Catégories
Écrire un roman

L’arme secrète de la narration : la quatrième de couverture

Quelle est la première chose que la plupart des lecteurs regardent lorsqu’ils prennent un livre ? S’ils me ressemblent, leur attention est d’abord attirée par la couverture, le titre et le nom de l’auteur, puis ils retournent le livre et jettent un coup d’œil à la couverture arrière ou au rabat intérieur de la jaquette. C’est là que se prennent ces décisions cruciales en une fraction de seconde (acheter ou ne pas acheter ?), et c’est aussi là que le lecteur fera sa première rencontre avec votre histoire, votre intrigue et vos personnages.

Il ne s’agit pas ici d’écrire un texte choc, mais plutôt de réaliser et d’utiliser la puissance de ce résumé dans l’histoire elle-même. Dans combien de livres avez-vous creusé sans rien connaître du postulat ? La plupart d’entre nous scannent au moins la couverture arrière avant d’ouvrir le premier chapitre. Après tout, pourquoi perdre notre temps quand nous pouvons utiliser les informations cruciales au dos pour restreindre nos choix de lecture ? Ce n’est qu’une habitude de lecteur averti.

Mais qu’est-ce que cela signifie pour les écrivains (à part le fait qu’une mauvaise couverture entraîne de mauvaises ventes) ?

Le premier chapitre n’est pas votre première occasion de communiquer des informations aux lecteurs

Trop souvent, nous sommes confrontés à l’impossibilité d’intégrer des informations « cruciales » dans le premier chapitre. Nous nous approchons du terrain, la balle à la main, en nous comportant comme si le lecteur ne connaissait même pas les règles du jeu. Mais si notre lecteur avisé a lu la couverture arrière, il sait probablement déjà pas mal de choses, notamment :

  • Le nom du héros,
  • Sa profession,
  • Le cadre,
  • Le conflit de base,
  • La force antagoniste,
  • Le thème.

La couverture arrière est un élément crucial de l’expérience de lecture. Non seulement elle crée certaines idées préconçues et attentes, auxquelles l’auteur doit répondre, mais elle les crée aussi avec plus de certitude que les présages que l’on trouve dans les pages elles-mêmes. Parce que les informations figurant sur la quatrième de couverture sont présentées comme des faits, et parce que la voix narrative d’un résumé est considérée comme fiable, les lecteurs s’attendent toujours à ce que les promesses figurant sur la quatrième de couverture soient respectées avec précision.

Cette connaissance est souvent (sinon toujours) négligée par les auteurs. Et, ce faisant, non seulement nous négligeons la possibilité d’utiliser la quatrième de couverture à notre avantage, mais nous en abusons même.

Comment les écrivains abusent de la couverture arrière de leur livre

Des dizaines de romans commencent le premier chapitre en bombardant les lecteurs avec des informations qu’ils ont déjà apprises sur la couverture arrière. Inévitablement, dans ces situations, je me tortille et je pousse mentalement l’auteur à aller de l’avant. Le suspense soigneusement construit ne me trompe pas quand je connais déjà le principe de base.

Pour partir sur une petite tangente : Le film par ailleurs merveilleux de 2003, Master and Commander : de l’autre côté du monde contient une scène qui me fait toujours rouler les yeux. Dans la séquence d’ouverture du film, alors que l’appel aux armes est battu, la caméra nous montre le capitaine du navire (sans visage) se bousculant dans sa ceinture d’épée et son manteau et se préparant à monter sur le pont. Puis, soudain, la caméra fait un panoramique spectaculaire et révèle – surprise ! – Russell Crowe.

Seulement, je n’ai pas été surprise car, naturellement, j’avais vu la pochette du DVD (ou l’affiche de cinéma) et je savais qui jouait dans le film.

Les informations sur la couverture arrière créent souvent une situation similaire. En tant qu’auteurs, nous construisons soigneusement nos accroches d’ouverture (l’accroche qui révélera la prémisse au lecteur), mais nous oublions que le lecteur est généralement déjà au courant de cette prémisse. Nous risquons donc de voir notre style d’auteur négligé ou même méprisé.

Comment utiliser la quatrième de couverture du livre

Le fait de reconnaître l’importance de la quatrième de couverture vous permet de profiter d’une petite marge de manœuvre pour élaborer à la fois votre chapitre d’ouverture et le suspense général tout au long du roman. Bien sûr, un bon résumé donne le moins possible d’informations cruciales sur l’intrigue. Nous voulons toujours que nos lecteurs en sachent le moins possible sur nos points culminants. Mais cela signifie aussi que nous pouvons tirer parti de ce qu’ils savent.

Dans un sens, la quatrième de couverture est une mini-accroche avant l’accroche. Si le résumé au dos ne l’attrape pas, le lecteur ne se retournera probablement pas sur le premier chapitre. Cela crée deux opportunités très importantes pour l’auteur :

  1. Nous n’avons pas à nous soucier de tout expliquer dans la scène d’ouverture.
  2. Nous devons faire attention à trouver le bon équilibre entre expliquer les nécessités et ennuyer le lecteur avec ce qu’il sait déjà.

Un mot de prudence : Bien que les auteurs, en concevant leurs ouvertures, négligent généralement la quatrième de couverture, n’oubliez pas que tous les lecteurs ne lisent pas la quatrième de couverture. Et ceux qui le font ne lisent pas toujours tous les mots. L’histoire entre les couvertures doit être complète en soi. Nous ne pouvons pas nous appuyer sur la quatrième de couverture comme une béquille pour nos lacunes narratives. Mais ce n’est pas une excuse pour ne pas en être conscient et ne pas en connaître les effets sur nos lecteurs.

Donnez-moi votre avis : Quelles informations le texte de la quatrième de couverture de votre livre fournira-t-il aux lecteurs avant même qu’ils n’ouvrent le livre ?

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire