Catégories
Écrire un roman Les secrets de la structure

Les secrets de la structure de l’histoire, Partie 4 : Le premier nœud dramatique

Les histoires sont une série de scènes. Certaines de ces scènes sont attendues, d’autres sont même volontairement répétitives pour mettre l’accent. Mais certaines scènes changent tout. Ces événements qui changent la donne sont les nœuds dramatiques. Ils introduisent des éléments et des événements significatifs qui modifient le cours ultérieur de l’histoire. Votre histoire peut comporter un nombre indéterminé de points d’intrigue, certains relativement mineurs, d’autres scandaleusement énormes (les nœuds dramatiques). Les nœuds dramatiques sont ce qui permet à votre histoire de continuer à avancer. Ils mélangent les choses, gardent le conflit vivant et éloignent votre personnage de toute possibilité de stagnation.

Le premier nœud dramatique (qui se situe autour de la barre des 25% de votre histoire) est un peu mal nommé, car votre histoire peut avoir un nombre quelconque de points d’intrigue dans le premier quart de l’histoire. Par exemple, dans le film Changeling, nous avons plusieurs points d’intrigue cataclysmiques (dont l’enlèvement du fils de l’héroïne, le retour du mauvais garçon et l’insistance du service de police pour qu’elle accepte quand même l’enfant) avant sa décision, au quart de l’histoire, de lutter contre le service de police corrompu. Nous verrons ensuite ce qui différencie le nœud dramatique à 25 % de tous ceux qui l’ont précédé.

Quel est le premier nœud dramatique ?

Le premier grand nœud dramatique change tout. C’est le point de non-retour pour vos personnages. Souvent, ce moment de l’intrigue sera l’événement marquant. Le premier point d’intrigue est le moment où la mise en place se termine et où votre personnage traverse son Rubicon personnel. Mais ce n’est pas seulement un événement qui lui arrive (comme l’enlèvement du fils de l’héroïne dans Changeling). Il s’agit d’un événement qui soit intègre, soit est directement suivi par la réaction forte et irrévocable du personnage (par exemple, la décision de l’héroïne de Changeling de riposter contre la police). Nous discuterons de cette réaction plus en détail dans un prochain article.

Structurez votre roman, de K.M. Weiland
Structurez votre roman, de K.M. Weiland

Où se situe le premier nœud dramatique ?

Le premier nœud dramatique de l’intrigue marque la fin du premier acte, et la réaction du personnage à ce nœud marque le début du second. Dans un sens, le premier nœud dramatique est le point culminant du premier acte et, en tant que tel, il devrait être placé approximativement autour de la barre des 20-25%. En général, le placement exact des nœuds de l’intrigue dans un roman permet une plus grande flexibilité que ce que l’on trouve dans un film. Si vous êtes attentif pendant que vous regardez un film, vous pouvez chronométrer les principaux nœuds de l’intrigue à la minute près (ce qui fait du film un support particulièrement précieux pour étudier la structure, puisque nous pouvons voir toute la structure de l’histoire en une seule séance et identifier les nœuds de l’intrigue avec précision en divisant le temps total de déroulement en quarts).

Quelle est donc la raison de ce placement apparemment arbitraire du premier nœud dramatique ? Pourquoi la marque de 25% et non celle de 10% ou 40% ? Tout simplement parce que c’est le moment où le sens inné de l’histoire humaine du lecteur lui dit que quelque chose de grand est censé se produire. Si vous avez déjà regardé ou lu une histoire mal ficelée qui a sauté ou retardé le premier nœud dramatique, vous avez probablement senti instinctivement que l’histoire traînait. Il est probable que vous vous êtes ennuyé et que vous vous êtes levé pour faire autre chose sans avoir fini l’histoire. Pas de premier nœud dramatique signifie qu’aucun tournant ne se produit, ce qui signifie que le premier acte traîne trop longtemps ou, à l’inverse, si le premier nœud dramatique a lieu trop tôt, le deuxième acte traîne.

Exemples tirés du cinéma et de la littérature

Le premier nœud dramatique est l’un des moments les plus dynamiques de toute histoire, à la fois l’un des plus faciles à repérer et l’un des plus passionnants à étudier. Voyons donc ce qui se passe autour de la barre des 25 % dans nos quatre exemples de récits.

Orgueil et préjugés par Jane Austen (1813) :

Après le bal de Netherfield Park, Darcy et Caroline Bingley convainquent Bingley de retourner à Londres et d’oublier son affection croissante pour Jane. Beaucoup de choses se sont passées dans l’histoire jusqu’à présent. Lydia et Kitty sont devenues amoureuses de la milice. Wickham a retourné Lizzy contre Darcy. Jane et Lizzy ont séjourné à Netherfield pendant la convalescence de Jane. Et M. Collins a fait sa demande à Lizzy. Mais tout change à 25% quand Darcy et les Bingley partent. C’est l’événement qui brise le coeur de Jane et qui met Lizzy en colère contre Darcy. Les motivations et les réactions des personnages mis à part, cela change également le paysage de l’histoire, puisque plusieurs personnages importants ne sont plus dans le coin pour que les Bennett puissent interagir avec eux comme ils l’ont fait tout au long du premier quart du livre.

La vie est belle, réalisé par Frank Capra (1947) :

Tout au long du premier quart de l’histoire, les projets de George Bailey pour sa vie ont progressé sans interruption. Malgré ses diverses mésaventures à Bedford Falls, il est sur la voie rapide de vacances européennes et d’une formation universitaire. Puis le premier nœud dramatique est atteint, et sa vie est changée à jamais. Lorsque son père meurt d’un accident vasculaire cérébral, les plans de George sont anéantis. Comme dans Orgueil et préjugés, les normes qui ont déjà été établies dans l’histoire sont radicalement modifiées. Il ne s’agit plus de l’histoire d’un jeune homme insouciant en roue libre dans la ville. À partir de maintenant, c’est l’histoire d’un homme forcé de prendre des responsabilités en travaillant au Bailey Brothers’ Building & Loan.

La Stratégie Ender d’Orson Scott Card (1977) :

La marque du premier quart de La Stragéie Ender, c’est quand Ender est promue de son premier groupe à l’Armée de la Salamandre après une confrontation victorieuse avec le tyran Bernard. Outre l’affirmation personnelle de l’intelligence, de la ténacité et des qualités de chef d’Ender, avec laquelle il revendique sa place à la Battle School et fait comprendre à lui-même, aux autres enfants et aux instructeurs qu’il fera tout ce qui est en son pouvoir pour survivre, ce premier grand nœud dramatique change également le jeu (sans jeu de mots !) en déplaçant une fois de plus Ender dans un nouvel environnement. En tant que membre de l’armée de la Salamandre, il est plongé dans un nouvel endroit, une nouvelle couche sociale et une nouvelle série de défis.

Master & Commander : de l’autre côté du monde, réalisé par Peter Weir (2004) :

Après avoir réaménagé le Surprise et repris la mer pour chercher son adversaire, le corsaire français Acheron, le capitaine Jack Aubrey est confiant que tout se passera comme prévu. Mais il (et les téléspectateurs) sont déstabilisés par le premier nœud dramatique. Au lieu que le Surprise trouve l’Achéron, le capitaine se réveille brusquement pour découvrir l’ennemi qui se dirige vers son navire beaucoup plus petit. Soudain, non seulement il n’est pas assuré d’une victoire facile – ou de n’importe quelle victoire, d’ailleurs – mais il court également le risque d’être capturé, lui et son équipage. Ils se précipitent pour s’échapper, et le jeu du chat et de la souris qui constituera le reste du film commence sérieusement.

Points-clés à noter

Que nous apprennent donc les nœuds dramatiques de ces livres et de ces films ?

  1. Le premier nœud dramatique se situe presque à la limite des 25% (Orgueil et préjugés est le seul à avoir été en retard, et même alors il n’était que de quelques pages).
  2. Le premier nœud dramatique est un événement qui change tout et devient un tournant personnel pour le personnage principal.
  3. Le premier nœud dramatique change presque toujours l’histoire de façon si irrévocable que même l’environnement du personnage (soit le cadre physique, soit la distribution des personnages de soutien) se modifie.
  4. Le premier nœud dramatique est une chose à laquelle le personnage principal doit être capable de réagir fortement et irrémédiablement.

Le premier nœud dramatique est l’un des moments les plus passionnants de toute histoire. Mettez le à profit autant que possible dans votre histoire! Choisissez un événement fort et cataclysmique auquel votre personnage n’a pas d’autre choix que de réagir avec tout ce qu’il a. Frappez si fort les lecteurs à la fin du premier acte qu’ils ne penseront même pas à fermer le livre.

Restez à l’écoute : La semaine prochaine, nous parlerons de l’événement déclencheur et de l’événement clé.

Donnez-moi votre avis : Que se passe-t-il à votre premier nœud dramatique ?

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire