Catégories
Écrire un roman Structure

Les secrets de la structure de l’histoire, Partie 3 : Le premier acte

Une fois que vous avez accroché le lecteur, votre prochaine tâche consiste à mettre en pratique vos premiers chapitres en présentant vos personnages, vos environnements et vos enjeux. Les premiers 20 à 25 % du livre constituent votre installation. À première vue, cela peut sembler une énorme partie de l’histoire à consacrer aux introductions, mais si vous attendez des lecteurs qu’ils restent avec vous tout au long de l’histoire, vous devez d’abord leur donner une raison de s’intéresser à vous. Et c’est précisément dans cette partie importante de l’histoire que vous y parvenez. La simple curiosité ne peut pas mener un lecteur bien loin. Une fois que vous avez éveillé cette curiosité, vous devez approfondir l’attrait en créant un lien émotionnel entre vos lecteurs et vos personnages.

Ces « introductions » ne se limitent pas au moment où vous présentez les personnages et les décors ou que vous expliquez les enjeux. Les introductions elles-mêmes ne prendront probablement pas plus que quelques scènes. C’est après l’introduction que commence réellement votre tâche d’exploration des personnages et d’établissement des enjeux.

Que sont les présentations des personnages, des environnements et des enjeux ?

Le premier quart du livre (le premier acte) est l’endroit où vous rassemblez tous les éléments nécessaires à votre histoire. Le célèbre conseil d’Anton Tchekhov selon lequel « si dans le premier acte vous avez accroché un pistolet au mur, alors par la suite il faut tirer » est tout aussi important à l’envers : Si vous voulez qu’un personnage tire avec un pistolet plus tard dans le livre, ce pistolet doit être introduit dans le premier acte. L’histoire que vous créez dans les actes suivants ne peut être assemblée qu’à partir des éléments que vous avez montrés au lecteur dans ce premier acte. C’est votre première tâche dans cette section.

Votre deuxième devoir est de donner aux lecteurs la possibilité d’apprendre à connaître vos personnages. Qui sont ces personnes ? Quelle est l’essence de leur personnalité ? Quelles sont leurs croyances fondamentales (plus particulièrement encore, quelles sont les croyances qui seront remises en question ou renforcées tout au long du livre) ? Si vous pouvez introduire un personnage dans un « moment caractéristique », vous pourrez immédiatement montrer aux lecteurs qui est cette personne. A partir de là, l’intrigue se construit au fur et à mesure que vous approfondissez les enjeux et que vous mettez en place le conflit qui va s’exacerber dans les événements clés et incitatifs.

Structurez votre roman, de K.M. Weiland
Structurez votre roman, de K.M. Weiland

À quoi servent les introductions ?

Les introductions devraient idéalement commencer dans le chapitre d’ouverture. En fonction du nombre de personnages ou de la complexité de votre décor, vous voudrez probablement répartir les introductions sur plusieurs scènes initiales. La chose la plus importante à garder à l’esprit est la nécessité de donner aux personnages suffisamment d’espace dans ces premiers chapitres pour que vous puissiez vous concentrer sur leur développement. Cela ne veut pas dire que l’intrigue doit être lente ou sinueuse. Chaque scène doit être pertinente pour l’intrigue ; chaque scène doit être un domino qui fait avancer les personnages jusqu’au point de non-retour. Mais n’entassez pas tellement d’action dans ces premières scènes que vous perdriez l’occasion d’étoffer les personnages avant que les balles ne se mettent vraiment à voler plus tard.

Exemples tirés du cinéma et de la littérature

Examinons comment les auteurs et les réalisateurs de nos quatre histoires exemplaires ont profité de leur premier acte.

Orgueil et préjugés de Jane Austen (1813)

Austen présente les personnages, les décors et les enjeux, tous les trois, dans la toute première scène. En dix pages, nous avons été présentés à tous les personnages principaux, on nous a donné à comprendre le décor et on nous a montré ce qui est en jeu pour les filles Bennett si l’une d’entre elles ne peut pas prendre au piège M. Bingley à son insu. Lorsque nous avons atteint le premier point important de l’intrigue, nous avons appris à connaître les sœurs. La beauté et la douceur qui permettront à Jane de trouver un mari, l’indépendance et les opinions bien arrêtées avec lesquelles Lizzy mène le conflit, et l’irresponsabilité de la plus jeune des filles, Lydia, sont toutes en place et prêtes à être utilisées plus tard dans l’histoire. Nous avons également fait connaissance avec les Bingley, Darcy et Wickham. Avant la fin du premier acte, Bingley est amoureux de Jane, et Lizzy a décidé de ne pas aimer Darcy, deux facteurs qui vont influencer l’ensemble de l’histoire.

La vie est belle réalisé par Frank Capra (1947)

Le premier quart de ce film classique est entièrement, ouvertement et magnifiquement consacré au développement des personnages. Sous le couvert d’expliquer George Bailey à l’ange novice Clarence, les anges en chef nous montrent tous les moments importants de la jeune vie de George Bailey. Nous le voyons enfant, sauvant la vie de son petit frère, perdant l’ouïe d’une oreille et empêchant le vieux M. Gower d’empoisonner accidentellement un client. Nous l’apercevons jeune homme, planifiant sa fuite des « minables » chutes de Bedford, alors même qu’il commence à tomber amoureux de la charmante Mary Hatch. Au moment où l’événement déclencheur se produit, nous connaissons George Bailey sur le bout des doigts. Nous avons fait connaissance avec les chutes de Bedford et ses habitants hauts en couleur. Et nous avons appris les enjeux de la bouche du père de George, qui explique l’importance du Bailey Building & Loan pour donner aux gens un refuge contre le méchant Old Man Potter.

La Stratégie Ender d’Orson Scott Card (1977)

Card utilise son premier acte pour établir son cadre, l’école de combat orbitale, où de jeunes enfants brillants sont envoyés pour s’entraîner afin de repousser une invasion extraterrestre. Nous découvrons ce lieu étrange et brutal à travers les yeux du personnage principal, Ender Wiggin, qui est un nouvel arrivant, et, ce faisant, nous apprenons aussi à connaître Ender. Nous voyons sa détermination, sa gentillesse, mais aussi son caractère impitoyable sous-jacent, qui deviendra finalement l’élément autour duquel toute l’intrigue doit tourner. La quasi-totalité des principaux personnages secondaires sont présentés, et le lecteur voit immédiatement quel est l’enjeu, non seulement pour la race humaine, mais aussi pour Ender, s’il ne surmonte pas le handicap de son extrême jeunesse afin de s’épanouir dans ce lieu.

Master and Commander : De l’autre côté du monde, réalisé par Peter Weir (2004)

Après les premiers assauts de la furieuse bataille d’ouverture, Weir ralentit considérablement son film pour permettre aux spectateurs de faire connaissance avec les personnages principaux – le capitaine et le chirurgien – et les quelques dizaines de personnages secondaires, issus de l’équipage. La bataille d’ouverture nous a déjà montré que les enjeux étaient importants, mais les réactions des personnages, notamment le désir intense du capitaine de remettre le navire en état et de réengager l’ennemi, nous aident à comprendre pourquoi ils se battent et ce qui se passera s’ils échouent. Alors que l’équipage s’efforce de réparer les dommages causés par le combat, nous avons également une vue intérieure du navire lui-même, qui jouera un rôle irremplaçable tout au long du reste de l’histoire.

Points-clés à noter

Que pouvons-nous donc apprendre de ces premiers actes magistraux ?

  1. Si l’accroche a fait son travail, vous pouvez sans risque ralentir suffisamment l’action pour introduire et approfondir vos personnages de manière réfléchie.
  2. Les points saillants de la personnalité, les motivations et les croyances des personnages doivent tous être développés.
  3. Les points pertinents de l’environnement doivent être étoffés, afin que vous n’ayez pas à ralentir dans le deuxième acte pour expliquer les choses. Les lecteurs devraient déjà être orientés vers le premier nœud dramatique.
  4. Le fait même que les lecteurs développent un lien avec les personnages augmente l’enjeu. Faites passer le message en expliquant clairement ce que les personnages (et donc les lecteurs) risquent de perdre dans le conflit à venir.
  5. Veillez à ce que chaque scène soit importante. Chaque scène doit être un domino qui frappe dans le domino/scène suivant, se construisant inexorablement jusqu’au premier nœud dramatique.

Le premier quart du livre constitue la base de toute votre histoire. Une fondation faible fera s’écrouler même les plus brillants des conflits et des points culminants. Faites votre travail de base, mettez en place toutes les pièces de jeu nécessaires et saisissez les lecteurs avec une envie indéniable de découvrir ce qui arrive à vos merveilleux personnages.

Restez à l’écoute : La semaine prochaine, nous parlerons du premier nœud dramatique.

Donnez-moi votre avis : Prenez-vous le temps de présenter vos personnages, vos environnements et vos enjeux dans votre premier acte ?

Retrouvez tous les articles sur les 12 étapes clés de la structure d’un roman.

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire