Catégories
Écrire un roman Structure

Les secrets de la structure de l’histoire, Partie 10 : Le climax

Et maintenant, le moment que nous attendions tous ! Le climax (ou point culminant) est la pièce de résistance de notre repas gastronomique d’un roman. Lorsque nous faisons rouler le climax et soulevons le couvercle en argent étincelant du plat de service, c’est la partie qui obtient tous les « ooh » et « aah ». Le climax d’une histoire doit mettre les lecteurs sur le bord de leur siège. Ils doivent être essoufflés, tendus et curieux au point d’éclater. Si nous avons bien fait notre travail, ils devraient avoir une idée générale de ce qui va se passer (grâce à notre habile préfiguration), mais ils devraient aussi souffrir sous la torture exquise de plus d’une ombre ou deux de doute. Qu’est-ce qui va se passer ? Le héros va-t-il survivre ? Va-t-il sauver le monde/sa famille/la bataille/sa vie dans le temps ?

Le point culminant est le moment où nous sortons nos gros canons. C’est une scène qui doit épater les lecteurs, alors creusez bien pour trouver vos idées les plus extraordinaires et les plus imaginatives. Au lieu d’un combat à mains nues, pourquoi pas un combat à mains nues au sommet d’un train en marche ? Au lieu d’une déclaration d’amour, pourquoi pas une déclaration en plein milieu d’une inauguration présidentielle ? Cela ne signifie pas, bien sûr, que nous devons pousser nos histoires dans le domaine de l’irréaliste ou du mélodrame, mais la portée et l’endroit où nous poussons dépendent complètement de l’histoire et de son genre. Le but est d’amener l’histoire et son conflit principal au moment attendu de sa résolution irréversible de manière à remplir toutes les promesses de notre livre pour nos lecteurs.

Structurez votre roman, de K.M. Weiland
Structurez votre roman, de K.M. Weiland

Qu’est-ce que le climax ?

Dans un sens, le troisième acte tout entier est le point culminant. À partir du pivot dramatique à la fin du deuxième acte, l’action s’élève. Le personnage a été repoussé dans le mur et n’a pas d’autre choix que de se battre. Cependant, le climax dit est le point culminant du troisième acte. C’est le moment où les deux trains qui roulent à toute allure entrent enfin en collision dans une seule et même scène inoubliable.

Dans La malédiction du chalion de Lois McMaster Bujold, le point culminant est atteint lorsque le protagoniste Cazaril et l’antagoniste Martou dy Jironal s’affrontent enfin dans le duel qui tue dy Jironal et brise la malédiction sur la famille royale. Dans L’Affaire Thomas Crown de Norman Jewison (la version avec Steve McQueen et Faye Dunaway), le moment le plus important est atteint lorsque l’enquêtrice d’assurance Vicki Anderson, qui attend avec la police, voit la Rolls Royce de Crown arriver pour récupérer l’argent volé à la banque, pour découvrir que Crown a quitté le pays et a envoyé un leurre à sa place. Dans A Little Princess de Frances Hodgson Burnett, le climax se produit quand Sara ramène le singe de M. Carrisford, et se révèle ensuite être la fille longtemps recherchée du défunt associé de Carrisford.

Dans certaines histoires, le climax sera une longue bataille physique. Dans d’autres, le point culminant ne peut être qu’un simple aveu qui change tout pour le protagoniste. Presque toujours, c’est un moment de révélation pour le personnage principal. Selon les besoins de l’histoire, le protagoniste aura une révélation qui changera sa vie juste avant, pendant ou juste après le climax. Il agira alors de manière définitive sur cette révélation, mettant un point final au changement dans son arc de caractère et mettant fin au conflit primaire, soit physiquement, soit spirituellement.

Quelle est la place du climax ?

Le climax se produit très près de la fin du troisième acte. Le plus souvent, ce sera l’avant-dernière scène, juste avant le dénouement (comme c’est le cas dans tous les exemples ci-dessus). Comme le climax dit tout ce qu’il y a à dire, à l’exception d’un petit nettoyage émotionnel, il n’est pas nécessaire que l’histoire continue longtemps après son achèvement.

Parfois, les histoires comprennent un faux point culminant, dans lequel le protagoniste pense avoir mis fin au conflit, pour se rendre compte qu’il n’a pas abordé la véritable force antagoniste qui se trouve entre lui et son objectif. Par exemple, dans l’histoire de jouets de Pixar, Woody et Buzz battent le jeune voisin Sid dans un faux climax, pour se rendre compte qu’ils peuvent encore manquer le camion de déménagement qui les emmènera dans la nouvelle maison d’Andy. Les faux climax ne changent rien aux exigences du climax réel.

Exemples tirés du cinéma et de la littérature

Comment les livres et les films que nous avons choisis atteignent-ils leur climax ? Il y a une raison pour laquelle ces quatre histoires sont populaires et mémorables, et une grande partie de cette raison se résume à leur accomplissement stellaire de toutes les nécessités d’un bon climax. Voyons voir !

Orgueil et préjugés de Jane Austen (1813) :

Comme dans la plupart des histoires romantiques, le point culminant de ce roman classique est le moment où les deux personnages principaux se rencontrent enfin, admettent leur amour l’un pour l’autre et se résolvent à une relation à long terme. Après la galanterie de Darcy pour réparer la fugue de Lydia avec Wickham et ses efforts pour réunir Bingley et Jane, Lizzy et lui sont enfin seuls pour une promenade, au cours de laquelle ils peuvent remettre en ordre leurs anciennes idées fausses, se repentir de leur mauvaise conduite l’un envers l’autre (un tournant personnel pour chacun d’entre eux), et s’affilier correctement.

La vie est belle, réalisé par Frank Capra (1947) :

Au lendemain du « don » de George de voir le monde sans lui, il court vers le pont et prie avec ferveur : « Je veux vivre à nouveau ! Ce moment est à la fois sa révélation personnelle et un peu une fausse apogée. Il couronne bien la séquence à venir (qui suit une mini intrigue et une structure qui lui est propre) et mène au véritable point culminant où la ville se mobilise pour aider George à récupérer les 8 000 dollars perdus avant qu’il ne puisse être arrêté.

La stratégie Ender d’Orson Scott Card (1977) :

Après avoir obtenu leur diplôme de la Battle School, Ender et son équipe se lancent dans une nouvelle série de jeux tactiques qu’ils considèrent tous comme de nouveaux jeux, destinés à les entraîner pour le jour où ils affronteront enfin les Formiques. Poussé à la limite de son endurance physique et émotionnelle, Ender atteint le point culminant lorsqu’il prend la décision personnelle d’enfreindre ce qu’il perçoit comme les règles. Il perd son agressivité frustrée sur le « jeu » et détruit complètement l’ennemi. Puis vient la révélation qu’il ne jouait pas du tout un jeu, mais qu’il commandait plutôt les troupes lointaines qui combattaient les Formiques en temps réel.

Master and Commander : de l’autre côté du monde réalisé par Peter Weir (2004) :

La bataille finale entre le Surprise et l’Achéron occupe une longue partie du troisième acte, mais même les longues séquences d’apogée doivent s’élever à un seul point extrême. Dans ce cas, le point culminant de l’apogée est le moment où Jack entre dans la cale pour trouver le capitaine, son ennemi de longue date, mort. Il prend l’épée du capitaine au chirurgien et commence à organiser le nettoyage.

Points-clés à noter

Chaque climax est unique, car chacun d’entre eux doit répondre aux besoins et refléter le ton de son histoire. Comme nous pouvons le constater à partir de nos quelques exemples, les possibilités du climax sont vastes et vont bien au-delà du simple trope « le bon tue le mauvais ». Cependant, elles ont toutes en commun quelques facteurs importants :

  1. Le climax se produit très près de la fin du livre, généralement à une ou deux scènes de la dernière page.
  2. Le climax fait généralement partie d’une séquence plus large de scènes qui s’accumulent jusqu’au moment important du point culminant.
  3. Le climax met fin au conflit primaire avec la force antagoniste de manière décisive (que le protagoniste gagne ou perde).
  4. Le climax est le point d’appui autour duquel tourne l’arc du personnage. Ce moment est soit le résultat direct de la révélation personnelle du protagoniste, soit le déclencheur qui crée l’épiphanie du personnage. La plupart des climax les plus puissants sont ceux qui créent un coup de poing en couplant la révélation avec l’action qui met fin au conflit : D’abord, le personnage a sa révélation, puis il agit immédiatement.
  5. Votre histoire peut avoir deux points culminants, dans lesquels un faux point culminant mène au climax proprement dit, selon le nombre de couches de conflit que vous avez créées.

Donnez-vous la permission de vous défouler avec votre climax. Amusez-vous et sortez des sentiers battus. Mais assurez-vous d’avoir coché tous les éléments importants de la structure, afin d’offrir aux lecteurs une expérience qui ancrera à jamais votre histoire dans leur mémoire.

Restez à l’écoute : La semaine prochaine, nous parlerons de la résolution.

Donnez-moi votre avis : Votre climax remplit-il toutes vos promesses faites à vos lecteurs ?

Retrouvez tous les articles sur les 12 étapes clés de la structure d’un roman.

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire