Catégories
Écrire un roman

Montrer et raconter : La manière simple et rapide de faire la différence

On peut dire que la règle la plus importante de la fiction est le vieil adage “Show, don’t tell”, “Montrez, ne racontez pas”! Cela semble simple, n’est-ce pas ? Et pourtant, de nombreux auteurs inexpérimentés (et certains pas si inexpérimentés) se débattent avec ce principe fondamental de montrer et de raconter. Après tout, l’écriture n’est-elle pas toujours révélatrice ? Chaque mot que nous écrivons a pour but exprès de dire au lecteur ce qu’il est censé imaginer. N’est-ce pas ?

La réponse est simple : oui. La réponse pas si simple est oui et non. Personnellement, j’ai toujours pensé que l’aphorisme « montrer et raconter » était mauvais, simplement parce que, pour un écrivain, montrer et raconter les deux revient à la même chose : expliquer une histoire aux lecteurs.

Alors quelle est la différence ?

Montrer et raconter : L’explication succincte

Raconter, c’est résumer. Le récit donne aux lecteurs les faits bruts, avec peu ou pas d’illustration.

Montrer, c’est élaborer. Montrer donne aux lecteurs les détails d’une scène, notamment ce que le ou les personnages voient, entendent, touchent, goûtent, sentent, pensent et ressentent sur le plan émotionnel.

Montrer et raconter : La longue explication

Les différences entre montrer et raconter sont peut-être mieux reconnues dans les exemples concrets. Voici quelques bribes modifiées de mon roman de fantasy Dreamlander.

Raconter :

Orias a fui les soldats. Son cheval a sauté sur une branche d’arbre tombée. Il a entendu quelqu’un lui crier d’arrêter, et il s’est senti nerveux. Les soldats se sont arrêtés et ont pointé leurs fusils sur lui.

Montrer :

De l’arrière est venu le martèlement des sabots. Des branches d’arbre fouettaient le visage d’Orias et recouvraient sa selle de feuilles. Il grinça des dents, le visage plongé dans le grondement qui était devenu sa protection contre un monde injuste. Ils n’allaient pas l’attraper. Ils ne pouvaient pas l’attraper.

Il éperonnait les flancs ensanglantés de son cheval, et ses doigts le démangeaient d’atteindre le sabre gainé sur son dos. Son sang battait dans ses veines, pulsant contre la blancheur de sa peau, aiguisant ses réflexes, réduisant ses pensées à l’intensité d’un rasoir.

Son cheval fatigué trébucha, et les sabots derrière lui se rapprochèrent. Des voix crièrent : « Arrêtez maintenant ! Au nom de Mactalde, rendez vous ! »

Il cracha un serment et esquiva une autre branche d’arbre. Même le nom de l’homme – bien qu’il ait été mort pendant vingt ans – brûlait dans l’air comme une malédiction.

Les bruits de sabots ralentirent et s’estompèrent, surpassés par le bruit rapide des fusils qui s’élèvent pour viser et le clic des gachettes qui se verrouillent en place. Le sang d’Orias se figea dans ses veines.

La différence, bien sûr, est immédiatement perceptible. Le premier exemple donne au lecteur les faits nécessaires, mais le second donne vie à ces faits.

Et comment s’y prendre pour donner vie à ces faits nécessaires ? Ce n’est pas une question à laquelle on peut répondre en une ou deux phrases, simplement parce que toute la fiction est une question de spectacle. Chaque étape, chaque truc, chaque nuance de la fiction a pour but explicite de donner vie aux décors et aux personnages. Aucun auteur ne maîtrisera jamais l’art de montrer, tout simplement parce qu’aucun auteur ne maîtrisera jamais l’art de la fiction. La perfection dans ce domaine, comme dans tous les autres, est une chose que nous recherchons tous.

Par conséquent, la réponse évidente à notre question est simplement de continuer à perfectionner chaque domaine de votre métier. Si vous ne pouvez améliorer qu’un seul domaine mineur du développement de l’intrigue ou des personnages, vous aurez également amélioré votre maîtrise de la présentation. Cela dit, voici quelques suggestions plus précises pour vous concentrer sur ce battement de cœur du métier.

1. Se concentrer sur les sens

La façon la plus simple de donner vie à une scène est probablement de se concentrer sur l’un ou l’ensemble des cinq sens. Dites au lecteur ce que le personnage voit ou sent. Si votre scène se déroule au milieu d’une tempête de pluie estivale, mentionnez l’odeur de l’asphalte mouillé et le chatoiement du pétrole dans une flaque de boue.

Au lieu de vous contenter de dire que votre personnage est entré dans un magasin de fleurs – et de laisser au lecteur le soin de remplir les détails – montrez-nous ce que le personnage rencontre. Parlez-nous de la sonnerie de la cloche au-dessus de l’entrée, parlez des éclaboussures d’écarlate et de jaune, de l’air parfumé. Utilisez votre imagination, creusez profondément pour trouver des petits détails qui feront surgir la scène dans l’imagination du lecteur.

Mais n’allez pas trop loin dans vos descriptions. En particulier à l’époque où la télévision est omniprésente, la plupart des lecteurs ne sont pas assez patients pour feuilleter les pages de description (même si elles sont très réalistes). Vous devez plutôt sélectionner une poignée de détails importants et les disséminer dans votre action et votre dialogue.

2. Utilisez un langage vivant

La précision est le sang de la vie de la fiction. Vous pouvez écrire sur un personnage qui se promène dans la rue, mais à quel point est-il plus évocateur de parler de lui se traînant dans une ruelle ou se promenant dans l’allée ? Utilisez des verbes et des noms spécifiques, et choisissez avec goût uniquement les modificateurs qui partagent des faits importants.

Avant de conclure, je dois noter que le fait de raconter n’est pas sans importance dans la fiction. Il n’est pas nécessaire que chaque scène ou action soit entièrement dramatisée. Des scènes relativement peu importantes peuvent être résumées, des récapitulations d’informations (comme lorsque votre personnage raconte à un autre personnage des informations que le lecteur connaît déjà) peuvent être passées en revue, et des détails désagréables peuvent être évités.

Une fois que vous aurez pris l’habitude de peindre sur la toile plus large de l’exposition, vous constaterez que l’art de la fiction est plus illimité que vous ne l’auriez imaginé.

Donnez-moi votre avis : Qu’est-ce qui vous semble le plus difficile à montrer ?

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire