Categories
Écrire un roman Personnages

Le rôle de l’antagoniste dans la structure d’un récit, partie 2 sur 2

L’une des façons d’envisager l’intrigue est de la considérer comme un « va-et-vient entre le protagoniste et l’antagoniste ». Bien que le protagoniste soit le personnage qui encadre et, en fait, décide de la structure de l’histoire, le rôle de l’antagoniste dans la structure de l’histoire est tout aussi important.

Dans la première partie de cet article sur le rôle de l’antagoniste, j’ai donné un aperçu du rôle de l’antagoniste dans les cinq premiers temps structurels majeurs d’une histoire. À l’origine, j’avais prévu d’en faire un seul article, mais il s’est avéré être presque deux fois plus long que d’habitude, alors je l’ai divisé en deux. Aujourd’hui, nous allons compléter le sujet en examinant le rôle de l’antagoniste dans la deuxième moitié de la structure d’une histoire – du deuxième point de pincement à la résolution.

Une fois encore, il est important de se rappeler la distinction entre la force antagoniste qui a un impact sur la forme de l’histoire au sens général et l’antagoniste qui est un personnage spécifique représentant cette force au sein de l’histoire.

  1. La force antagoniste fonctionnera de manière fixe (et donc relativement universelle) dans la structure de l’histoire, afin d’évoquer les réponses les plus résonnantes de la part du protagoniste.
  2. L’antagoniste, en tant que personnage humain, sera beaucoup plus dynamique, voire imprévisible, au sein de l’histoire. Ce que j’ai partagé dans cette série est davantage axé sur l’impact de la force antagoniste sur la structure, et est donc très général. Dans votre histoire, l’antagoniste en tant que personnage peut fonctionner de manière beaucoup plus nuancée que ce qui est présenté ici.

Le rôle de l’antagoniste dans la seconde moitié de la structure d’une histoire

  1. Le rôle de l’antagoniste dans le deuxième point de pincement

Pour le protagoniste, le deuxième point de pincement reflète le premier point de pincement en soulignant les enjeux et la menace potentielle de l’antagoniste. Plus précisément, il préfigure le « moment de faiblesse » du troisième nœud dramatique qui suit. Ce que l’antagoniste menace ici sera considérablement mis en danger ou détruit plus tard dans le troisième nœud dramatique. Cependant, c’est la menace elle-même qui incite le protagoniste à se lancer dans le pari (peut-être hubristique) de la Fausse Victoire qui précède le Moment Faible.

Pour l’antagoniste, le deuxième point de pincement reflète également le premier point de pincement en représentant un moment d’agression significative (à quelque degré que ce soit) contre le protagoniste. Ici, l’antagoniste fait jouer ses muscles, agissant à partir de sa position de force après le point médian. Sa force est réelle, mais comme il n’a pas acquis de nouvelles connaissances (pratiques ou thématiques), sa capacité à s’adapter à la dynamique de l’intrigue commence à s’essouffler. En bref, le protagoniste évolue plus vite que l’antagoniste – et ce sera le facteur décisif à la fin.

Le rôle de l’antagoniste dans le deuxième point de pincement : L’antagoniste va initier les événements du deuxième point de pincement en fonction de ses progrès au point médian. De son point de vue, ce qu’il fait ici peut sembler être le début de la fin de la partie. Il peut repousser le protagoniste en pensant qu’une nouvelle poussée suffira à renverser son adversaire et à éliminer le protagoniste en tant qu’obstacle. Cependant, il surestimera probablement sa propre position et sous-estimera celle du protagoniste. Par conséquent, il peut ne pas se rendre compte que l’effort qu’il déploie ici n’a pas l’effet désiré. Le protagoniste peut sembler battre en retraite, mais à l’insu de l’antagoniste, cette retraite n’a pour but que de permettre au protagoniste de rassembler ses forces pour ce que le protagoniste considère comme le début de la fin de partie.

7. Le rôle de l’antagoniste dans le troisième nœud dramatique

Au troisième nœud dramatique, tout change pour les deux personnages. Le protagoniste initie ce temps fort par un repli calculé contre l’antagoniste (ou, alternativement, vers son propre objectif). À bien des égards, la stratégie du protagoniste va réussir. Il utilisera ce qu’il a appris dans les moments et épreuves précédents pour surmonter les obstacles qui l'empêchaient d’avancer. Il se pourrait bien qu’il porte un coup significatif et dommageable à l’antagoniste. Mais en raison de son propre conflit intérieur, permanent et incomplet, entre le Mensonge et la Vérité, il paiera également un prix énorme pour cette attaque. Pour le protagoniste, les deux faces du troisième nœud dramatique peuvent être appelées fausse victoire et moment de faiblesse.

Pour l’antagoniste, ce temps est tout aussi compliqué. D’un côté, le protagoniste l’a simplement frappé là où ça fait mal. Avant cela, l’antagoniste se croyait en bonne position pour triompher. Maintenant, ses faiblesses et ses angles morts ont été exposés. Mais d’un autre côté, comme nous l’avons déjà vu, il s’agissait d’une victoire à la Pyrrhus pour le protagoniste – ce qui signifie que l’antagoniste peut encore gagner, ne serait-ce que par défaut. Les deux parties se retireront pour panser leurs plaies. À partir de là, une confrontation finale est non seulement nécessaire mais inévitable. Leur prochaine rencontre décidera qui atteindra les objectifs ultimes de l’intrigue et qui ne les atteindra pas.

Le rôle de l’antagoniste dans le troisième nœud dramatique : L’antagoniste consolidera ses propres ressources et se préparera également à une riposte majeure contre le protagoniste. Il peut recevoir les efforts du protagoniste par une sorte d'embuscade, qui retourne la situation contre le protagoniste à la dernière minute. L’antagoniste ne sera pas vaincu et pourra même gagner du terrain dans le conflit global. Cependant, pour l’antagoniste aussi, le troisième nœud dramatique représente généralement un moment relativement désespéré. Le temps presse ; les deux parties reconnaîtront que le conflit devra bientôt être tranché. Bien que l’antagoniste puisse encore avoir un léger avantage sur le protagoniste, les règles du jeu se sont quelque peu égalisées depuis le début du conflit. Même si l’objectif de l’antagoniste est à portée de main, il est probable qu’il ressente encore la pression énorme de l’enjeu.

8. Le rôle de l’antagoniste dans le climax

Le climax commence à proprement parler à la moitié du troisième acte et s’intensifie à des degrés divers jusqu’au moment décisif à la fin de l’histoire. Ce tournant est ce qui fait sortir le protagoniste et l’antagoniste de leurs réactions respectives au troisième nœud dramatique pour les amener à leur confrontation finale.

Cette confrontation peut avoir lieu directement entre ces deux personnages et peut même constituer le point central de l’histoire. L’un des personnages vaincra l’autre. Cette défaite est soit le but de l’histoire, soit l’unique obstacle restant pour atteindre ce but.

Cependant, la « confrontation » peut aussi être indirecte ou même accessoire. Il est possible que la poursuite finale de l’objectif du protagoniste n’exige pas qu’il s’oppose directement à l’antagoniste ou qu’il le vainque ; au contraire, en faisant tout ce qu’il doit faire pour triompher de son propre objectif, il peut accessoirement vaincre la force antagoniste. Ce dernier cas est particulièrement probable dans les histoires qui se concentrent sur un conflit intérieur ou relationnel.

Le rôle de l’antagoniste dans le climax : À ce stade de l’histoire, il est plus important que jamais de garder à l’esprit que l’antagoniste est un personnage qui a ses propres désirs et objectifs. Même si son objectif principal est de détruire le protagoniste ou de parvenir à son objectif avant le protagoniste, il doit poursuivre cette fin pour une raison – et maintenant que le conflit a atteint son point décisif, cette raison sera plus importante que jamais pour l’antagoniste. Ce à quoi il a travaillé tout au long de l’histoire est sur le point d’être décidé de manière définitive. Même si les enjeux semblaient plus élevés pour le protagoniste pendant la majeure partie de l’histoire, les règles du jeu sont désormais les mêmes pour tous. L’antagoniste a tout autant d’enjeux que le protagoniste.

9. Le rôle de l’antagoniste dans le moment décisif

Le moment décisif met fin au climax et au conflit de l’intrigue. C’est le moment qui décide qui « gagne » et qui « perd ». Dans une histoire positive, le gagnant est presque toujours le protagoniste. Cependant, le concept de « défaite » de la force antagoniste doit être compris dans le contexte de la suppression des obstacles entre le protagoniste et son objectif ultime. C’est ce qui met fin au conflit. (Ainsi, ce n’est pas tant qu’il n’y a pas de conflit sans antagoniste, mais plutôt qu’il n’y a pas d’antagoniste sans la nécessité d’un conflit).

Dans une histoire où l’aspect prédominant de la force antagoniste se trouve dans le protagoniste, le positionnement final de l’antagoniste externe dans la finale ne sera pas aussi important. Par exemple, pour revenir à l’exemple de la semaine dernière d’une histoire de concurrents, la victoire du protagoniste peut être plus morale que littérale. Même s’il s’agit d’une victoire littérale au sein de la compétition, l’accent sera moins mis sur le fait que le protagoniste a vaincu aux dépens de l’antagoniste que sur sa propre transformation intérieure en force.

En fait, dans certaines histoires, le conflit se terminera par la résolution des différends entre le protagoniste et l’antagoniste et peut-être même par la revendication mutuelle de l’objectif de l’intrigue.

Le rôle de l’antagoniste dans le moment décisif : Le moment décisif fonctionne de la même manière pour les deux personnages. C’est le moment où le conflit prend fin. La relation du protagoniste et de l’antagoniste avec leurs objectifs sera définitivement décidée, par leurs actions, d’une certaine manière. Il n’y aura plus de progression vers cet objectif particulier.

10. Le rôle de l’antagoniste dans la résolution

La Résolution est le temps qui suit le Climax. Dans la plupart des histoires, on lui consacre au moins une scène, voire plus. Dans d’autres histoires, elle n’est littéralement rien de plus qu’un temps. C’est la note finale de l’histoire, le « fade out ». D’un point de vue fonctionnel, il existe pour mettre un terme à la cause et à l’effet de l’histoire entière et du moment décisif en particulier. Il montre les réactions du protagoniste et de l’antagoniste à ce qui vient de se passer.

Le rôle de l’antagoniste dans la résolution : Dans de nombreuses histoires, l’antagoniste ne sera pas présent lors de la résolution. Soit il aura été éliminé du monde de l’histoire (tué, banni, etc.), soit il n’aura plus d’importance pour le protagoniste puisqu’il ne sera plus un obstacle. Dans d’autres histoires, en particulier celles où l’antagoniste est un personnage important de la relation, la résolution peut offrir une conciliation entre les personnages. Cela peut aller d’un accord de partenariat complet entre eux à une simple poignée de main et un signe de respect avant qu’ils ne partent chacun de leur côté. Il est également possible qu’une des parties (probablement la protagoniste si elle suit l’Arc de Changement Positif) soit prête à se réconcilier mais que l’autre ne le soit pas et s’en aille simplement, se bannissant de fait.


Trop souvent, nous associons « antagoniste » à « méchant ». D’un point de vue structurel, l’antagoniste est simplement une force qui s’oppose à la progression du protagoniste et qui, par conséquent, l’incite à grandir. Compris de cette manière, le rôle de l’antagoniste dans la structure peut être renforcé pour créer une histoire plus solide et plus convaincante à chaque instant.

Categories
Écrire un roman

6 façons de créer un conflit captivant dans votre histoire

Qui dit que le conflit est une mauvaise chose ? Qui dit que la paix mondiale est l’objectif le plus important de l’humanité ? Qui dit qu’en se disputant avec son petit frère quand on est enfant, on risque de devenir un voyou mal élevé ?

Pas un écrivain, c’est sûr !

On peut dire que le principe le plus important de la fiction se résume à la phrase « pas de conflit, pas d’histoire ». Vous pouvez enfreindre toutes les règles du livre et avoir un sacré succès, à condition de ne pas oublier d’ajouter un soupçon de conflit dans votre histoire. Ou plutôt, une ou deux louches bien remplies.

Le principe est simple : la fiction a sa base même dans le conflit. Si les personnages principaux ne s’affrontent pas, s’il n’y a pas de guerre, si les extraterrestres se contentent de rester discrètement dans leur propre galaxie, alors nous n’avons pas vraiment d’histoire, n’est-ce pas ? Pensez-y. Si Elizabeth et M. Darcy s’étaient bien entendus dès le début, nous n’aurions jamais connu tout cet esprit fin et ce grésillement d’émotions et de retournements dans Orgueil et Préjugés. Si le Nord et le Sud avaient simplement réglé leurs différends par une poignée de main, Scarlett O’Hara n’aurait jamais eu besoin de s’échapper d’une Atlanta en feu dans Autant en emporte le vent. Et si les Martiens s’étaient occupés de leurs propres affaires sur Mars, Orson Welles n’aurait jamais pu entrer dans l’histoire en faisant flipper des milliers de personnes avec son émission de radio sur la Guerre des Mondes.

Alors comment fabriquer ce précieux ingrédient de l’histoire ? Heureusement, le conflit est en fait l’un des éléments les plus faciles (et les plus amusants) de l’histoire. En tant qu’êtres humains, nous connaissons tous un peu l’anarchie et le chaos, et il n’est pas si difficile d'emprunter un peu de ces éléments à la vie réelle et de les instiller dans la page. Mais juste au cas où vous vous sentiriez perplexe, voici quelques suggestions.

1. Créez des conflits de personnalités

C’est la façon la plus simple (et souvent la meilleure) d’introduire un peu de conflit dans votre histoire. Parce que l’interaction des personnages est toujours au cœur de toute histoire, ce sont les affrontements entre personnages qui produiront vos conflits les plus constants, et généralement les plus intéressants aussi. L’élément clé à retenir à propos des conflits entre personnages est qu’ils doivent s’affronter pour une raison réaliste. Les personnages qui s’entendent parfaitement pendant le premier tiers de l’histoire ne peuvent pas soudainement, sans raison apparente, exploser dans un combat à mains nues. Bien sûr, nous ne voulons probablement pas que nos personnages s’entendent parfaitement pendant le premier tiers de l’histoire (c’est ennuyeux, non ?). Nous essayons plutôt de créer des personnages qui vont naturellement se pousser les uns les autres. Et je ne parle pas seulement des confrontations entre les bons et les méchants. Assurez-vous que votre héros est entouré d’adversaires mineurs. Si au contraire vous vous retrouvez avec un personnage qui a tendance à se ranger du côté de votre personnage principal à chaque tournant, pimentez-le en y ajoutant une petite rébellion inattendue.

2. Mettez les personnages dans des situations inattendues

De nombreux récits se basent entièrement sur cette idée (pensez aux frères et sœurs Pevensie qui font des culbutes dans l’armoire de Narnia dans Le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique de C.S. Lewis ou au jeune bourgeois Jim Graham envoyé dans un camp de prisonniers japonais dans l’Empire du Soleil de J.G. Ballard). Mais même si vous n’allez pas aussi loin, vous pouvez quand même profiter de l’inattendu en forçant votre personnage à vivre des situations et des relations qui vont à l’encontre de sa personnalité ou de ses inclinations. Si vous avez une héroïne qui est terrifiée à l’idée de parler en public, pourquoi ne pas la mettre dans une situation où elle n’a pas le choix ? Elle cédera sous la pression ou relèvera le défi. Dans les deux cas, le lecteur sera accroché.

3. Faites monter les enchères

Pendant un long moment, j’avais collé sur mon tableau d’affichage une note qui disait : « Penser aux dix pires choses qui pourraient arriver à votre personnage. » C’est un peu sadique, je sais. Mais les lecteurs ne sont pas intéressés par les histoires de personnages qui traversent la vie sans jamais rencontrer d’épreuves, de danger ou de tristesse. Déchirez vos personnages, mettez-les sous une pression atroce, et quand les choses semblent ne pas pouvoir être pires, assurez-vous qu’elles le soient.

4. Combinez les batailles intérieures et extérieures

Nancy Kress, dans son fantastique livre Beginnings, Middles & Ends, a parlé de la nécessité d’inclure les batailles intérieures et extérieures :

Chaque paragraphe de votre histoire doit atteindre deux objectifs : faire avancer l’histoire (l’intrigue), et développer vos personnages en tant qu’êtres humains réels, individuels, complexes et mémorables.

En d’autres termes, le conflit doit se produire non seulement à grande échelle dans le roman (qu’il s’agisse d’une crise familiale ou de la troisième guerre mondiale), mais aussi dans le petit théâtre de la vie intérieure du personnage. Chaque scène doit inclure la bataille extérieure (la réaction physique au conflit) et la bataille intérieure (la réaction psychologique et émotionnelle aux événements). Toute scène qui manque de l’une ou l’autre, se trouve au bord de la falaise de Pas assez de conflit.

5. Construisez jusqu’au point culminant

Bien qu’il soit vital que chaque scène contienne un certain niveau de conflit, il est également important de surveiller le déroulement général de ce conflit. Vous devez ouvrir votre récit avec suffisamment de conflits pour attirer l’attention du lecteur, puis continuer à construire sur ce conflit pour qu’il continue à lire. Mais vous ne voulez pas déverser le danger et la détresse de manière si intense au début de votre histoire que vous vous épuisiez avant la fin. En vous servant de l’anticipation narrative et de la tension, construisez votre conflit de façon régulière jusqu’au point culminant (le climax).

6. Maintenez l’équilibre

Les histoires sont une question d’équilibre. Un conte dans lequel il n’y a pas de conflit sera tout aussi ennuyeux que de voir la condensation se dissiper. Mais un conte qui ne s’arrête jamais pour laisser ses personnages (ou son lecteur) reprendre leur souffle est ennuyeux à sa manière. Nous devons trouver des moyens d’ajuster le niveau du conflit. Nous devons donner à nos personnages une chance de ralentir et de rassembler leurs pensées pour la prochaine attaque. Les histoires doivent être constituées de batailles à grande et à petite échelle. Mélangez les choses. Ajoutez une variété de conflits de toutes les couleurs, formes et tailles et laissez vos personnages et vos lecteurs deviner.

Oubliez ce que les experts de la paix (sans parler de votre mère) vous disent toujours, et rajoutez-en en termes de conflit dans votre histoire. Après tout, un peu de paix et de calme n’a jamais permis à un auteur de se retrouver nulle part.

Donnez-moi votre opinion : Quelle est la principale source de conflit dans votre histoire ?


Envie de mieux préparer vos romans pour créer des conflits et des personnages qui vont améliorer votre histoire et rendre vos lecteurs plus heureux ?

Retrouvez toutes les recettes utilisées par K.M. Weiland quand elle écrit des romans de fiction dans Préparez votre roman