la situation dans son ensemble.

Parce que la plupart des écrivains comprennent instinctivement qu’employer la logique au mauvais endroit peut facilement les déstabiliser, ils entrent généralement dans les premières ébauches par la porte avec le panneau qui dit : À toi qui entre ici, Abandonne la logique.

Mais, bien sûr, on ne peut pas plus écrire une bonne histoire sans logique que sans créativité.

C’est pourquoi il est utile de faire le plus possible de réflexions logiques avant de se jeter dans l’étreinte enivrante de la muse. Ne taxez pas votre cerveau en lui faisant faire des choses qu’il ne veut pas faire. Travaillez plutôt avec lui pour optimiser ses capacités et son rendement.

5. Faites confiance à votre préparation : Ecrivez comme le vent

D’accord, super, vous vous dites. Mais tout cela n’a rien à voir avec la rédaction du premier jet. Qu’en est-il ?

Cela, mon amie, c’est maintenant la partie facile. C’est là que vous vous asseyez au clavier et que vous commencez à taper comme une folle joyeuse. Vous avez déjà créé une histoire solide. Vous avez déjà répondu à vos propres questions les plus importantes : Est-ce que cela fonctionne ? Comment cela fonctionne-t-il ? Quels sont les pièges de l’intrigue dont je dois être consciente et comment puis-je les contourner ?

La clé est maintenant de faire confiance à votre planification. Ne commencez pas à vous remettre en question. Ecrivez avec exactement le même abandon qu’avant, quand vous écriviez des premiers jets médiocres. Non, en fait, écrivez avec encore plus d’abandon. Écrivez rapidement, faites confiance au processus biologique et ne vous laissez pas emporter par le doute.

Rédigerez-vous une première ébauche parfaite ? Non. Vous aurez toujours des fautes de frappe, des phrases maladroites et, oui, probablement quelques petits trous dans l’intrigue qui se seront glissés dans les fissures. Mais je vous garantis que vous aurez rédigé un premier jet relativement parfait qui nécessitera beaucoup moins de révisions en fin de parcours.

Donnez-moi votre avis ! Quel est le premier jet le plus horrible que vous ayez jamais écrit et quel est le premier jet le plus parfait que vous ayez jamais écrit ? Selon vous, qu’est-ce qui a fait la différence ? Dites-le-moi dans les commentaires !

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire