Catégories
Écrire un roman Les secrets de la structure

Les secrets de la structure de l’histoire, Partie 7 : Le point médian

À mi-chemin de nos histoires, quelque chose de merveilleux se produit. Nous sommes là, à nous occuper de nos affaires, à travailler dur dans le désert apparemment sans fin du deuxième acte, quand – bon sang ! shazam ! – tout change à nouveau. Le légendaire réalisateur Sam Peckinpah a raconté qu’il cherchait toujours une « clef de voute » pour « accrocher » son histoire. Cette pièce maîtresse est le point central de l’intrigue, le milieu, qui divise votre deuxième acte.

Le point central est ce qui empêche votre deuxième acte de traîner. C’est ce qui couronne les réactions de la première moitié du livre et qui met en place la chaîne d’actions qui conduira les personnages vers le point culminant. À bien des égards, le point médian est comme un deuxième événement déclencheur. Comme le premier événement déclencheur, il influence directement l’intrigue. Il change le paradigme de l’histoire. Et il exige une réponse définitive et transformative de la part des personnages. La plus grande différence est que la réponse du personnage n’est plus seulement une réaction, mais le moment où il commence à prendre définitivement en charge l’histoire et à agir contre la force antagoniste.

Qu’est ce que le point médian ?

Si nous revenons à notre visualisation d’une histoire sous forme de ligne de dominos, nous pouvons envisager le point médian comme un tournant dans la conception des dominos. La ligne de réactions de la première moitié du deuxième acte finit par frapper ce domino au tournant et commence une toute nouvelle ligne de dominos en chute. C’est un grand moment de l’histoire, une scène majeure, qui est l’aboutissement logique des scènes précédentes, mais aussi une scène dramatiquement nouvelle et différente de tout ce qui a précédé.

Il pourrait s’agir de la capture des personnages principaux, comme dans Furies de Calderon de Jim Butcher. Ce pourrait être une bataille, comme dans Les sept mercenaires de John Sturges. Ou bien la mort d’un personnage important, comme dans Fils de dragon de Pearl S. Buck. Il pourrait même s’agir de quelque chose d’un peu moins dramatique, comme le sauvetage, à bout portant, d’un personnage principal bloqué dans les montagnes pendant une tempête, comme dans Indivisible de Kristen Heitzmann, ou d’un discours audacieux, comme dans L’amour en équation de Fred Schepisi.

Quel que soit votre choix d’événements, le milieu de l’histoire est un autre moment qui change la direction des personnages. C’est le moment qui les poussera à sortir de leurs réactions réflexes. À partir de là, s’ils veulent survivre (spirituellement ou physiquement – ou les deux), ils vont devoir arrêter de se défendre et passer à l’attaque. Cette série d’actions (dont nous parlerons plus en détail dans le prochain article) ne sera pas toujours une prise d’assaut spectaculaire des murs du château de l’ennemi. Parfois, il peut s’agir simplement du fait de redresser ses épaules au sens figuré et d’un premier pas vers la décision de ne plus accepter « ça » (quel que soit « ça » dans votre histoire).

Structurez votre roman, de K.M. Weiland
Structurez votre roman, de K.M. Weiland

Quelle est la place du point médian ?

Il n’est pas surprenant que nous trouvions le point médian (roulement de tambour s’il vous plaît) au milieu de l’histoire. Votre point médian devrait se situer autour de la barre des 50 %. Pourquoi, demandez-vous ? Tout de suite, nous pouvons voir plusieurs raisons importantes pour ce placement.

  1. En tant que scène centrale de votre histoire, c’est votre pièce maîtresse. Si elle se déroule trop loin dans l’une ou l’autre direction, ce n’est pas une pièce maîtresse. (Si vous avez compris ceci à l’avance, allez-y et tapez-vous dans le dos).
  2. Comme pour le premier point important de l’intrigue à 25 %, un deuxième point important de l’intrigue à 50 % est un placement instinctif. Les lecteurs (et les écrivains) ont un sens interne du moment où quelque chose d’important est censé se produire dans une histoire. Si un nouveau développement intéressant ne change pas les choses tous les quarts du livre, nous ressentons de l’inertie et devenons nerveux.
  3. Votre histoire nécessite la première moitié du livre pour développer le personnage, son dilemme et ses faiblesses internes. Il faut la deuxième moitié du livre pour résoudre tous les problèmes mis en place dans la première moitié. Le point médian marque le tournant (le pivotement, en quelque sorte) entre ces deux parties de l’histoire. Placé trop loin de part et d’autre de la barre des 50%, le point médian coupera des développements importants dans une moitié de l’histoire ou dans l’autre.

Exemples tirés du cinéma et de la littérature

Alors, qu’est-ce que nos maîtres auteurs et réalisateurs ont à dire à mi-chemin de leurs histoires ? Examinons comment le point médian peut être utilisé efficacement de différentes manières.

Orgueil et Préjugés de Jane Austen (1813) :

Austen fait se redresser les lecteurs en les frappant avec un énorme point médian. Non seulement elle nous fait une proposition inattendue (ou est-ce le cas ?) de M. Darcy à Lizzy, mais elle la fait aussi sortir du lot en demandant à Lizzy de le repousser sans vergogne et de lui jeter au visage tout ce qu’elle déteste chez lui. Jusqu’à présent, la relation entre Lizzy et Darcy a été nébuleuse. Maintenant, tout est clair et les deux personnages ont terminé leur période de réaction par une série d’actions fortes qui les obligeront à se réévaluer et à se reconsidérer mutuellement.

La vie est belle, réalisé par Frank Capra (1947) :

La période de réaction de George Bailey se termine lorsque M. Potter le convoque dans son bureau et lui offre un emploi. Ce geste totalement inattendu et sans précédent de la part de l’antagoniste fait tourner la tête de George avec les possibilités qu’il offre. Soudain, la vie dont il a toujours rêvé est à sa portée. Il est à quelques secondes d’accepter l’offre, quand il réalise quelque chose qui va changer sa vie tout aussi sûrement que l’offre d’emploi de M. Potter l’aurait fait. C’est le moment où il cesse de réagir à son sort à Bedford Falls et où il l’accepte délibérément (même s’il est encore malheureux). Lorsque George quitte le bureau de M. Potter, c’est lui qui contrôle sa vie pour la première fois dans l’histoire.

La stratégie Ender d’Orson Scott Card (1977) :

L’apprentissage d’Ender dans l’armée de la salamandre se termine brutalement lorsqu’il reçoit le commandement de sa propre armée de l’école de combat. Ce changement radical dans la situation du personnage aurait suffi, à lui seul, à créer un milieu solide. Mais Card va plus loin et complique la situation du personnage en lui donnant, non pas l’armée standard, mais un groupe des pires élèves de l’école de combat. Cette toute nouvelle armée – l’Armée du dragon – est créée spécialement pour tester Ender. S’il veut survivre, il doit cesser de réagir aux pressions exercées sur lui par les autres et passer à l’offensive.

Master and Commander : de l’autre côté du monde réalisé par Peter Weir (2004) :

Après avoir perdu l’Achéron suite à l’accident mortel du Cap Horn, Jack n’a pas d’autre choix que de passer le reste de la première moitié du second acte à réagir. Mais lorsque le Surprise sauve un groupe de baleiniers isolés dont le navire a été coulé par l’Achéron, tout change. Jack passe immédiatement à l’offensive et commence à tracer des plans pour retrouver et capturer l’Achéron avant qu’il ne puisse à nouveau disparaître.

Points-clés à noter

Qu’avons-nous donc appris sur le point médian ? Quels sont les éléments indispensables qui permettront de rendre cette pièce maîtresse essentielle mémorisable et de faire avancer le reste de l’histoire jusqu’au point culminant ?

  1. Le point médian doit se situer juste autour de la barre des 50 %, à la fois pour le mettre correctement en évidence et pour lui permettre de séparer les périodes de réaction et d’action.
  2. Le point médian doit être dramatique d’une manière nouvelle et fraîche. Ce qui se passe au point médian doit être un écoulement naturel des scènes précédentes, mais il doit être différent de tout ce qui a précédé.
  3. Le point médian doit agir comme un catalyseur personnel sur le personnage principal. Il doit l’obliger à changer son mode de fonctionnement. Après cela, il ne suffit plus de réagir. Comme le premier point important de l’intrigue, le point médian est l’un des moments les plus excitants de toute histoire. Ne vous contentez pas d’une histoire terne. Planifiez le vôtre avec soin, afin d’éblouir le lecteur avec le genre de scène qu’il emportera avec lui pour le reste de sa vie.

Restez à l’écoute : La semaine prochaine, nous parlerons de la seconde moitié du second acte.

Donnez-moi votre avis : Quelque chose de dramatique se produit-il à mi-parcours de votre histoire ?

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire