Catégories
Écrire un roman Les secrets de la structure

Les secrets de la structure d’une histoire, partie 11 : la résolution

La résolution est toujours un moment doux-amer. Vous avez atteint la fin de l’histoire. Vous avez gravi la montagne, et vous pouvez maintenant planter votre drapeau à son sommet. Mais en tant qu’aboutissement de tout votre travail, c’est aussi l’aboutissement de tout le plaisir que vous avez éprouvé dans votre monde merveilleux de personnes et de lieux inventés. La résolution est le moment où vous devez dire au revoir à vos personnages et, par la même occasion, donner à vos lecteurs une chance de leur dire au revoir également.

Votre histoire et son conflit se terminent officiellement avec votre point culminant. En théorie, vous pourriez mettre fin à votre histoire à ce moment précis. Mais la plupart des livres ont besoin d’une ou deux scènes supplémentaires pour régler les derniers détails et, tout aussi important, pour guider vos lecteurs vers l’émotion avec laquelle vous voulez les quitter. À l’instar de ces grandes scènes d’ensemble à la fin des films Star Wars, c’est le dernier aperçu que vos lecteurs auront de votre univers et de vos personnages. Alors faites en sorte qu’ils s’en souviennent !

Structurez votre roman, de K.M. Weiland
Structurez votre roman, de K.M. Weiland

Qu’est-ce que la résolution ?

Si la plupart des histoires se terminaient juste après le point culminant, les auteurs auraient probablement des lecteurs très mécontents sur les bras. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’après tout le stress émotionnel de l’apogée, les lecteurs veulent un moment de détente. Ils veulent voir le personnage se relever, dépoussiérer son pantalon et reprendre le cours de sa vie. Ils veulent avoir un aperçu de la façon dont les épreuves des trois actes précédents ont changé votre personnage ; ils veulent un avant-goût de la nouvelle vie qu’il mènera à l’issue du conflit. Et, si vous avez bien fait votre travail, il est probable qu’ils voudront cette scène supplémentaire pour aucune autre raison que l’opportunité de passer un peu plus de temps avec ces personnages qu’ils ont appris à aimer.

Comme son nom l’indique, la résolution est le moment où tout est enfin résolu. Dans le climax, le personnage a tué le méchant et a gagné son grand amour. Et dans la résolution, nous voyons comment ces actions ont fait une différence dans sa vie. Le film Serenity de Joss Whedon se termine en montrant le capitaine Mal Reynolds et son équipage survivant retournant dans l’espace, désormais libérés de la poursuite acharnée de l’Alliance, tandis que Mal et Inara, ainsi que Simon et Kaylee, font un pas vers leurs futures relations.

La résolution n’est pas seulement la fin de cette histoire, mais aussi le début de celle que les personnages vivront après que le lecteur aura refermé la quatrième de couverture. Elle remplit ses deux plus grandes fonctions en mettant un terme à l’histoire en cours, tout en promettant un sentiment de vie continue de la part des personnages. Cela est vrai pour les livres autonomes et encore plus vrai pour les parties individuelles d’une série en cours. Le livre autonome Empire of the Sun de J.G. Ballard se termine par quelques courtes scènes expliquant l’adaptation de Jamie à sa vie d’après-guerre en dehors du camp de prisonniers de guerre japonais et fait allusion à son avenir proche en Angleterre. Le vaisseau magique, le premier livre de la série Les aventuriers de la mer de Robin Hobb, est encore plus ouvert : sa résolution promet que la protagoniste Althea Vestritt poursuivra et sauvera son vaisseau Vivacia, qui a été capturé par des pirates.

Quelle est la place de la résolution ?

La résolution se trouve à la toute fin de votre livre. C’est tout, les amis ! Après ça, il n’y a plus rien ! La résolution commence directement après le point culminant et se poursuit jusqu’à la dernière page. La longueur des résolutions peut varier, mais, en règle générale, les plus courtes sont les meilleures. Votre histoire est déjà essentiellement terminée, vous ne voulez pas mettre à l’épreuve la patience des lecteurs en leur faisant perdre du temps ou en les empêchant de comprendre l’histoire en réglant tous les détails à la perfection. La longueur de votre résolution dépendra de plusieurs facteurs, le plus important étant le nombre de points à régler. Dans le meilleur des cas, vous aurez utilisé les scènes précédant le point culminant de l’histoire pour régler le plus grand nombre de points possible, ce qui libérera votre résolution pour ne s’occuper que de l’essentiel.

Un autre facteur à garder à l’esprit est le ton avec lequel vous voulez laisser les lecteurs. C’est votre dernière chance d’influencer leur perception de votre histoire. Réfléchissez donc à la façon dont vous voulez terminer. Heureux ? Triste ? Réfléchi ? Drôle ? L’une de mes résolutions préférées de tous les temps est la scène finale du film Sale môme de Jon Turteltaub. Cette scène finale promet une résolution entre le personnage principal et la femme qu’il aime, tout en indiquant la progression future de sa vie transformée. Ajoutez à cela une chanson ancienne pétillante de bonheur, et vous obtenez la note parfaite de bonheur, d’espoir et d’affirmation. Les livres, bien sûr, n’ont pas l’avantage de pouvoir se terminer par une musique à résonance émotionnelle. Mais nous devons tout de même nous efforcer de laisser les lecteurs sur une scène tout aussi puissante et mémorable.

Exemples tirés du cinéma et de la littérature

Comment les auteurs et les réalisateurs de renom organisent-ils leurs scènes finales de manière à ce que tous les détails soient réglés et à ce que les lecteurs se retrouvent avec une scène puissante sur le plan émotionnel ? Examinons une dernière fois comment nos quatre histoires y parviennent.

Orgueil et préjugés de Jane Austen (1813) :

Après le climax au cours duquel Darcy et Lizzy se déclarent leur amour, Jane Austen règle les derniers détails en quelques scènes soignées, dont la réaction des Bennets à leurs fiançailles. Du haut de son perchoir de narratrice omnisciente et distante, Austen conclut son histoire par une dernière scène pleine d’esprit dans laquelle elle évoque les deux mariages qui ont marqué le point culminant du livre et commente la future vie commune de M. et Mme Darcy et de M. et Mme Bingley. Sa scène finale est un bel exemple de ton qui résume l’ensemble de l’histoire et laisse le lecteur dans le même état d’esprit que celui souhaité par l’auteur.

La vie est belle, réalisé par Frank Capra (1947) :

La scène finale de ce film classique fait pleurer les spectateurs à chaque Noël. Elle ne perd pas de temps pour passer du climax, où les amis de George lui apportent plus que les 8 000 dollars dont il a besoin pour remplacer ce qui a été volé par M. Potter. En fait, dans ce film, le point culminant et la résolution sont la même scène. La résolution résout tous les problèmes restants en faisant revenir tous les acteurs (sauf l’antagoniste) pour un dernier tour de « Auld Lang Syne » et en laissant entendre que l’ange Clarence a finalement obtenu ses ailes. C’est le tour de force d’une scène finale à forte résonance émotionnelle, qui laisse les lecteurs sur leur faim tout en comblant tous leurs désirs pour les personnages.

La stratégie Ender d’Orson Scott Card (1977) :

La résolution de ce roman prend son temps (principalement parce que Card l’a ajoutée après la publication de la nouvelle originale). Dans ce roman, nous avons droit à ce qui constitue essentiellement un épilogue, expliquant une partie de la vie d’Ender après sa défaite contre les Formics (il quitte la Terre pour essayer de faire la paix avec son statut de superstar et sa culpabilité pour son xénocide des aliens), et une introduction aux livres qui suivront dans la série (dans lesquels Ender est chargé de trouver une nouvelle maison pour le seul cocon formique restant).

Master and Commander : de l’autre côté du monde réalisé par Peter Weir (2004) :

Dans ce film, nous trouvons peut-être la moins résolue de toutes nos résolutions. Que le film ait été conçu comme une suite (comme le suggère son sous-titre) ou qu’il ait simplement rendu hommage à la nature continue de son matériau d’origine, la série Aubrey/Maturin de Patrick O’Brian, il fonctionne à tous les niveaux. Après avoir réglé tous les détails du conflit principal de l’intrigue, il se termine par une scène surprenante dans laquelle Jack réalise que le capitaine de l’Acheron n’était pas mort comme il le pensait, mais qu’il s’était fait passer pour le chirurgien du navire afin de tenter de prendre le contrôle du navire une fois qu’il se serait éloigné du Surprise. La scène finale, dans laquelle Jack ordonne à son navire de changer de cap et de poursuivre l’Acheron, tandis que Stephen et lui continuent de jouer leur duo entraînant, nous donne à la fois un sentiment de continuité et résume parfaitement le ton du film.

Points-clés à noter

Quelles leçons finales pouvons-nous tirer de nos livres et films exemplaires ? Qu’est-ce qu’ils nous apprennent sur la façon de terminer nos histoires sur la bonne note pour satisfaire nos lecteurs, tout en les laissant avec ce sentiment doux-amer d’en vouloir plus, même s’ils réalisent qu’ils en ont eu juste assez ?

  1. La résolution a lieu directement après le climax et constitue la ou les dernières scènes du livre.
  2. La résolution doit régler tous les détails importants, laissant le lecteur sans aucune question pertinente. Cependant, elle doit aussi éviter d’être trop plate.
  3. La résolution doit offrir au lecteur un sentiment de continuité dans la vie des personnages. Même un livre autonome doit faire allusion à la vie que les personnages mèneront une fois que le lecteur aura refermé la quatrième de couverture.
  4. La résolution doit donner au lecteur un exemple concret de la façon dont le voyage du personnage l’a changé. S’il était un abruti égoïste au début de l’histoire, la résolution doit démontrer définitivement son changement de cœur.
  5. Enfin, la résolution doit apporter une note émotionnelle qui résonne avec le ton du livre dans son ensemble (drôle, romantique, mélancolique, etc.) et laisse le lecteur entièrement satisfait.

Félicitations ! Vous venez d’accomplir la tâche monumentale d’écrire un livre. Et pas seulement un livre, mais un livre structuré de manière à exciter et à satisfaire les lecteurs grâce à ses montées et ses descentes d’action, de réaction, de suspense et de révélation. Lorsque vous écrirez vos dernières lignes, tenez compte de tous les mots qui vous ont précédé et terminez-les par une résolution intellectuelle et émotionnelle !

Retrouvez toutes les étapes de la structure d’un roman

Partie 1 : pourquoi les auteurs devraient-ils se préoccuper de la structure de leurs romans ?

Partie 2 : l’accroche

Partie 3 : le premier acte

Partie 4 : le premier nœud dramatique

Partie 5 : événement déclencheur et événement clé

Partie 6 : la première partie du deuxième acte

Partie 7 : le point médian

Partie 8 : la deuxième moitié du deuxième acte

Partie 9 : le troisième acte

Partie 10 : le climax

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire