Categories
Écrire un roman

Nouveau livre de K.M. Weiland : Trouvez et exploitez comme un pro le thème de votre histoire

Les lecteurs en anglais ont déjà dû voir passer ce livre dans la collection de K. M. Weiland sur l’écriture de romans, mais il n’avait pas encore été traduit en français. C’est maintenant chose faite et ce livre sur le thème de vos histoires est sorti à la fois en papier et en numérique sur vos boutiques préférées.

Voici la couverture de ce nouveau livre intitulé Écrire le thème de votre histoire.

Le thème est le véritable enjeu de votre histoire

Le thème est le mystérieux cousin de l’intrigue et du personnage. Trop souvent considéré comme abstrait plutôt qu’actionnable, le thème est fréquemment mal compris et laissé au hasard. Certains auteurs insistent même sur le fait que le thème ne doit pas être mis en œuvre de manière délibérée. C’est regrettable, car à bien des égards, le thème est l’histoire. Le thème est le cœur, le sens, l’essentiel. Rien d’aussi important ne doit être négligé.

Les thèmes puissants ne sont jamais accessoires. Ils émergent de la conjonction d’intrigues fortes et d’arcs de personnages résonnants. Cela signifie que vous pouvez apprendre à planifier et à mettre en œuvre un thème. Ce faisant, vous renforcerez votre capacité à écrire non seulement des histoires qui captivent, mais aussi des histoires qui restent dans l’esprit des lecteurs longtemps après la fin.

Écrire le thème de votre histoire vous apprendra :

• Comment créer un thème à partir de l’intrigue et des personnages.

• Pourquoi chaque personnage secondaire et chaque intrigue secondaire doivent renforcer le thème.

• Comment éviter que le thème n’ait l’air d’un prêche ou soit « appliqué » comme une couche de vernis.

• Ce qu’il faut prendre en compte pour identifier le meilleur thème pour une histoire donnée.

• Et bien d’autres choses encore !

La maîtrise consciente du thème élèvera chaque histoire que vous écrivez et vous permettra de créer des fictions profondes et pleines de sens.

Prenez le contrôle de votre histoire grâce à une mise en œuvre puissante du thème.


Pour en découvrir plus sur ce livre :

Les autres boutiques numériques vont le publier aussi dans les jours qui viennent pour la version ebook, idem pour la version papier.

https://amzn.to/44ZbdWc
Categories
Écrire un roman

Quel est le rôle du thème dans le dénouement d’une histoire ?

Aujourd’hui, je vais être un mauvais rédacteur de blog. Je ne vais pas vous faire réfléchir du tout pour trouver la réponse à la question du titre : « Quel est le rôle du thème dans l’apogée d’une histoire ? » Je vais juste vous le dire directement : Le rôle du thème dans le point culminant de votre histoire est très important. Le thème est ce qui permet à l’ensemble de fonctionner avec un certain réalisme ou un certain sens.

Retrouvez ce livre de K.M. Weiland sur Amazon

Pas de pression, n’est-ce pas ?

En fait, il y a beaucoup de pression, parce que si vous ratez l’occasion de faire exploser votre thème dans le point culminant de votre histoire, non seulement vous vous contenterez de moins que le meilleur pour votre histoire, mais vous risquez aussi de la paralyser.

Mais ne vous inquiétez pas. Si le thème joue un rôle important dans le dénouement d’une histoire, c’est aussi un rôle tout à fait amusant et gratifiant. Mieux encore, si vous parvenez à déterminer le rôle du thème dans le point culminant de votre histoire, vous disposerez d’un raccourci pour déterminer tout ce que vous devez savoir sur votre thème.

Le rôle le plus important du thème dans le dénouement de votre histoire

Quel est le rôle du thème dans l’apogée de l’histoire ?

Nous considérons parfois le thème comme de la poudre aux yeux. Il se contente de rester là, d’être joli et d’habiller nos romans d’un peu d’ampleur morale. Il transforme notre histoire simple mais divertissante de deux amoureux croisés en quelque chose de plus important qu’un simple bonheur sans lendemain.

Mais pour que le thème puisse faire cela, il faut qu’il soit plus qu’une simple cerise sur le gâteau. Il doit être la farine et les œufs.

Les histoires elles-mêmes ne sont qu’une expression – une dramatisation – de leurs thèmes. Et si votre thème est une question, le point culminant est la réponse. Lorsque le conflit de l’histoire atteint son paroxysme, le résultat de cette confrontation finale doit fournir plus qu’une simple preuve externe de la victoire du protagoniste ou de la force antagoniste. Le résultat de ce conflit doit également prouver le thème de votre histoire.

Prenons l’exemple de Rita Hayworth et la rédemption de Shawshank’s de Stephen King. L’évasion spectaculaire d’Andy Dufresne ne se limite pas à son évasion physique de la prison. C’est la preuve finale de la vérité thématique selon laquelle l’espoir nous permet de vivre dans des circonstances horribles et de triompher de l’autre côté. S’il échoue dans son évasion, non seulement il restera en prison pour le reste de sa vie, mais sa prémisse thématique se révélera fausse et son affirmation contraire (« Laisse-moi te dire quelque chose, mon ami. L’espoir est une chose dangereuse. L’espoir peut rendre un homme fou »).

Comment le dénouement de votre histoire vous aidera à trouver votre thème

Si vous n’êtes pas sûr du thème de votre histoire (ou, par extension, de l’arc de votre personnage), vous n’avez pas besoin de chercher plus loin que le point culminant de votre histoire. Dans son livre Story, Robert McKee nous le rappelle :

Quelle que soit votre inspiration, l’histoire intègre en fin de compte son idée maîtresse le thème dans l’apogée finale….

Que se passe-t-il dans votre point culminant ? Quelle bataille mène votre protagoniste ? Il est presque certain qu’il poursuivra un objectif physique. Il doit tuer le méchant, reconquérir la jeune fille, voler le Faucon maltais. Mais sous la surface de la chasse au trésor physique, il y aura toujours une raison plus profonde. La motivation de votre personnage pour obtenir cette chose doit être au cœur du thème de votre histoire.

S’il livre cette bataille finale pour une raison qui n’a rien à voir avec votre thème, votre histoire s’écroulera. Il se peut qu’il s’agisse encore d’un final en forme de coup de théâtre. Elle peut même rester une histoire raisonnablement divertissante. Mais ce ne sera pas un tour de force intellectuellement et émotionnellement stimulant. Pire, elle sera fondamentalement bâclée et incohérente, au moins au niveau subconscient.

Créez une histoire construite pour renforcer le thème de votre climax

La création d’un climax thématiquement solide implique bien plus que le climax lui-même. Pour créer un climax qui réponde de manière résonnante à la question thématique de votre histoire, vous devez d’abord construire une histoire entière qui pose la bonne question. Il ne s’agit pas seulement de poser la question dans le premier acte de votre histoire, par le biais du mensonge auquel croit votre personnage. Il s’agit également de créer une bataille cohérente, tout au long de l’histoire, entre le mensonge et la vérité. McKee à nouveau :

Les affirmations positives et négatives d’une même idée s’affrontent tout au long de l’histoire, gagnant en intensité, jusqu’à ce qu’elles se heurtent de plein fouet dans une dernière impasse. C’est de là que naît le climax de l’histoire, dans lequel l’une ou l’autre idée réussit.

Voici une règle empirique simple : Posez-vous la question suivante : « Votre histoire va-t-elle se terminer par une affirmation positive de votre thème ? » Si c’est le cas, alors, à toutes fins utiles, votre fin sera heureuse, quelles que soient les circonstances physiques dans lesquelles votre protagoniste termine l’histoire. Si votre histoire se termine par cette affirmation de votre thème, elle doit alors commencer par une affirmation négative du thème. En d’autres termes, le début de l’histoire doit affirmer que le thème est faux. Par exemple, Shawshank Redemption commence avec son personnage principal dans la situation la plus désespérée qui soit : emprisonné à vie pour un crime qu’il n’a pas commis, sans possibilité d’appel.

Andy Dufresne, premier jour en prison

Shawshank Redemption (Les évadés, 1994), Columbia Pictures.

Cette affirmation négative sera ensuite contrée par une affirmation positive, puis par une autre négative, puis par une autre positive, et ainsi de suite tout au long de l’histoire jusqu’à la confrontation finale au point culminant de l’histoire, lorsque la prémisse thématique est finalement prouvée une fois pour toutes.

(Bien sûr, cela fonctionne à l’inverse pour une histoire qui se termine en réfutant la vérité de l’histoire : elle commencera par une affirmation positive du thème).

Réfléchissez au point culminant de votre histoire. Comment se terminera-t-elle ? Heureuse ou malheureuse ? Comment votre personnage aura-t-il évolué ? Aura-t-il surmonté son mensonge et découvert la vérité ? Aura-t-il aidé d’autres personnes à trouver une vérité qu’il connaît déjà ? Ou sera-t-il tombé loin de la vérité et aura-t-il sombré dans le mensonge ?

Les réponses à ces questions vous permettront de trouver le thème de votre histoire. Orientez le conflit principal de votre histoire vers une confrontation finale qui sera guidée par le principe au cœur de votre thème. En faisant cela, vous aurez renforcé tous les autres aspects de votre histoire.

Categories
Écrire un roman

Comment faire passer un message dans votre histoire… sans prêcher

Si vous êtes écrivain, je pense que vous avez quelque chose à dire aux gens. Il y a un message dans votre histoire.

Vous voulez peut-être leur dire que la vie est belle, même dans les circonstances les plus sombres. Ou que la guerre est inutile. Peut-être pensez-vous que les avocats sont méchants et que vous voulez que plus de gens se rallient à votre opinion afin que vous vous sentiez moins exclu lorsque vous discuterez des combinaisons de salades les plus populaires.

Vous écrivez donc votre histoire. Vous créez un monde dystopique où les personnes qui détestent les avocats sont brutalement persécutées. Une jeune héroïne courageuse se bat contre cette société tordue et centrée sur l’avocat, citant tour à tour les Écritures, Ghandi et Bob Dylan dans une juste dénonciation de ce fruit vert répugnant. C’est magnifique.

Retrouvez ce livre de K.M. Weiland sur Amazon

Les problèmes liés à l’écriture d’histoires à message

Malheureusement, vos lecteurs bêta ont tendance à penser différemment. Dans leurs critiques, les mots « prêcheur » et « lourdaud » reviennent régulièrement. L’un d’entre eux, plutôt direct, compare l’expérience de lecture à « un noogie prolongé avec une poignée de coriandre biologique ».

Vous êtes effondré. Et un peu vexé. Ces personnes vous demandent-elles sérieusement d’édulcorer le thème de votre histoire pour en faciliter la lecture ? De toute évidence, ce ne sont que des pharisiens à l’esprit fermé qui ne supportent pas qu’on remette en question leurs croyances. Hourra.

En tant qu’écrivains et artistes, nous voulons changer la façon dont les gens pensent. Le problème, c’est que les gens ne veulent pas changer leur façon de penser. Et le plus triste, c’est que même s’ils sont d’accord avec l’idée que vous partagez, ils seront probablement agacés si elle continue de leur apparaître. « Oui, oui. Les avocats sont laids et dégoûtants. Revenons-en à l’histoire, s’il vous plaît.

Comment contourner ce problème ? Comment faire passer un message aux lecteurs sans réduire l’histoire à une diatribe peu ragoûtante ?

Thème ou message dans votre histoire

J’ai entendu un jour un professeur d’université dire que le thème, l’idée centrale que vous essayez de transmettre, devrait être caché. Enfoui dans les plis de votre histoire.

Cela n’a peut-être pas de sens immédiat. Si vous essayez de faire passer un message, pourquoi le cacher ?

Parce que les gens – la plupart des gens – aiment les chasses au trésor. Nous aimons découvrir quelque chose qui ne serait pas visible par n’importe qui – cela nous donne l’impression d’être intelligents. À l’inverse, lorsque cette chose nous frappe constamment au visage comme une boîte de conserve maniaque, nous nous sentons insultés et plus qu’un peu en colère contre l’auteur qui pense que nous sommes si peu intelligents et si peu attentifs qu’il faut sans cesse nous rappeler ce qu’il essaie de nous dire.

Comment Tolkien a fait passer son message et comment vous pouvez le faire aussi

Il n’est pas possible d’enterrer complètement la vérité. Il suffit d’en cacher la plus grande partie. Laissez suffisamment de traces pour que quelqu’un puisse tomber dessus. Et ce n’est pas le cas de tout le monde – seulement des vrais chercheurs de trésors. Ceux qui ont des oreilles pour entendre, pour ainsi dire. C’est ce que faisait Jésus dans ses paraboles, Homère, Shakespeare, G.K. Chesterton et bien d’autres grands conteurs de l’histoire.

Le Seigneur des anneaux est l’un de mes exemples préférés. De nombreux thèmes et motifs traversent ce magnifique récit, et l’un des plus importants est, tout simplement, le thème de l’espoir.

Mais Tolkien ne vous met pas l’espoir dans la figure jusqu’à ce que vous souhaitiez qu’il s’en aille et ne revienne jamais. Vos personnages ne se promènent pas en chantant « The Sun’ll Come Out Toooomorrow » et en réprimandant leurs amis pour leur manque d’enthousiasme. Au contraire, il nous donne Sam Gamgee.

Sam a vu une étoile blanche scintiller pendant un moment. La beauté de cette étoile lui serra le cœur, tandis qu’il levait les yeux vers la terre abandonnée, et l’espoir lui revint. Car comme un puits, clair et froid, la pensée le transperça qu’en fin de compte, l’Ombre n’était qu’une chose petite et passagère : il y avait de la lumière et une grande beauté pour toujours au-delà de sa portée.

Qui n’aime pas Sam ? Il nous rappelle que, quelle que soit l’étendue des ténèbres, quelle que soit la gravité de la situation, il y aura toujours des îlots de lumière, de bonté simple, digne d’un hobbit.

Et c’est de cela que je parle. Donnez à vos lecteurs de petits morceaux de vérité cachée, qui sortent de l’herbe pour ceux qui ont l’œil vif. C’est ainsi que l’on obtient un meilleur point de vue et une meilleure histoire.

Pour ce qui est de l’avocat, je ne sais pas trop quoi vous dire. Mais je crois en votre croisade, alors tenez bon😂.

Categories
Écrire un roman

Comment les personnages secondaires vous aident à découvrir un thème

Le thème est-il la morale d’une histoire ? Est-ce le message qu’un auteur veut partager ? Ou est-ce quelque chose de plus inhérent à l’intrigue elle-même ?

S’il s’agissait d’un test à choix multiples, j’espère que vous auriez choisi C. Bien que le thème soit potentiellement à la fois une morale et un message, ni l’un ni l’autre ne devrait être son but (si c’est le cas, alors vous devez vous méfier de transformer votre histoire en une tribune). Ils ne doivent pas non plus être à l’origine du thème.

D’où vient le thème d’un roman ?

Le thème est inextricablement lié à l’évolution de votre personnage principal. Prenez la personne qu’il est au début de l’histoire, soustrayez-la de celle qu’il est à la fin, et la différence entre les deux est votre thème. Lorsque Scrooge l’avare égoïste devient Scrooge l’ami et l’humanitaire, le thème de Dickens apparaît comme « la valeur de l’humanité par rapport à l’argent ».

Même si une histoire peut explorer de nombreux sujets d’intérêt moral et émotionnel, le thème central est toujours celui que le protagoniste découvre lui-même. C’est assez facile, n’est-ce pas ? Mais les choses deviennent un peu plus intéressantes.

Comment les personnages secondaires définissent le thème

Un protagoniste seul sur une île déserte sera capable de découvrir un thème tout seul. Mais si votre histoire vous permet de lui fournir quelques personnages mineurs clés, alors allez-y et mettez-les à contribution pour vous aider à construire un thème plus cohérent et plus résonnant.

Comment y parvenir ? Examinons quelques tactiques.

Mettez l’accent sur les différentes approches du thème par vos personnages secondaires

Disons que le voyage de votre protagoniste va lui apprendre que le véritable respect se mérite par ce qu’une personne fait, plutôt que par sa richesse ou son statut social. En gros, vous pourriez résumer votre thème par le mot « respect ».

Vous pouvez explorer tous les aspects du respect et de l’irrespect : respect de soi, respect des supérieurs, respect des inférieurs, etc.

Votre personnage principal se concentrera sur un aspect spécifique du respect. Mais vos personnages secondaires peuvent également être confrontés à leurs propres problèmes de respect. Un personnage peut essayer de respecter une figure d’autorité difficile. Un autre pourrait lutter contre des démons personnels de culpabilité afin de s’accrocher à ses derniers lambeaux de respect de soi. Un autre encore peut croire que le respect est une illusion et que, par conséquent, on peut tout aussi bien l’obtenir en trompant les autres.

En permettant à chaque personnage d’aborder le sujet sous un angle légèrement différent, vous disposez d’une multitude d’éléments pour explorer tous les aspects de votre thème.

Opposez votre acolyte à votre protagoniste

Les acolytes sont des personnages qui soutiennent presque entièrement votre protagoniste. Ils participent au même voyage que lui et l’encouragent dans la poursuite de ses objectifs. Votre protagoniste et son (ses) personnage(s) secondaire(s) partageront de nombreuses similitudes.

Mais ils doivent également partager des différences essentielles. C’est dans ces différences que votre thème commencera à émerger. Ces différences peuvent être bonnes ou mauvaises. Si votre protagoniste pense que seuls les riches sont dignes de respect, votre acolyte pourrait penser que « c’est ce que vous faites qui vous définit ». Ou si votre protagoniste pense que le respect doit être mérité, son acolyte pourrait être celui qui pense qu’il est normal de mentir aux autres pour les amener à le respecter.

Le contraste entre les croyances et les actions de ces deux alliés permettra de mieux cerner votre thème.

Comparez votre antagoniste à votre protagoniste

Lorsque vous pensez à un antagoniste, vous avez probablement tendance à vous concentrer sur les différences qu’il présente par rapport à votre protagoniste. Mais certains des aspects les plus importants de votre histoire émergeront grâce à la façon dont l’antagoniste et le protagoniste ne sont pas si différents que cela.

Dans Writing Screenplays That Sell, le scénariste Michael Hauge explique :

Le thème émerge lorsque la ressemblance du héros avec la némésis et sa différence avec le reflet (l’acolyte) sont révélées…. La némésis ne représente pas nécessairement une mauvaise qualité que le héros possède également et qu’il doit surmonter. La similitude entre le héros et sa némésis peut impliquer une caractéristique positive ou négative et peut être révélée au début … à la fin, ou n’importe où entre les deux. La seule règle est de trouver une similitude.

Votre protagoniste et votre antagoniste ont peut-être tous deux été des enfants qui ont ressenti le manque de respect de la société à l’égard des pauvres. Par conséquent, ils croient tous deux que la richesse est synonyme de respect. Ce point commun crée toutes sortes de possibilités thématiques intéressantes. Les tentations auxquelles votre protagoniste sera soumis et les avertissements (pleins de présages !) sur ce qu’il pourrait devenir sont riches en sous-entendus thématiques.

Lorsque vous utilisez vos personnages pour illustrer votre thème, vous ouvrez non seulement les possibilités thématiques, mais vous permettez également au thème de se déployer naturellement dans l’histoire – au lieu de l’énoncer de but en blanc et de le faire avaler aux lecteurs.

Categories
Écrire un roman

Vous ne connaissez pas le thème de votre histoire ? Jetez un coup d’œil à l’arc de votre personnage

Qu’est-ce qui distingue une bonne histoire d’une grande ? Nous pouvons tous donner beaucoup d’avis, mais le mien est le suivant : Le thème de votre histoire est ce qui l’élèvera au-dessus du lot, du simple divertissement à quelque chose qui restera gravé dans la mémoire des lecteurs, qui aura un impact sur leur vie et qui les poussera peut-être même à grandir. Vous dites : « Génial ! Un grand thème, j’arrive ». Mais comment trouver le thème de votre histoire ?

Retrouvez ce livre de K.M. Weiland sur Amazon

La moitié du problème avec le thème est que les auteurs ont tendance à le considérer comme s’il existait dans le vide. Vous avez une histoire géniale, vous devez donc trouver un thème tout aussi génial pour l’accompagner. Mais cela ne fonctionne pas mieux que de préparer un fabuleux sandwich aux cacahutes et de se rendre compte ensuite que l’on a oublié les légumes : il vaut mieux y mettre des épinards, n’est-ce pas ?

Le thème n’est pas un supplément. Ce n’est pas un bonus. Le thème de votre histoire est son cœur et, en tant que tel, il doit être en harmonie avec votre intrigue et les arcs de vos personnages. Alors, comment trouver le thème de votre histoire ? Facile ! Ne cherchez pas plus loin que l’arc de votre personnage.

Le thème est la base de votre histoire

Dans le numéro d’octobre 2004 du Writer’s Digest, Martha Alderson explique : « Le thème est le « pourquoi » :

Le thème est le « pourquoi » – la raison pour laquelle vous écrivez l’histoire….

Pourquoi écrivez-vous cette histoire ? Pourquoi écrivez-vous à propos de vos personnages ? Qu’est-ce qui, dans leur parcours, vous a séduit ? Quel est le cœur de l’histoire ? La justice, la miséricorde, l’amour, la vengeance, la découverte de soi ? Ce qui anime les personnages est aussi ce qui anime votre histoire. C’est votre thème.

Dans son livre Story, Robert McKee écrit qu’au lieu du terme « thème », je préfère l’expression « idée maîtresse » :

Je préfère l’expression « idée maîtresse » car, comme le thème, elle désigne l’idée fondamentale ou centrale d’une histoire, mais elle implique également une fonction : L’idée maîtresse détermine les choix stratégiques de l’auteur. C’est encore une autre discipline créative pour guider vos choix esthétiques vers ce qui est approprié ou inapproprié dans votre histoire, vers ce qui exprime votre idée maîtresse et peut être conservé par rapport à ce qui n’a rien à voir avec elle et doit être supprimé.

En d’autres termes, votre thème est le phare dans la mer de votre histoire. Si vous parvenez à identifier votre thème dès le départ, vous serez en mesure de maintenir l’ensemble de votre histoire sur la bonne voie. Si un aspect de votre personnage ou de votre intrigue ne contribue pas à cette idée maîtresse qu’est le thème, vous savez qu’il s’agit probablement d’un élément superflu.

Jusque-là, tout va bien. Mais peut-être avez-vous déjà une histoire en tête. Vos personnages sont déjà engagés dans leur voyage. Leur histoire a déjà commencé. Ce n’est pas comme si vous pouviez choisir n’importe quel thème au hasard et l’intégrer, comme les épinards dans notre PB&J qui n’est plus aussi parfait.

Comment identifier le bon thème lorsque tous les autres éléments de l’histoire arrivent en premier ?

Intrigue, arc de votre personnage et thème : leurs liens et leurs différences

Vous souvenez-vous de l’époque où nous expliquions que les arcs de personnages sont alimentés par le conflit entre ce que votre personnage veut et ce dont il a besoin ? C’est entre les deux que se trouve votre thème. Voici un bref rappel de ce que sont ces deux choses et comment elles fonctionnent dans une histoire.

Ce que veut votre personnage = l’intrigue

La chose que veut votre personnage est l’objectif principal de l’histoire. Pour une raison ou une autre, votre personnage pense avoir besoin de cette chose. Peut-être que c’est le cas, peut-être que ça ne l’est pas. Mais quoi qu’il en soit, c’est ce qui motive chacune de ses actions dans l’histoire. Ce qu’il ne réalise pas, cependant, c’est que ce Want n’est pas ce dont il a besoin.

Ce que veut votre personnage – l’objectif principal de l’histoire – est l’intrigue de votre récit.

Ce dont votre personnage a besoin = le thème

C’est le besoin fondamental au cœur de votre personnage. Il est presque certain qu’il en est inconscient dans une certaine mesure. Il se peut même qu’il soit dans le déni. Mais il ne sera jamais complet tant qu’il n’aura pas reconnu et satisfait ce besoin. Grâce à un mensonge fondamental qu’il croit – sur lui-même ou sur le monde – il croit qu’il ne veut pas ce besoin ou qu’il ne le mérite pas. C’est le véritable objectif de votre histoire, mais c’est un objectif qui sera largement sous-jacent.

La chose dont votre personnage a besoin est le thème de votre histoire.

Ce que veut votre personnage et ce dont il a besoin = l’arc du personnage

Mettez ces deux choses ensemble en forçant votre personnage à grandir au point d’être prêt à sacrifier ce qu’il veut pour obtenir ce dont il a besoin, et vous obtenez soudain un arc de personnage. Les trois éléments – l’intrigue, le thème et le personnage – sont interdépendants. L’arc de votre personnage sera toujours le moteur de votre intrigue, et votre thème se trouvera toujours au cœur de l’arc. Déterminez les questions fondamentales que votre personnage se posera au cours de son voyage dans l’intrigue – déterminez l’essentiel de son changement ou de son absence de changement – et vous aurez trouvé le thème que votre histoire doit raconter.

Infographie sur l'intrigue + le personnage = le thème
Infographies sur l’intrigue + le personnage = le thème

La meilleure façon de revérifier le thème de votre histoire

Une fois que vous avez trouvé le thème inhérent au cœur de votre histoire, prenez le temps d’analyser s’il s’agit vraiment du meilleur thème pour cette histoire. Pourriez-vous obtenir un thème meilleur et plus percutant si vous pouviez modifier votre intrigue et l’arc de vos personnages ?

Vérifiez à nouveau le thème de votre histoire en le résumant aussi brièvement que possible. S’agit-il d’un thème général comme la justice ou la pitié ? Ou s’agit-il d’un thème très spécifique comme celui d’Un conte de Noël : mieux vaut mourir pauvre que mal-aimé ?

Un chant de Noël (2009), Walt Disney Pictures.
Un chant de Noël (2009), Walt Disney Pictures.

L’intérêt de résumer ainsi le thème de votre histoire est qu’il vous donne une meilleure idée de son originalité relative et des risques qu’elle comporte. Ne vous contentez pas de thèmes sûrs. Cherchez plutôt des thèmes dangereux et controversés. Vous voulez faire réfléchir les lecteurs. Vous voulez poser des questions difficiles – pas les mêmes questions qui sont posées encore et encore. La véritable originalité se trouve toujours dans le thème. Plus votre thème est courageux et honnête, plus votre histoire sera originale et vraie.

Prenez le temps de réfléchir au thème de votre histoire. Est-ce qu’il vous saute aux yeux ? Ou devez-vous creuser un peu ? Et lorsque vous le trouvez, est-il en harmonie avec votre intrigue et les arcs de vos personnages ? Maintenant, réfléchissez à la manière dont vous pouvez le renforcer et l’affiner pour créer quelque chose de vraiment spécial.

Categories
Écrire un roman

Vous voulez un thème puissant pour votre roman ? Jouez l’avocat du diable !

Vous voulez un thème puissant pour votre roman ? Jouez l’avocat du diable !

Voici ce qu’il faut savoir à propos d’un thème puissant. Il n’est pas noir ou blanc. Ce n’est pas la morale de l’histoire. Ce n’est pas une réponse, c’est une question. Et ce qu’il y a de bien avec les questions, c’est qu’elles ont très souvent plus d’une réponse.

Retrouvez ce livre de K.M. Weiland sur Amazon

Disons que vous écrivez une histoire qui pose une simple petite question comme « Le mensonge est-il mauvais ? ». Cela semble assez clair et net, n’est-ce pas ? Mais qu’en est-il lorsque le tueur à gages de la mafia se présente à votre porte et demande si votre vieil homme criblé de dettes est à la maison ? Il est dans le salon, caché sous la table basse, en train de faire de l’hyperventilation. Mais vous regardez M. Hitman dans les yeux et vous jurez haut et fort que votre père a déménagé en Californie. Ce mensonge est-il une mauvaise chose ?

La vérité n’est pas subjective, mais la façon dont nous la percevons l’est, et son applicabilité dans différentes situations l’est assurément. Comme le dit le proverbe chinois,

Il y a trois vérités. Ma vérité, ta vérité et la vérité.

Si vous voulez écrire un thème convaincant (et, par extension, une histoire convaincante), c’est le seul principe de la narration que vous devez comprendre. Vous ne pouvez pas présenter aux lecteurs votre vérité sans détour et vous attendre à ce qu’ils ne se sentent pas prêchés, et encore moins à ce qu’ils l’avalent d’eux-mêmes.

L’idée de thème met certains auteurs mal à l’aise – voici pourquoi

Dans certains cercles d’écrivains, le thème a mauvaise réputation. Les écrivains froncent le nez devant ce mot, comme s’il était malodorant. Le thème est un prêche. Le thème, c’est ce que nous donnent les fables d’Ésope. Le thème consiste à évangéliser les lecteurs à un point de vue spécifique – et les lecteurs détestent cela.

Et pourtant, on dit aussi aux écrivains (comme je vous l’ai dit ces dernières semaines) qu’un thème puissant est essentiel à la réussite d’une histoire. Comment cela fonctionne-t-il ?

La clé, bien sûr, c’est le mot « puissant ». Nous n’obtenons un thème puissant que lorsque nous comprenons que la prédication affaiblit en fait le thème. Revendiquer un point de vue solide comme le roc et le crier à la face des lecteurs n’équivaut pas à un thème puissant. C’est son caractère inamovible qui l’affaiblit. Le thème n’est pas le rocher fragile au milieu de la rivière : c’est l’eau qui continue à se déplacer, toujours en quête.

Sois l’eau, mon ami.

Mais cela sonne un peu comme un vœu pieux, n’est-ce pas ? Comment présenter un thème solide sans défendre à 100 % son point de vue moral ?

Point et contrepoint : Convaincre les lecteurs de votre thème en ne les convainquant pas

Si votre but en écrivant un roman est de convaincre les lecteurs de votre vérité, alors vous ne travaillez probablement pas dans le bon média. Mieux vaut acheter un podium ou une chaire (ou un blog !). En revanche, si vous souhaitez partager votre vérité et soulever des questions intéressantes à son sujet, vous êtes au bon endroit.

Le thème est une question d’exploration. Mais vous ne pouvez pas explorer si vous n’êtes pas prêt à sortir du bus touristique et à visiter des endroits sombres. En d’autres termes, vous devez être prêt à regarder l’exact opposé de la vérité supposée de votre thème et à l’explorer avec autant de sérieux et d’honnêteté que si vous y croyiez. Pour chaque point que vous soulevez pour étayer la prémisse thématique que vous avez choisie, vous devrez soulever un contrepoint tout aussi honnête et approfondi. Dans Dramatica, Melanie Anne Phillips et Chris Huntley expliquent :

L’enjeu et le contrepoint doivent être joués l’un contre l’autre au cours de l’histoire si l’auteur veut démontrer que l’un est meilleur que l’autre.

Le favoritisme n’a pas sa place dans un thème puissant. Pourquoi ? Parce que vos lecteurs le flaireront en une seconde et déprécieront instinctivement votre vérité, à la fois parce que vous avez manifestement des préjugés en la présentant et parce qu’ils n’apprécient pas vos tentatives de manipulation. Robert McKee, dans Story, insiste sur ce point :

Lorsque vous créez les dimensions de l' »argument » (thématique) de votre histoire, veillez à renforcer la puissance des deux parties. Composez les scènes et les séquences qui contredisent votre déclaration finale avec autant de vérité et d’énergie que celles qui la renforcent. Si votre histoire se termine sur une contre-idée, telle que « Le crime paie parce que… », amplifiez les séquences qui amènent le public à penser que la justice l’emportera. Si votre histoire se termine sur l’Idée, comme « La justice triomphe parce que… », renforcez les séquences exprimant « Le crime paie et paie beaucoup ». En d’autres termes, n’orientez pas votre « argument ».

Votre thème puissant naîtra de votre capacité à voir les deux côtés de la médaille

Certaines histoires vous parviendront avec une idée thématique forte. L’histoire entière explique pourquoi le mensonge est mauvais. Votre passion pour cette vérité est la raison pour laquelle vous écrivez cette histoire. Par conséquent, l’idée que vous devez explorer les raisons pour lesquelles le mensonge n’est peut-être pas si mauvais vous retourne l’estomac. McKee encore :

Au fur et à mesure que l’histoire se développe, vous devez accepter des idées opposées, voire répugnantes. Les meilleurs écrivains ont des esprits dialectiques et flexibles qui changent facilement de point de vue. Ils voient le positif, le négatif et toutes les nuances de l’ironie, cherchant la vérité de ces points de vue de manière honnête et convaincante. Cette omniscience les oblige à devenir encore plus créatifs, plus imaginatifs et plus perspicaces.

J’aime à dire que si vous n’écrivez pas en ayant peur, vous n’exploitez pas tout le potentiel de votre histoire – et cela n’est nulle part plus vrai que pour le thème. Les auteurs ne peuvent pas se reposer sur leurs lauriers. Si vous n’êtes pas disposé à explorer les côtés sombres des vérités auxquelles vous prétendez croire, alors vous devriez peut-être vous demander si vous y croyez vraiment. Si un thème est vrai, sa vérité résistera à l’examen le plus minutieux. Mieux encore, elle n’en sera que plus forte dans votre esprit et dans celui de vos lecteurs.

Envisagez toutes les objections possibles, même celles que les lecteurs les plus virulents pourraient soulever à l’encontre de votre prémisse thématique. Chacune de ces objections doit être soulevée par vos personnages – et pas seulement les « mauvais » personnages, mais le protagoniste lui-même. Emmenez votre protagoniste du côté obscur de votre thème et voyez ce que vous trouvez. Soyez brutal. Soyez honnête. Vous, vos personnages et vos lecteurs sortiront tous de l’autre côté en ayant acquis plus qu’un simple divertissement. Pour le reste de votre vie, vous porterez tous en vous les choses que vous avez apprises sur ce thème puissant.

Categories
Personnages Structure

Comment écrire un arc de personnage négatif, Partie 3 : Le troisième acte

En un mot, l’arc de votre personnage négatif est celui de l’échec, et cela n’est nulle part plus clair que dans le troisième acte. Si l’arc de changement positif concerne la rédemption de soi et l’arc plat le sauvetage des autres, alors l’arc de personnage négatif concerne la destruction de soi et probablement des autres aussi.

Les deux actes précédents ont été consacrés à la mise en place de cette destruction. Votre personnage a fait des choix, mais comme ils étaient tous fondés sur la fausse base du mensonge, ils se sont avérés être des décisions horriblement mauvaises. Contrairement aux personnages à arc positif, qui commettent des erreurs mais les reconnaissent et en tirent des leçons, le personnage à arc négatif refuse même de reconnaître ses erreurs, et encore moins de saisir les occasions de les dépasser et de les rectifier.

Créer des arcs de personnages
Disponible sur Amazon et en librairie

Le résultat est une histoire qui résonne de manière horrifiante dans son caractère reconnaissable. Les arcs de personnages négatifs servent de mise en garde pour les lecteurs, car aucun d’entre nous ne souhaite finir en héros tragique. Cependant, le grand pouvoir de ces histoires ne réside pas dans leur « morale », mais plutôt dans leur familiarité pure et simple. Nous jouons tous des arcs négatifs (même si nous espérons qu’ils se déroulent sur des scènes plus petites que Gatsby, Heathcliff et Anakin) encore et encore dans nos propres vies. Nous savons à quel point le fil sur lequel nous sommes en équilibre est mince et à quel point il est facile de tomber et de finir par être dogmatiquement déterminé à croire que les mensonges que nous avons vécus n’étaient pas des erreurs.

Le troisième nœud dramatique

Quel que soit le type d’arc que vous écrivez, le troisième point d’intrigue est toujours un endroit qui pue la mort. Le personnage est confronté à sa propre mortalité, soit parce que sa vie est menacée (littéralement ou par extension, comme lorsque, par exemple, son gagne-pain ou sa réputation sont menacés), soit parce que la vie de ceux qui lui sont chers est mise sous la hache. Dans les arcs positifs et plats, le personnage affronte la mort, s’accommode de son pouvoir, reprend goût à la vie et se relève prêt à reprendre le combat.

Mais dans un arc de personnage négatif, le protagoniste se retrouvera impuissant face à cette horreur. Le mensonge qu’il a obstinément embrassé tout au long de l’histoire le rend maintenant impuissant. En fait, il lui manque la seule arme – la Vérité – nécessaire pour combattre et vaincre le Mensonge. Sa seule option est de s’abandonner encore plus profondément à l’emprise du Mensonge pour tenter de se convaincre qu’il a choisi la bonne voie.

Comme toujours, l’exception à la règle est l’arc de désillusion, au cours duquel votre personnage fera face à la Vérité et l’acceptera. Mais la Vérité sera sombre et horrifiante en elle-même.

Exemple d’arc de désillusion

Gatsby le magnifique de F. Scott Fitzgerald : Le troisième point de l’intrigue commence par une confrontation entre Gatsby et Tom, le mari de Daisy, au cours de laquelle Tom révèle à Daisy que Gatsby a gagné son argent grâce à des activités criminelles telles que le bootlegging. Daisy hésite à s’enfuir avec Gatsby et Tom ordonne à Gatsby de la ramener chez elle. Alors que Tom, Nick et Jordan suivent dans une seconde voiture, ils sont victimes d’un terrible accident, au cours duquel ils apprennent que le roadster jaune de Gatsby a heurté et tué Myrtle, la maîtresse de Tom. Nick est surtout un observateur de ces événements dramatiques, mais ils l’ont amené à éprouver un dégoût de plus en plus irrévocable pour toute la bande d’East Egg et leurs relations sournoises les uns avec les autres.

Exemple d’arc de chute

Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë : Heathcliff enlève Catherine, la fille adolescente d’Edgar et de Cathy, et refuse de la laisser retourner auprès de son père mourant à moins qu’elle n’épouse Linton, le fils de Heathcliff. Elle finit par obtempérer et se précipite chez son père, juste à temps pour le voir mourir. Heathcliff a atteint sa grande fin – comme beaucoup de protagonistes tragiques – en achevant sa vengeance. Il a détruit Edgar : son ennemi est mort et Heathcliff possède désormais tous ses biens. Mais sa victoire ne l’a pas rapproché de la paix, ni de son véritable objectif, qui est de retrouver Cathy.

Exemple avec L’arc de la corruption

Star Wars, épisodes I à III réalisés par George Lucas : Le troisième point de l’arc d’Anakin est le moment où il réalise qu’il ne peut pas laisser Mace Windu et les autres maîtres Jedi tuer le Seigneur Sith Dark Sidious. Son besoin désespéré de protéger sa femme, quel qu’en soit le prix, le pousse à sauver la vie de l’homme qui a déjà tué des millions de personnes et qui en tuera des millions d’autres. Plus encore, il se livre en tant qu’apprenti au Côté Obscur, afin d’apprendre les secrets de vie et de mort de Sidious.

Le troisième acte

Après le point de rupture du troisième nœud dramatique, le héros tragique s’acharne futilement contre la mort et son pouvoir, au lieu de s’élever vers une résurrection personnelle. Dans 45 Master Characters, Victoria Lynn Schmidt écrit :

Il n’est pas du tout humilié par son expérience : En fait, il construit son propre ego en essayant de prouver qu’il est plus qu’un simple être humain. Il peut prendre des risques sans réfléchir et exiger de combattre le méchant seul. Il est comme un one-man-show … qui n’a besoin de rien ni de personne. Il ne fera pas face à ce que l’antagoniste lui montre à propos de la Vérité. Il ne cherche pas à savoir ce qu’il attend vraiment de la vie.

Sans la Vérité, il n’a aucun outil pour faire face à cette nouvelle tragédie. En conséquence, il passe la première moitié du troisième acte (avant le climax) déterminé à s’attaquer à la force antagoniste et à atteindre la chose qu’il veut par tous les moyens possibles. Il commettra toutes sortes de crimes et de péchés. Il n’a plus rien à perdre et aucune boussole morale pour le guider.

Les personnages de soutien peuvent essayer de le raisonner, mais il sera encore moins ouvert à leurs suggestions. Il peut même se retourner contre des personnes qu’il était auparavant prêt à accepter, malgré leurs opinions divergentes. Il a tout simplement trop investi dans sa trajectoire actuelle ; il ne peut pas se permettre de se laisser convaincre, même au prix de l’aliénation de ceux pour lesquels il se serait auparavant battu et serait mort. La fin l’emporte totalement sur les moyens mis en œuvre pour l’atteindre.

Exemple pour l’arc de la désillusion

Gatsby le magnifique : Après avoir refusé d’accompagner Jordan chez les Buchanan (refusant par essence de se joindre à leur mode de vie corrompu), Nick rencontre Gatsby et apprend la vérité sur l’accident de voiture : Gatsby ne conduisait pas, c’est Daisy qui conduisait. Craignant que Tom ne fasse du mal à Daisy, Gatsby insiste pour endosser la responsabilité de l’accident et reste devant la maison des Buchanan toute la nuit. À présent, la sombre vérité s’est imposée à Nick. Il sait trop bien que Tom et Daisy sont sortis du même moule. Daisy laissera Gatsby porter le blâme, même si elle s’éloigne de lui sans la moindre hésitation, non pas parce que rester avec son mari est la meilleure chose à faire, mais parce qu’elle sait égoïstement que c’est dans son intérêt. Nick se rend finalement compte que les habitants d’East Egg sont une « bande de pourris ». Il reste dans les parages pour essayer d’aider Gatsby, mais à partir de ce moment-là, il n’est plus envoûté par les spectacles de richesse et de beauté.

Exemple d’arc de chute

Les Hauts de Hurlevent : Après avoir accompli sa vengeance contre Edgar, Heathcliff s’enfonce de plus en plus dans le désespoir. Il est brisé et n’arrive pas à trouver la force de dépasser son besoin obsessionnel d’être avec Cathy. Il va même jusqu’à déterrer son cadavre pourri depuis longtemps, et il trouve une paix momentanée dans la conviction que c’est son âme – et non celle d’Edgar – qui sera réunie avec elle dans la mort. Après la mort de son propre fils, il dérive dans la vie, torturant Hareton, le fils de Catherine et Hindley, et contemplant le fantôme de Cathy, qu’il croit enfin revenu le hanter. La seule voie possible pour atteindre son but est la mort elle-même.

Exemple d’arc de corruption

Star Wars : Sachant que le côté obscur est la seule solution possible pour sauver sa femme, Anakin se jette complètement dans les ténèbres. Même s’il pleure les atrocités que son nouveau maître lui ordonne de commettre, il ne recule pas devant elles. Il ne peut pas se le permettre. Il est allé trop loin. Le trou est trop profond et il n’y a pas moyen de remonter. Sa seule chance pour lui et sa femme est de s’enfoncer encore plus profondément. Après la mort de Mace Windu, Anakin massacre les Jedi, jeunes et vieux, ainsi que la Coalition Séparatiste et tous ceux qui se mettent en travers de son chemin et de celui de son nouveau maître.

L’apothéose

Le climax est le moment où tout s’écroule enfin. Le dernier effort désespéré de votre personnage pour utiliser le mensonge afin d’obtenir ce qu’il veut aboutira à l’un des deux résultats possibles.

  1. Il remporte une victoire extérieure apparente, dans laquelle il est capable de réclamer la chose qu’il veut, mais dans laquelle son succès est creux. Sans la Vérité, il ne pourra jamais trouver la plénitude intérieure en obtenant la Chose dont il a besoin. Dans ce type de fin, le Moment Climatique inclura probablement un aperçu de la Vérité, dans lequel le personnage prend conscience que son combat a été inutile et, pire encore, que les outrages qu’il a commis en chemin l’ont détruit lui-même et tout ce qu’il aimait autrefois.
  2. Il perd à la fois la bataille intérieure et la bataille extérieure. Son incapacité à se doter de la Vérité le condamne à l’échec dans son conflit final.

Lorsque vous planifiez le climax d’un arc négatif, repensez à la personne qu’était votre personnage au début du livre. Le mensonge contre lequel il luttait au début – et la façon dont il luttait – devrait vous indiquer un point culminant évident dans le climax. Selon Jeff Gerke dans Plot vs. Character, l’état final du personnage doit être « décuplé » par rapport à son état initial :

Si, au début, votre héros luttait contre la colère, à la fin, soit il sera capable de laisser aller les choses et de profiter de l’instant présent, soit il sera tellement submergé par la colère qu’il fera quelque chose de radical, comme se lancer dans une fusillade.

Exemple d’arc de désillusion

Gatsby le magnifique : La désillusion de Nick est complète lorsque Gatsby est assassiné par le mari de Myrtle, qui croyait que Gatsby était responsable de sa mort et qui s’est ensuite suicidé. Tous les gens qui venaient en masse à Gatsby et à ses fêtes pendant sa vie disparaissent à l’annonce de sa mort. Seule une poignée de personnes en deuil, dont Nick, assiste à ses funérailles.

Exemple d’arc de la chute

Les Hauts de Hurlevent : Alors que Catherine et Hareton commencent à tomber amoureux, Heathcliff est troublé par la ressemblance entre leur relation et son propre passé de jeunesse avec Cathy. Sa conviction que Cathy le hante devient de plus en plus forte, et il trouve un certain bonheur maniaque dans sa présence supposée. Sa santé décline rapidement grâce à ses promenades nocturnes dans les landes, jusqu’à ce qu’un matin, Hareton le trouve mort. Il est enfin parti rejoindre Cathy, de la seule façon dont ils pouvaient être ensemble, en embrassant le mensonge plus complètement à la fin qu’au début.

Arc de corruption

Star Wars : Padmé, la femme d’Anakin, et Obi-Wan, son ancien maître, se précipitent pour l’arrêter. Lorsque Padmé rejette les méthodes d’Anakin pour tenter de la sauver, il s’en prend à elle. Même si la garder en vie a été la raison de ses choix et de ses actions horribles, il est maintenant allé trop loin dans sa voie sombre pour accepter une résistance, même de la part de Padmé. Il manque de la tuer, puis se retourne contre Obi-Wan et finit par être brutalement blessé à cause de sa foi aveugle en son propre pouvoir.

La résolution

Les scènes de fin d’une tragédie sont souvent relativement courtes. Contrairement à une histoire positive, les arcs négatifs laissent peu de choses en suspens et n’inspirent généralement pas aux lecteurs le désir de rester dans l’univers de l’histoire. La grande tragédie du climax est soulignée par un sentiment de finalité qui ne nécessite pas beaucoup de nettoyage.

Néanmoins, un petit post-scriptum est presque toujours nécessaire. Dans le cas de la mort de votre personnage, vous devrez montrer les réactions des personnages survivants, d’autant plus que beaucoup d’entre eux auront probablement subi des désillusions après avoir été témoins de sa chute. Vous devrez montrer l’effet des actions du protagoniste sur le monde qui l’entoure. On peut supposer qu’il l’a laissé dans un état pire que celui dans lequel il l’avait laissé au départ, mais vous voudrez peut-être faire allusion à la possibilité d’un nouvel espoir dans le monde maintenant que l’influence sombre du protagoniste a été levée.

Plus important encore, vous devez créer une scène finale qui met en évidence l’état final de votre personnage. La mort, la folie, la guerre, la destruction, l’emprisonnement – quel que soit son sort final – doivent être représentés dans le motif final de l’histoire, comme un contraste clair avec la façon dont l’histoire a commencé.

Exemple d’arc de la désillusion

Gatsby le magnifique : Après les funérailles, Nick prend ses distances avec la foule d’East Egg. Les œillères enlevées, il ne trouve pas grand-chose à apprécier dans la vie urbaine qu’il aimait autrefois. Il décide de rentrer chez lui, mais non sans avoir officiellement mis fin à sa relation avec Jordan et avoir affronté Tom. Il revoit la maison de Gatsby, où l’herbe est maintenant envahie par la végétation, et il compare une fois de plus Gatsby, avec son sens de l’émerveillement et de l’espoir, au cynisme et à l’égoïsme du monde qui l’a détruit.

Exemple d’arc de la chute

Les Hauts de Hurlevent : Sans la sombre présence de Heathcliff qui empoisonne leur vie, Catherine et Hareton commencent enfin à ramener l’amour et le bonheur dans l’atmosphère corrompue des Hauts de Hurlevent. Le livre se termine sur une note d’espoir, promettant la fin de la souffrance. Il y a même un soupçon d’espoir pour Heathcliff, car le vieux serviteur insiste sur le fait qu’il peut voir le fantôme de son maître se promener dans la lande avec Cathy. Le narrateur, cependant, donne sa propre interprétation d’une fin pleine d’espoir pour Heathcliff, croyant que dans la mort, au moins, il trouvera le repos.

Exemple d’arc de corruption

Star Wars : les efforts d’Anakin sont complètement ruinés à la suite de sa chute spectaculaire. Comme il le craignait, sa femme meurt en couches, mais, ironiquement, à cause de ses propres actions. Il est sauvé de la mort par son nouveau maître et condamné à vivre sous la forme d’un monstrueux cyborg. Son histoire, bien sûr, se poursuit avec la promesse d’un « nouvel espoir » dans la galaxie.

Questions à poser sur l’arc négatif du personnage dans le troisième acte

  1. Comment votre personnage échouera-t-il à la fin de l’histoire ?
  2. Comment ses actions vont-elles irrémédiablement nuire aux autres ?
  3. À quelle tragédie votre protagoniste sera-t-il confronté au troisième point d’intrigue ?
  4. Comment votre personnage réagira-t-il au troisième point d’intrigue ?
  5. Pourquoi le refus de votre personnage d’embrasser la vérité le rend-il impuissant à sortir du troisième point d’intrigue mieux armé pour gérer son conflit intérieur et extérieur ?
  6. Quel plan moins qu’idéal (voire carrément diabolique) votre protagoniste va-t-il élaborer pour affronter la force antagoniste et obtenir ce qu’il veut ?
  7. Les personnages secondaires tenteront-ils de raisonner votre protagoniste ? Comment réagira-t-il ?
  8. Dans le climax, votre personnage obtiendra-t-il la chose qu’il veut ? Si c’est le cas, pourquoi se rendra-t-il compte que sa victoire n’est qu’un vain mot ? Comment réagira-t-il ?
  9. Alternativement, votre personnage ne parviendra-t-il pas à atteindre son but ultime ? Comment réagira-t-il ?
  10. Après son échec dans le climax, votre personnage réalisera-t-il au moins momentanément la vérité et fera-t-il face à la futilité de ses actions ?
  11. En quoi les actions de votre personnage dans le climax sont-elles le reflet amplifié de son mensonge au début de l’histoire ?
  12. Comment votre résolution montre-t-elle l’effet des actions de votre personnage sur les personnages secondaires et sur le monde en général ?
  13. Finirez-vous sur une note d’espoir ou de désespoir ? Pourquoi ?
  14. Comment votre scène finale souligne-t-elle l’échec final de votre personnage ?

Les gens ont souvent tendance à penser que les personnages négatifs sont déprimants et, en effet, ils le sont parfois. Mais ils sont aussi extrêmement nécessaires, tout comme le vinaigre est nécessaire pour nettoyer le palais après un excès de sucre. Racontez vos personnages négatifs avec audace. Tant que vous vous souvenez des points d’inflexion structurels uniques et de la progression appropriée du rythme et des présages, vous serez en mesure de créer un arc négatif tout aussi convaincant et divertissant qu’un arc avec une fin heureuse.

Categories
Écrire un roman Personnages Structure

Comment écrire un arc de personnage négatif, Partie 2 : Le deuxième acte

Le second acte d’un arc de personnage négatif ressemble beaucoup à celui d’un arc de changement positif. Dans les deux types d’arc, le personnage sera projeté hors de son monde normal dans un dilemme nouveau et étrange, où il sera forcé de faire face à son mensonge. Il en apprendra plus sur ce mensonge et aura l’occasion de reconnaître le pouvoir qu’il exerce sur lui.

Quelle est donc la principale différence entre le deuxième acte d’un arc de personnage négatif et le deuxième acte d’un arc de personnage positif ?

Vous l’avez deviné : le personnage est de plus en plus fasciné par les ténèbres, au lieu de les surmonter. Dans le deuxième acte de l’arc négatif, le personnage prendra une série de décisions – dont les plus notables sont celles du premier nœud dramatique et du point médian – qui confirmeront son asservissement au mensonge.

Créer des arcs de personnages
Disponible sur Amazon et en librairie

Le premier nœud dramatique

Parce que les arcs de changement négatif concernent une descente dans les ténèbres, ils doivent commencer à un endroit suffisamment élevé pour que l’histoire puisse en descendre. Par conséquent, le premier point d’intrigue sera souvent positif. Quelque chose d’apparemment bon ou d’intéressant arrive au personnage. Il rencontre la fille de ses rêves, il obtient un nouvel emploi, il échappe à une mauvaise situation. Il peut même prendre une bonne décision, susceptible de l’éloigner de son mensonge.

Mais quel que soit le degré de positivité du premier point de l’intrigue, il doit toujours être accompagné d’un présage de mauvaises choses à venir. La préfiguration doit être maniée habilement dans un arc négatif plus que dans n’importe quel autre. Pour qu’une fin malheureuse trouve un écho auprès des lecteurs, il faut qu’ils y soient préparés. Ils doivent avoir l’impression que c’était la seule issue logique.

Exemple d’arc de désillusion

Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald : La fête fameuse de Gatsby est un premier point d’intrigue suffisamment glorieux. D’un point de vue thématique, elle symbolise parfaitement la corruption étincelante du monde riche d’East Egg dans lequel le jeune campagnard Nick Carraway est attiré. Mais plus important encore, l’introduction de l’étrange et merveilleux Jay Gatsby lui-même ouvre la porte qui permettra à Nick de quitter le monde normal. Pour l’instant, tout semble aller pour le mieux. Gatsby et son monde semblent merveilleux, et Nick est ravi de se lier d’amitié avec lui. Il prend la décision d’assister à la fête, et c’est cette décision qui va changer sa vie.

Exemple d’arc de chute

Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë : Après que Cathy a accepté la demande en mariage de son voisin Edgar Linton, Heathcliff l’entend annoncer la nouvelle à la servante. Cathy admet qu’elle n’aime pas Edgar – qu’en fait, elle serait malheureuse même au paradis si Heathcliff n’y était pas – mais qu’elle ne peut pas se dégrader pour épouser Heathcliff parce qu’il est si « bas ». Heathcliff s’en va en silence, déterminé à faire quelque chose de lui-même afin de pouvoir revenir épouser Cathy. Sa décision est tout à fait positive. Il veut s’élever au-dessus de sa condition, laisser derrière lui la tyrannie de Hindley, le frère de Cathy, et réclamer la main de Cathy sur un pied d’égalité. Mais les lecteurs sentent aussi la noirceur qui menace dans ses actions, d’autant plus que Cathy ne montre aucun signe de changement d’avis quant à son mariage avec Edgar.

Exemple d’arc de corruption

Star Wars, Episodes I-III réalisés par George Lucas : Si nous examinons l’arc global d’Anakin Skywalker, en dehors des divisions des films eux-mêmes, nous pouvons voir que le premier point d’intrigue arrive à la fin de l’épisode I lorsque Obi-Wan accepte à contrecœur de prendre Anakin comme apprenti. Suite à cette décision, Anakin quitte officiellement les derniers vestiges de son monde normal d’esclave sur Tatooine pour entrer dans son nouveau monde de Padawan Jedi sur Coruscant. À première vue, cette décision est très positive pour le jeune Anakin. Il a l’occasion d’en apprendre davantage sur lui-même et sur ses capacités, ainsi que sur le monde qui l’entoure. Lucas aurait pu être plus marqué dans ce moment d’anticipation, mais nous avons déjà eu l’impression (plus tôt dans l’épisode I, lorsqu’Anakin fait les gros yeux à Mace Windu après avoir été rejeté par le Conseil des Jedi) que cette décision pourrait très mal tourner.

La première moitié du deuxième acte

Comme toujours, la première moitié du deuxième acte est consacrée à la réaction du personnage au premier point d’intrigue. Il avance délibérément vers la chose qu’il désire le plus, mais il est désavantagé d’une manière ou d’une autre. En général, c’est parce qu’il ne dispose pas d’informations complètes sur son antagoniste ou sur l’objectif lui-même. Mais parfois, le désavantage peut aussi résulter de la réticence du personnage à mener la bataille jusqu’au bout. Il n’est peut-être pas encore prêt à faire tout ce qu’il faut pour gagner.

Il en apprend également plus sur le mensonge et la vérité. Dans un arc de désillusion, il rencontre des difficultés à poursuivre le Mensonge, même s’il se rapproche de la Chose qu’il veut tout en s’éloignant de la Chose dont il a besoin.

Dans un arc de chute, il recevra une véritable leçon de vérité. Il souffrira des conséquences du mensonge. Il n’obtient pas ce qu’il veut et, qui plus est, il se fait gifler pour avoir essayé. Il aura des moments où il repensera à sa dévotion au mensonge, mais il veut trop son objectif pour le laisser passer.

Dans un arc de corruption, le personnage va en apprendre de plus en plus sur le pouvoir du mensonge. Il reconnaît, ne serait-ce qu’inconsciemment, qu’il s’agit d’un moyen de parvenir à ce qu’il veut. Au fur et à mesure que son obsession pour cette chose augmente, il commence à embrasser le mensonge et à rejeter la vérité.

Exemple avec l’arc de la désillusion

Gatsby le magnifique : Nick passe la première moitié du deuxième acte à faire la connaissance de Gatsby et à tomber sous son charme. Gatsby a certainement été corrompu par son mode de vie, tout comme Daisy et les autres. Mais il est aussi différent des autres. Il y a un noyau de pureté dans son espoir presque enfantin, et en reconnaissant les différences entre Gatsby et ceux qui l’entourent, Nick commence à voir la fausseté qui prévaut dans le monde d’East Egg. Malgré cela, Nick est entraîné dans cette corruption par Gatsby lui-même, car Gatsby présente Nick à ses associés de la pègre, comme Meyer Wolfsheim, et convainc Nick de l’aider à organiser une rencontre avec son amour perdu, Daisy Buchanan.

Exemple d’arc de la chute

Les Hauts de Hurlevent : Des années plus tard, Heathcliff revient en gentleman et découvre que Cathy a déjà épousé Edgar Linton. Se sentant trahi, il lutte pour surmonter son amour pour elle et accepter la vérité qu’il est mieux sans elle. Il s’accroche toujours à elle, même si une partie de lui la déteste pour avoir été fausse envers lui et envers elle-même. Sa nature sombre se manifeste lorsqu’il commence à se venger de Hindley (en l’encourageant à jouer et à boire) et d’Edgar (en épousant sa sœur Isabella).

Exemple d’arc de corruption

Star Wars : devenu adulte, Anakin tombe amoureux de la sénatrice Padmé Amidala, même si cela va à l’encontre de ses serments d’apprenti Jedi. Il aime son statut de Jedi et le pouvoir qu’il lui permet d’exercer, mais il n’aime pas non plus les règles que l’Ordre Jedi impose dans sa vie. Il se rebelle contre elles et laisse sa romance avec Padmé s’épanouir, en espérant pouvoir conserver à la fois la chose qu’il veut et la chose dont il a besoin.

Le point médian

Le point médian est le moment où tout change. Jusqu’à présent, le personnage a progressé vers son Mensonge, mais cette progression a été lente et certainement pas irréversible. Il a eu au moins quelques moments où il a été déchiré sur la voie qu’il prenait. Mais au point médian, il prend une mesure irrémédiable ou fait l’expérience d’une révélation d’une clarté aveuglante qui lui permettra de se lancer dans la seconde moitié avec une série d’actions fortes basées sur le mensonge.

Le point médian doit comporter un moment où le personnage se voit clairement présenter la vérité et la possibilité de la suivre. Dans The Moral Premise, Stanley D. Williams écrit :

Dans une tragédie, le moment de grâce est celui où la vérité de la prémisse morale est offerte au protagoniste mais qu’il la rejette. À partir de ce moment, sa progression vers son objectif physique continue à décliner, jusqu’à ce que la conséquence ultime soit réalisée.

Exemple d’arc de désillusion

Gatsby le magnifique : Après avoir aidé Gatsby à organiser des retrouvailles étranges avec Daisy, Nick commence à apprendre la vérité sur le passé de Gatsby. Cet homme glorieux, adoré de tous, est un imposteur. Nick s’impatiente des manigances de Gatsby, en particulier de son insistance à vouloir répéter son passé romantique avec l’inconstante Daisy. En voyant à travers les fissures de Gatsby, qui est de loin le meilleur de tous les habitants d’East Egg, les illusions de Nick sur la beauté de ce monde de classe supérieure commencent à s’effondrer.

Exemple d’arc de la chute

Les Hauts de Hurlevent : Lorsque Cathy meurt en couches après une longue maladie, Heathcliff se voit offrir un moment de grâce ; Cathy ayant été retirée de force de sa vie, il a la possibilité d’accepter la vérité selon laquelle il est mieux sans elle. Mais il ne se contente pas de rejeter la vérité, il embrasse un nouveau mensonge encore plus horrible : il préfère que le fantôme de Cathy le hante et le rende fou plutôt que de renoncer à elle.

L’exemple de l’arc de la corruption

Star Wars : Anakin plaide en faveur d’une relation secrète avec Padmé, au mépris de ses vœux aux Jedi, mais Padmé résiste, insistant sur le fait qu’elle ne peut pas vivre dans le mensonge. Anakin connaît alors un moment de grâce, où il reconnaît la vérité de ses paroles (« Tu as raison. Cela nous détruirait. ») et s’efforce d’y acquiescer. Mais après un nouveau cauchemar au sujet de sa mère capturée, il fait un grand pas vers l’acceptation contrôlée et le chaos de son propre pouvoir lorsqu’il décide de désobéir à ses ordres et de retourner sur Tatooine pour la sauver.

La seconde moitié du deuxième acte

Après sa révélation et son rejet de la vérité au point médian, le personnage poursuit activement et agressivement la chose qu’il veut dans la seconde moitié du deuxième acte. Bien qu’il fasse encore l’expérience de lueurs de la Vérité (en particulier sous la forme de résistance et de réprimandes de la part des personnages secondaires), il s’est déjà débarrassé de ses entraves. La vérité n’est plus un obstacle personnel entre lui et le but qu’il s’est fixé par le mensonge.

L’exception à cette règle est, bien sûr, l’arc de désillusion, qui voit le personnage évoluer vers la Vérité, tout comme il le ferait dans un arc positif – la différence entre les deux étant la négativité destructrice de la Vérité de l’arc de désillusion.

La prémisse tragique indique une progression du mal vers le pire. Quel que soit le mensonge du personnage au début, il va maintenant commencer à évoluer vers sa pire manifestation. S’il a combattu la luxure au début de l’histoire, il va maintenant sombrer dans l’adultère ou même le viol. S’il a lutté contre la haine, il peut finir par comploter un meurtre.

Exemple d’arc de désillusion

Gatsby le magnifique : Nick devient de plus en plus (vous l’avez deviné !) désillusionné par la vie de ses riches amis, et de plus en plus dégoûté par leur comportement. Il observe Daisy s’engager dans une liaison avec Gatsby, un homme obsessionnel et presque innocemment plein d’espoir, tandis que son mari hypocrite mijote dans les coulisses. Nick termine le deuxième acte par une observation sur son trentième anniversaire : « Devant moi s’étendait la route menaçante d’une nouvelle décennie ». Un sacré changement d’état d’esprit pour le garçon optimiste de la campagne.

Exemple d’arc de la chute

Les Hauts de Hurlevent : Après la mort de Cathy, Heathcliff se met en colère et punit tous ceux qui ont contribué à l’éloigner d’elle. Il contraint son frère adoptif Hindley à s’enivrer au jeu, ce qui permet à Heathcliff d’obtenir le titre de propriété des Hauts de Hurlevent, puis il laisse Hindley s’enivrer jusqu’à ce que mort s’ensuive. Il ne s’occupe pas de sa propre femme enceinte, Isabella Linton, et la laisse s’enfuir dans une autre ville. Il élève le fils de Hindley, Hareton, dans une dégradation aussi abjecte que celle dans laquelle il a lui-même été élevé. Et, au fil des ans, il complote pour marier son fils malade, Linton, à la fille d’Edgar et de Cathy, Catherine, afin de prendre le contrôle des biens d’Edgar, qui est mourant.

Exemple d’arc de corruption

Star Wars : Après la mort de sa mère dans ses bras, Anakin fait un grand pas vers le côté obscur en assassinant tous les hommes, femmes et enfants du village du peuple des sables. Il choisit ensuite de protéger Padmé au mépris de toute contrainte pratique ou morale, perdant un bras et sacrifiant presque son maître dans ce processus. Il l’épouse secrètement au mépris de ses vœux et, au fil du temps, se montre prêt à chercher des réponses, même auprès du Côté Obscur, pour éviter qu’elle ne meure en couches.

Questions à poser sur l’arc négatif du personnage dans le deuxième acte

  1. Quel est le grand défaut de votre personnage au début de votre histoire (par exemple, la luxure, la haine, etc.) ?
  2. En quoi le premier point d’intrigue semble-t-il être une bonne chose au départ ?
  3. Comment la chute éventuelle du personnage est-elle annoncée, même au milieu des aspects positifs du premier point d’intrigue ?
  4. Dans la première moitié du deuxième acte, qu’est-ce qui empêche le personnage d’obtenir la chose qu’il désire le plus ?
  5. Si vous écrivez un arc de désillusion, qu’est-ce que votre personnage apprend sur le mensonge dans la première moitié du second acte ?
  6. Si vous écrivez un arc de chute, comment votre personnage souffre-t-il de sa dévotion au Mensonge ?
  7. Si vous écrivez un arc de corruption, pourquoi votre personnage est-il de plus en plus épris du Mensonge ?
  8. Au point médian, quel moment de grâce donne à votre personnage l’occasion d’embrasser la Vérité ? Pourquoi et comment la rejette-t-il ?
  9. Comment votre personnage utilise-t-il activement et agressivement le mensonge pour poursuivre la chose qu’il veut dans la seconde moitié du deuxième acte ?
  10. Dans la seconde moitié du deuxième acte, comment le personnage évolue-t-il vers la pire manifestation possible de son grand défaut initial ?

Le second acte est le cœur de l’arc négatif du personnage. Le premier acte sert à mettre en place l’endroit d’où il tombe, et le troisième acte sert à montrer l’endroit où il tombe. Mais c’est dans le deuxième acte que la chute se produit. C’est la partie charnue qui prouve le mensonge et la vérité de votre histoire et qui convainc les lecteurs du réalisme de la déchéance de votre personnage. Écrivez un deuxième acte qui déchire, et votre arc de changement négatif fera basculer le monde des lecteurs.

Retrouvez l’arc de personnage négatif et tous les autres arcs de personnages dans le livre Construire des arcs narratifs de personnages : harmoniser la structure du récit, l’intrigue et le développement de vos personnages de K.M. Weiland, disponible sur Amazon ou en librairie.

Categories
Écrire un roman Personnages

Comment écrire un arc de personnage négatif, Partie 1 : Le premier acte

Qui, pour l’amour du ciel, voudrait écrire un arc de personnage négatif ? Que dire de Shakespeare, Dostoïevski, Faulkner et Flaubert ? Pour ne citer que quelques grands écrivains dont vous avez peut-être entendu parler. Tout le monde aime les fins heureuses, mais, soyons réalistes, toutes les histoires n’ont pas de fin heureuse. Les arcs de changement négatifs ne donneront pas aux lecteurs une sensation de chaleur et ne donneront pas lieu à des adaptations cinématographiques pour un soir. Mais ils ont la capacité de créer des histoires d’une puissance et d’une résonance inégalées, à condition qu’elles soient vraies.

Créer des arcs de personnages Disponible sur Amazon et en librairie

La vérité résonne, qu’elle soit heureuse ou dure, et certaines des vérités les plus difficiles à avaler sont les plus importantes à comprendre pour chacun d’entre nous. C’est là que votre capacité à manier l’arc de personnage négatif vous sera utile. L’arc de changement négatif raconte l’histoire d’un personnage qui finit dans une situation pire que celle dans laquelle il a commencé – et qui entraîne probablement les autres dans sa chute. Dans The Moral Premise, Stanley D. Williams propose cette formule pour les arcs négatifs :

La [vertu] mène au [succès], le [vice] mène à la [défaite], mais le [vice implacable] mène à la [destruction].

Les trois manifestations d’un arc de personnage négatif

En écrivant ce blog, je me suis rendu compte depuis longtemps qu’il y a beaucoup plus de façons de faire les choses mal que de façons de faire les choses bien (d’où ma série en cours « Les erreurs d’écriture les plus courantes » – qui ne manquera probablement jamais de nourriture). Il en va de même pour les arcs de personnages. L’arc de changement positif n’a pratiquement qu’une seule manifestation. Il en va de même pour l’arc de caractère plat. Mais l’arc de personnage négatif peut suivre plusieurs variations.

J’ai identifié trois manifestations principales, qui peuvent toutes suivre des variations propres. Aujourd’hui et au cours des deux prochaines semaines, nous allons explorer ce dernier arc de caractère majeur. Mais avant de nous pencher sur les points structurels clés du premier acte de l’arc de changement négatif, examinons les trois voies possibles que peut emprunter cet arc dans votre histoire.

L’arc de la désillusion

LE PERSONNAGE CROIT AU MENSONGE > SURMONTE LE MENSONGE > LA NOUVELLE VÉRITÉ EST TRAGIQUE

(Exemples : Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald, Training Day d’Antoine Fuqua).

À bien des égards, l’arc de désillusion n’est pas du tout négatif. Tout comme dans un arc de changement positif, le protagoniste évolue vers une meilleure compréhension de la vérité. Il est même possible que la vie du personnage soit changée pour le mieux par les événements de l’histoire. Et pourtant, c’est toujours une déception, parce que le personnage passe d’un point de vue positif à un point de vue négatif. Sa nouvelle vérité n’est pas un rayon de soleil et des roses ; c’est la dure réalité.

L’arc de la chute

LE PERSONNAGE CROIT AU MENSONGE > S’ACCROCHE AU MENSONGE > REJETTE LA NOUVELLE VÉRITÉ > CROIT À UN MENSONGE PLUS FORT/PIRE

(Exemples : Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë, Doubt réalisé par John Patrick Shanley)

L’arc de chute est celui que l’on associe le plus souvent aux tragédies. Dans ce type d’histoire, le personnage commence comme il le ferait dans un arc de changement positif : il est déjà enraciné dans le mensonge. Mais contrairement à un arc de changement positif, dans lequel il finira par surmonter le mensonge et embrasser la vérité, le protagoniste d’un arc de chute rejettera toutes les chances d’embrasser la vérité et tombera de plus en plus profondément dans le bourbier de ses propres péchés – entraînant généralement les autres avec lui. Son histoire se terminera dans la folie, l’immoralité oppressante ou la mort.

L’arc de la corruption

LE PERSONNAGE VOIT LA VÉRITÉ > REJETTE LA VÉRITÉ > EMBRASSE LE MENSONGE

(Exemples : Le Parrain de Mario Puzo, Star Wars Episodes I-III de George Lucas).

Dans un arc de corruption, le personnage commence dans un monde qui connaît et embrasse déjà la vérité. Il a toutes les chances de faire de même, mais il est attiré par le mensonge. Tout comme la graine de la Vérité est déjà latente dans la vie d’un personnage de l’arc de changement positif, la graine du Mensonge est latente dans le personnage de l’arc de corruption, même si la Vérité est déjà devant lui. C’est peut-être l’arc le plus émouvant de tous, car il met en scène un personnage qui est bon – ou du moins qui a un grand potentiel de bonté – mais qui rejette cette chance et choisit consciemment l’obscurité. À bien des égards, l’arc de corruption est similaire à l’arc de désillusion, mais comme le souligne William Bernhardt dans Perfecting Plot :

Il est possible d’être désillusionné sans être corrompu, et il est possible d’être corrompu sans être désillusionné.

Le mensonge auquel croit le personnage

Tout comme dans un arc de changement positif, l’arc négatif s’articule autour du mensonge auquel croit le personnage. Dans un arc positif, le mensonge concerne quelque chose qui manque au personnage (par exemple, il croit qu’il a besoin d’argent pour être heureux). Dans un arc négatif, en revanche, le mensonge porte sur quelque chose que le personnage possède déjà mais qu’il dévalorise (par exemple, il est déjà riche à craquer, mais il ne sait pas apprécier ses richesses à leur juste valeur ni en faire un usage responsable). Il y aura une chose spécifique, objectivement bonne dans sa vie, qu’il considérera comme acquise. Pire encore, il sera prêt à sacrifier cette bonne chose (et sa vérité inhérente) afin de poursuivre la fausse promesse du mensonge.

La chose que le personnage veut, la chose dont il a besoin et le fantôme seront fondamentalement les mêmes dans un arc négatif et un arc positif. C’est seulement la façon dont le personnage les traite au cours de l’histoire qui diffère de façon significative, puisqu’il devient la proie de leur pouvoir sur lui, au lieu de le surmonter.

Exemple d’arc de désillusion

Gatsby le Magnifique : Nick Carraway, bien qu’il ne soit qu’un observateur des frasques et poursuites de son ami Jay Gatsby, riche et excentrique, reste le protagoniste de ce roman classique. Il commence l’histoire comme un jeune homme naïf et optimiste du Midwest. Son mensonge est joyeux : les gens – en particulier les riches, les beaux et les populaires – sont exactement ce qu’ils semblent être et la vie des habitants de l’East Egg doit donc atteindre le summum du bonheur. Ce qu’il veut, c’est être l’un d’entre eux, tandis que ce dont il a besoin, c’est d’apprendre la vérité sur la superficialité qui se cache derrière leurs façades étincelantes. Son fantôme est essentiellement sa propre naïveté, résultat de son éducation peu sophistiquée.

Exemple d’arc de la chute

Les Hauts de Hurlevent : Heathcliff commence par croire au mensonge selon lequel, pour trouver la plénitude ou le bonheur, il doit posséder entièrement sa sœur adoptive, son amour de jeunesse et sa seule amie, Cathy Earnshaw. La chose qu’il veut est, bien sûr, Cathy elle-même. Mais ce dont il a besoin, c’est de la laisser partir et de s’éloigner de leur relation dangereusement obsessionnelle et destructrice. Son fantôme est sa propre enfance orpheline (et vraisemblablement illégitime), au cours de laquelle il est sans cesse éconduit par tout le monde, à l’exception de Cathy et de son père.

Exemple d’arc de corruption

Star Wars, Episodes I-III : Je vais commencer cet exemple en disant ce que tout le monde sait déjà : ces films sont, presque entièrement, des exemples de ce qu’il ne faut pas faire. Cependant, la seule chose qu’ils réussissent à faire est la chute d’Anakin Skywalker dans ce qui (selon mon opinion de fangirl, certes biaisée) aurait pu être l’un des meilleurs arcs de corruption du cinéma s’il avait été raconté dans des films moins lamentablement horribles. Anakin commence comme un enfant optimiste et plein d’espoir qui apporte la lumière et la gentillesse dans la vie de tous ceux qui l’entourent. La vérité qu’il connaît déjà est que l’amour est plus fort que la force physique. Mais la graine du mensonge est déjà en lui, fécondée par son fantôme d’esclave réprimé et impuissant. La chose qu’il désire le plus est de protéger et de sauver ceux qui lui sont chers (sa mère et, plus tard, sa femme), mais, comme le lui dit Yoda, la chose dont il a besoin est de « s’entraîner à lâcher tout ce que l’on craint de perdre ».

Le monde normal

La manifestation du monde normal dans un arc négatif dépend de la variante que suit votre histoire. Dans un arc de désillusion, le personnage commencera par ne voir que les paillettes et le glamour du mensonge : ses fausses promesses d’espoir et de succès. En conséquence, le monde normal du mensonge lui semblera merveilleux et beau. À ce stade, il n’a aucune raison de ne pas y croire ou de ne pas le vouloir.

Dans un arc de chute, le personnage sera déjà ancré dans le Mensonge, confortablement et peut-être même avec apathie. Son monde normal peut sembler ordinaire et même bon en surface, mais ses fissures apparaissent au grand jour. Le personnage n’est pas suffisamment mal à l’aise dans son mensonge pour faire des vagues, mais il n’est pas non plus complètement heureux ou satisfait. Le monde normal est un symbole du mensonge auquel il ne peut (et ne veut) pas échapper.

Dans un arc de corruption, le personnage commencera dans un monde normal relativement merveilleux. Son monde normal est déjà béni par la Vérité ; c’est un monde qui, malgré ses inconvénients, offre au personnage un lieu sûr de bonheur et d’épanouissement.

Exemple d’arc de désillusion

Gatsby le Magnifique : Le monde normal personnel de Nick, entrevu brièvement dans l’histoire, est sa vie calme et ennuyeuse dans le Midwest. Ce cadre est rapidement remplacé par le monde normal du mensonge, dans lequel il est fasciné par le tourbillon de richesse et de plaisir que représente la vie luxueuse de sa cousine Daisy à East Egg, dans l’État de New York.

Exemple d’arc de chute

Les Hauts de Hurlevent : Le nom même de la maison de Heathcliff – Les Hauts de Hurlevent – souligne les thèmes turbulents de l’histoire. Brontë écrit que « wuthering » décrit « le tumulte atmosphérique auquel sa station est exposée par temps d’orage ». Lorsque Heathcliff est adopté, il est amené dans ce lieu aride et sévère, où tout le monde, du fils du maître au personnel, le méprise et le traite avec cruauté. Seuls son père adoptif condamné et la turbulente Cathy l’acceptent. Heathcliff méprise tout le monde à son tour, mais le lien quasi surnaturel qui l’unit à Cathy le retient dans cette existence infernale.

Exemple d’arc de corruption

Star Wars : En apparence, le monde normal d’Anakin, esclave cupide de Watto sur Tatooine, est loin d’être génial. Mais ses talents de mécanicien et de pilote lui permettent, ainsi qu’à sa mère, d’être bien traités. Ils vivent heureux ensemble, satisfaits de l’amour de l’autre.

Le moment caractéristique

Comme pour les arcs positifs et plats, la fonction première du moment caractéristique d’un arc négatif est de présenter le vrai visage du personnage. Cela va au-delà de la personnalité du personnage et de son centre d’intérêt (qui sont tous deux importants). Il doit aussi laisser entrevoir le potentiel du personnage, en particulier en ce qui concerne sa relation avec le Mensonge. Même si le personnage commence par être un type parfaitement sympathique qui aide les petites vieilles de l’autre côté de la rue, les lecteurs ont besoin d’avoir une idée presque immédiate de la nature sombre qui conduira à son avenir funeste.

Exemple d’arc de désillusion

Gatsby le Magnifique : Nick, plus âgé et plus sage, revient sur ses aventures avec Gatsby en partageant un conseil que son père avait l’habitude de lui donner : « Chaque fois que tu as envie de critiquer quelqu’un, souviens-toi que tous les gens dans ce monde n’ont pas eu les avantages que tu as eus. » L’ironie sublime ici, comme le lecteur le découvrira, est que Nick et son mépris un peu las sont les produits d’une ville du « Midwest » qui, à première vue, n’a aucun des avantages de la ville méchante et glamour de Gatsby. Nous avons immédiatement une idée de la naïveté avec laquelle Nick commence l’histoire, ainsi que du cynisme poignant avec lequel il la terminera.

Exemple d’arc de chute

Les Hauts de Hurlevent : Tout comme dans The Great Gatsby, le lecteur ne voit Heathcliff pour la première fois que tardivement dans le récit chronologique, presque à la toute fin. C’est déjà un homme adulte, misanthrope, cruel et longtemps marqué par sa dévotion à sa Lie. Quelques chapitres plus loin, nous le voyons au début de sa propre histoire, lorsque Mr. Earnshaw l’emmène pour la première fois, alors qu’il n’est encore qu’un enfant, dans les Hauts de Hurlevent. Il est présenté comme un garçon silencieux et endurant, qui a soif d’amour (la servante le trouve recroquevillé sur le sol froid devant la porte de la chambre de Mr Earnshaw le lendemain matin), mais qui semble également capable d’une grande violence et d’une cruauté passionnée.

L’exemple d’arc de corruption

Star Wars : Anakin est présenté dans son rôle d’esclave. Il donne immédiatement l’impression d’être quelqu’un qui comprend les vérités de la vie. Il est centré, heureux, généreux et gentil. Mais le mensonge affleure dans les coins, dans ses répliques colériques occasionnelles à ceux qui détiennent le pouvoir sur lui (Watto et Sebulba). Il exprime son mécontentement et sa détermination à protéger sa mère lorsqu’il dit à Qui-Gon qu’il rêve de devenir un Jedi et de retourner libérer tous les esclaves par la force.

Le premier acte

Comme dans tout type d’arc de personnage, le premier acte de l’arc négatif doit être consacré au développement de la vérité et du mensonge. Chaque fois que la Vérité ou le Mensonge est sur scène, l’autre y est aussi, ne serait-ce que par réflexion. Dans tous les arcs négatifs, le mensonge prend le pas sur la vérité. Le lecteur doit comprendre comment le mensonge a façonné le monde du protagoniste et quelle est sa relation personnelle avec lui.

Il est tout aussi important d’établir les enjeux. Quel est l’enjeu pour les personnages si le protagoniste poursuit le mensonge ? Que doit-il sacrifier s’il choisit la vérité plutôt que le mensonge ? Ne rendez pas les choix trop noirs ou trop blancs. Chaque fois qu’un personnage prend une décision importante, celle-ci doit être difficile. Quel que soit son choix, il devra sacrifier quelque chose de grande valeur. De même, quel que soit son choix, il gagnera quelque chose de grande valeur.

Le personnage n’a pas encore la perspicacité nécessaire pour nommer la Vérité ou le Mensonge. Il n’a aucune idée qu’il a affaire à quelque chose d’aussi grand. Tout ce qu’il sait, c’est qu’on lui propose des choix. Quelque chose ne va pas dans sa vie et il veut l’améliorer, d’une manière ou d’une autre. Sa première décision et son premier acte majeurs – qui l’obligeront à quitter son monde normal – n’interviendront pas avant la fin du premier acte. Jusqu’à ce moment-là, passez votre temps à faire monter la sauce de son malaise personnel et à le conduire vers les opportunités qui lui permettront de s’éloigner de la vérité.

Exemple d’arc de désillusion

Gatsby le Magnifique : Nick passe le premier acte à être introduit dans la haute société, avec différents niveaux de réussite. Il fréquente sa cousine Daisy et son mari brutal Tom, est introduit dans la relation malheureuse de Tom avec le mécanicien George Wilson et sa femme Myrtle, une bombe, et rencontre son propre flirt Jordan Baker. Gatsby n’apparaît pas dans le premier acte, mais sa présence s’impose comme la lumière parmi les lumières dans ce paysage scintillant. Nous avons particulièrement l’impression qu’il y a eu une histoire entre Gatsby et Daisy.

Exemple d’arc de chute

Les Hauts de Hurlevent : Tout au long du premier acte, nous assistons à la dévotion de Heathcliff pour sa Lie (qui a besoin de Cathy), alors qu’ils grandissent ensemble, s’abritant mutuellement du monde cruel qui les entoure. Il semblerait que Heathcliff ait besoin de Cathy et qu’il n’y ait rien de mal à cela. Mais nous sommes également aux premières loges pour assister au comportement violemment égoïste et imprévisible de Cathy. Cathy elle-même commence à dédaigner la dévotion de Heathcliff après avoir goûté à un monde plus raffiné lors de sa convalescence chez leurs voisins, les Linton. Elle commence à accepter les avances romantiques d’Edward Linton, non pas parce qu’elle l’aime, mais parce qu’elle veut être riche et raffinée. Bien qu’elle adore Heathcliff et qu’elle le défende contre son frère et d’autres personnes, elle le traite de façon abominable et les lecteurs en viennent à comprendre que Heathcliff se porterait beaucoup mieux s’il pouvait rompre le lien étrange qui l’unit à elle.

Exemple d’arc de corruption

Star Wars : l’intégralité de l’épisode I constitue essentiellement le premier acte de cet arc. En tant que tel, il montre à la fois le potentiel de bonté d’Anakin, mais aussi son potentiel de puissance. Tant qu’il est dans le monde normal avec sa mère, il s’accroche à la vérité. Mais il est tenté de s’éloigner de cette vérité par les promesses de Qui-Gon, qui lui promet qu’il pourra apprendre à exercer un grand pouvoir en tant que Jedi. Il aspire à ce pouvoir à la fois comme une solution pour libérer sa mère, mais aussi comme un antidote à l’impuissance dans laquelle il a vécu toute sa vie. Lorsque le Conseil Jedi menace brièvement son rêve, nous voyons l’emprise que le mensonge commence déjà à avoir sur lui.

Questions à se poser sur le premier acte d’un arc de personnage négatif

  1. Votre protagoniste va-t-il remplir un arc de désillusion, un arc de chute ou un arc de corruption ?
  2. De quel mensonge votre personnage sera-t-il la proie ?
  3. Comment ce mensonge se manifeste-t-il au début de votre histoire ?
  4. Comment la Vérité se manifeste-t-elle chez le personnage (dans un arc de désillusion) ou dans le monde qui l’entoure ?
  5. Comment le personnage dévalorise-t-il la Vérité au début de l’histoire ?
  6. Quel fantôme influence la croyance ou la propension du personnage au mensonge ?
  7. De quoi le personnage a-t-il besoin ?
  8. Quelle est la chose que le personnage veut ?
  9. Si vous utilisez un arc de désillusion, pourquoi le monde normal du mensonge attire-t-il le personnage ?
  10. Si vous utilisez un arc de chute, comment le personnage est-il déjà ancré dans le monde normal du mensonge ? Pourquoi n’a-t-il pas encore tenté de s’échapper de ce monde normal ?
  11. Si vous utilisez un arc de corruption, comment le monde normal du personnage est-il nourri par la vérité ? Pourquoi le personnage n’est-il toujours pas à l’aise dans ce monde ?
  12. Comment pouvez-vous utiliser le moment caractéristique pour introduire la propension de votre personnage au mensonge ?
  13. Quel est l’enjeu pour le personnage s’il choisit de suivre le Mensonge ?
  14. Quel est l’enjeu pour le personnage s’il choisit de suivre la Vérité ?

Un arc de personnage négatif bien conçu offre aux lecteurs un protagoniste qui révèle des vérités intéressantes à la fois sur le monde qui l’entoure et sur lui-même. Les arcs de personnage négatifs sont rarement confortables, mais ils sont importants. Ce n’est pas un hasard si les plus grandes et les plus mémorables histoires de la littérature sont des tragédies. En tant que lecteurs, nous nous sentons concernés par les personnages qui suivent le mensonge – et qui en paient le prix – parce que c’est un cycle que nous répétons si souvent dans nos propres vies. Lorsqu’il est structuré correctement pour obtenir une résonance maximale, un arc de personnage négatif peut présenter des réalités sobres qui inspirent de grands changements dans le monde qui nous entoure.

Retrouvez l’arc de personnage négatif et tous les autres arcs de personnages dans le livre Construire des arcs narratifs de personnages : harmoniser la structure du récit, l’intrigue et le développement de vos personnages de K.M. Weiland, disponible sur Amazon ou en librairie.

Categories
Écrire un roman Personnages

Comment écrire un arc de personnage plat, Partie 3 : le troisième acte

C’est dans le troisième acte que l’on trouve sans doute les plus grandes similitudes entre l’arc de personnage plat et l’arc de changement positif, puisque dans les deux types d’histoires, le protagoniste aura à ce stade une pleine maîtrise de la Vérité. La principale différence, bien sûr, est que le protagoniste d’un arc de personnage plat aura déjà été en possession de cette vérité presque universellement tout au long de l’histoire.

Créer des arcs de personnages Disponible sur Amazon et en librairie

L’autre différence est que, dans un arc plat, certains personnages secondaires (représentatifs du monde qui entoure le protagoniste) auront atteint le point de leur évolution où la vérité du protagoniste les aura convaincus de rejeter le mensonge. Le protagoniste sera toujours confronté à des obstacles insurmontables, mais il ne sera pas seul à les affronter. Même s’il meurt maintenant, sa cause se poursuivra grâce aux conversions qu’il aura faites en cours de route.

Cependant, cela ne veut pas nécessairement dire que tous les arcs plats présentent des thèmes profonds. Chaque arc plat présentera un protagoniste dont les opinions sont opposées au monde influencé par l’antagoniste. Mais ces opinions ne sont pas nécessairement des questions morales profondes. Parfois, la vérité peut être aussi simple que le sempiternel « le méchant va détruire le monde si on ne l’arrête pas ». Les arcs plats de ce type sont populaires dans les histoires d’action et, bien que leurs éléments thématiques ne soient pas aussi évidents, ils restent des formes d’histoires viables. Dans Writing Screenplays That Sell, Michael Hauge commente :

Beaucoup d’histoires excellentes, divertissantes, émotionnellement impliquantes et rentables n’explorent pas du tout de thème. Je pense que Raiders of the Lost Ark est un film formidable, mais je n’y vois rien de plus que ce qu’il y a en surface. Ce n’est pas grave. C’est à vous, en tant qu’auteur, de choisir d’explorer ou non ces significations sous-jacentes.

Le troisième point de l’intrigue

Après ce qui semblait être une grande victoire à la fin du deuxième acte, les rôles seront complètement inversés pour votre protagoniste et il sera frappé de plein fouet par sa plus grande défaite jusqu’à présent. Quel que soit le type d’arc que poursuit votre personnage, ce sera son moment le plus bas, son point de rupture. Il va faire face à la mort, au sens figuré ou au sens propre, et il va devoir affronter ses peurs, réapprendre la vérité et se relever avec une détermination et une vigueur renouvelées.

Dans un arc de personnage plat, le protagoniste ne doutera pas réellement de la vérité, mais il sera amené à un point où il doutera sérieusement de sa capacité à utiliser la vérité pour vaincre le mensonge. C’est la scène où il jette des objets contre le mur et se révolte contre sa propre impuissance. Quel est l’intérêt du combat – quel est l’intérêt de tout ce qu’il a déjà subi – si tout ce qu’il a pu faire jusqu’à présent est de faire une brèche dans l’armure de la force antagoniste ?

Rendez le troisième point de l’intrigue aussi personnel que possible pour votre protagoniste. La force antagoniste doit le frapper là où ça fait mal. Il ne s’agit pas seulement d’une bataille perdue. Il s’agit d’une bataille qui tue son meilleur ami, qui menace sa femme et ses enfants, voire qui se termine par une blessure et une captivité. Tout semble perdu.

Le troisième acte

La première moitié du troisième acte est consacrée à la réaction du protagoniste au troisième point de l’intrigue. À ce stade, les personnages secondaires auront appris à embrasser pleinement la vérité, grâce à l’influence du protagoniste. Souvent, il s’agira d’un segment au cours duquel ces personnages réconforteront et encourageront le protagoniste, en lui rappelant tout ce qu’il a déjà accompli en les aidant à voir au-delà du mensonge. Le protagoniste peut aussi voir les personnages de soutien chanceler sous l’emprise de leurs propres doutes et se relever afin de les renforcer une fois de plus.

Il devra rassembler les ressources et le personnel qui lui restent et déterminer ce qu’il faut faire ensuite. Même si le protagoniste possède l’arme ultime de la Vérité, le troisième point d’intrigue l’a fortement désavantagé. Il ne lui reste qu’une seule chance de frapper la force antagoniste, et c’est au mieux un coup d’épée dans l’eau.

L’intrigue sous-jacente portera sur le fait que votre protagoniste s’engage à nouveau en faveur de la Vérité. À ce stade, il est engagé jusqu’au cou. Il fera tout ce qu’il faut pour atteindre son objectif, même s’il doit sacrifier sa vie. Comme ce segment sera une suite relativement calme et réfléchie du troisième point d’intrigue, c’est une bonne occasion pour que le protagoniste discute ouvertement de la Vérité et du Mensonge, et des raisons pour lesquelles il a choisi (et re-choisi) de s’y engager à ce point.

Le climax

Le climax commence à peu près à la moitié du troisième acte (vers les 90 %). C’est là que votre protagoniste lance son dernier assaut contre la force antagoniste et le mensonge. Tout comme dans un arc de changement positif, la vérité du protagoniste sera directement opposée au mensonge de la force antagoniste. Ces deux éléments intangibles seront bien plus importants pour décider de la bataille que n’importe quelle démonstration de puissance physique.

La différence entre le climax d’un arc de changement positif et le climax d’un arc plat est que le protagoniste de l’arc plat est déjà solidement ancré dans sa propre croyance en la vérité. La force antagoniste lancera le mensonge au visage du personnage et essaiera de l’affaiblir, mais le protagoniste ne bougera pas. Même si l’antagoniste prend le dessus physiquement, il découvrira sa propre impuissance face à la détermination du protagoniste.

Les personnages secondaires qui suivent des arcs de changement peuvent atteindre un moment culminant où leur dévotion à la vérité est testée une dernière fois, mais l’importance que vous accorderez à ces moments dépendra de l’importance des personnages dans l’histoire. Le protagoniste doit toujours être le principal catalyseur de la victoire finale. Si la déclaration finale de la vérité par un personnage secondaire est la clé de la victoire dans le conflit, alors il devient, par essence, le personnage principal. Ce n’est pas nécessairement un problème, en particulier si vous avez un personnage à l’arc plat et un personnage à l’arc de changement positif qui se partagent le rôle principal. Mais ne perdez jamais de vue l’arc qui doit rester au premier plan de l’histoire.

La résolution

Comme dans tout type d’histoire, la résolution sert à montrer comment le conflit a changé les personnages ou le monde. Dans un arc plat, les changements seront plus évidents dans les personnages secondaires et dans le monde qui entoure le protagoniste. La vérité prend le pas sur le mensonge. Les personnages secondaires qui ont été changés par la Vérité devront être présentés dans des moments caractéristiques de clôture qui prouvent la nouvelle direction que leur vie est sur le point de prendre. Les personnages secondaires qui ont toujours cru à la vérité seront désormais libres de l’embrasser et de la mettre en pratique.

Si le monde normal du début de l’histoire était mauvais et truffé de mensonges, il aura été détruit et le protagoniste et ses partisans seront en mesure de construire un monde meilleur sur les décombres. Si le monde normal était basé sur la vérité, les personnages pourront y retourner et vivre en paix.

Le protagoniste lui-même n’aura pas changé radicalement. Mais cela ne signifie pas que certains aspects de sa personnalité et de son mode de vie ne seront pas différents. Il peut décider de raccrocher son fusil et de devenir fermier, maintenant qu’il n’y a plus de menace pour sa Vérité. Il se peut aussi qu’il ait acquis en cours de route de nouvelles compétences qui lui permettent désormais de mener une vie différente. Ou encore, il peut partir combattre le mensonge dans un autre endroit. En fait, presque tout ce qui concerne votre protagoniste peut être différent à la fin de l’histoire. Mais la seule chose qui doit rester inchangée est sa dévotion absolue à la vérité fondamentale de l’histoire.

Comment le troisième acte se manifeste-t-il dans l’arc d’un personnage plat ?

Dans le troisième acte, votre arc de personnage plat pourrait se manifester comme dans les exemples suivants :

Après la victoire apparente au cours de laquelle Katniss Everdeen a appris comment obtenir le médicament dont elle a besoin pour sauver la vie de Peeta, elle risque tout dans une épreuve de force à la Cornucopia. Elle revient à la grotte, soigne Peeta et s’effondre dans le délire à cause de ses propres blessures. Il s’agit d’un troisième point d’intrigue relativement faible, puisque le véritable creux émotionnel a eu lieu plus tôt, lorsque Rue, la jeune alliée de Katniss, a été assassinée. Ici, l’accent est mis sur l’affection grandissante de Katniss pour Peeta et sur sa détermination à les faire sortir tous les deux vivants des jeux. Ils se battent ensemble – renforçant symboliquement leur propre vérité – pour conquérir les derniers tributs rivaux, avant que le mensonge ne les frappe de plein fouet lorsque le président Snow tente de les forcer à s’entretuer. Katniss ne s’éloigne jamais de sa vérité et l’utilise pour déjouer les plans du fabricant de jeux et faire en sorte que Peeta et elle-même soient déclarés co-vainqueurs. La résolution laisse entrevoir les changements que ses actions ont provoqués dans le monde qui les entoure. (The Hunger Games)

Après une série de succès apparents (Rocky sauve Ginger, la machine à tarte explose, Rocky et Ginger reconnaissent leurs sentiments l’un pour l’autre, et Ginger croit que Rocky volera pour eux maintenant que son aile est guérie), le troisième point de l’intrigue frappe durement Ginger lorsque Rocky les abandonne et qu’elle se rend compte qu’il a menti à propos de sa capacité à voler. Après un moment d’amère défaite, elle se ressaisit et rassemble les autres autour d’un nouveau projet de construction d’un avion. Lors de l’apothéose, ils sont obligés de lancer l’avion plus tôt que prévu, et grâce au retour de Rocky, ils réussissent à le faire. Mais c’est à Ginger que revient la défaite finale de la tentative de Mme Tweedy de renforcer le mensonge. Dans la Résolution, les poulets arrivent littéralement dans un nouveau monde, plein d’herbe verte et sans clôture. (Chicken Run)

Après avoir échappé de justesse au massacre provoqué par le vengeur Magua, Nathaniel est contraint d’abandonner Cora, Alice et Duncan afin d’échapper à la capture par les Indiens. Le dévouement absolu de Nathaniel à sa Vérité (protéger ceux qu’il aime) ne faiblit jamais. Il jure à Cora qu’il la retrouvera et la sauvera, quel que soit le temps que cela prendra. Et, en fin de compte, cela ne prend pas beaucoup de temps. Il parvient, avec l’aide d’un Duncan métamorphosé, à la libérer, mais pas Alice. Le climax déplace en fait l’attention de Nathaniel vers son frère adoptif Uncas, qui sacrifie sa vie pour tenter de sauver Alice, mais l’idée maîtresse de la vérité reste la même. Dans la résolution, ils retournent dans le monde paisible de Nathaniel, débarrassé du mensonge de Magua et du colonel Munro, dans lequel Nathaniel et Cora doivent repartir à zéro ensemble. (Le dernier des Mohicans)

Maximus et Lucilla rallient sénateurs et soldats à leur plan secret pour renverser Commodus. Mais ils sont découverts et plusieurs membres clés du complot, dont le fidèle serviteur de Maximus (ce qui rend la défaite encore plus personnelle pour Maximus), sont assassinés. Maximus est capturé et poignardé par Commodus. Dans le climax, Commodus affronte Maximus blessé, un contre un, dans le Colisée, et Maximus se mobilise pour vaincre l’empereur maléfique, avant de succomber à ses propres blessures mortelles. Il laisse derrière lui une Rome meilleure, même pour les gladiateurs. Comme le dit Juba dans la dernière réplique, « Maintenant, nous sommes libres ». (Gladiator)

Après avoir appris la vérité sur l’abandon de Marianne par Willoughby, Elinor Dashwood voit ses propres espoirs romantiques définitivement anéantis lorsque son propre amour, Edward Ferrars, est contraint d’annoncer ses fiançailles avec l’horrible Lucy Steele. Même le pragmatisme d’Elinor s’effondre un instant, lorsqu’elle se laisse aller au chagrin. Mais elle se ressaisit et se concentre sur le retour de Marianne à la maison. La tragédie frappe et le climax commence lorsque Marianne s’enfuit sous la pluie et tombe dangereusement malade. Finalement, la patience et le bon sens d’Elinor sont récompensés lorsque Lucy jette Edward, ce qui lui permet de demander (et bien sûr de recevoir) la main d’Elinor. La résolution trouve Elinor et sa sœur Marianne, nouvellement sensible, mariées avec bonheur à Edward et au colonel Brandon, respectivement. (Raison & Sentiments)

Dans le troisième point de l’intrigue, Cap et ses alliés sont capturés et vont être exécutés. Pire encore (et plus personnel), Cap vient de se rendre compte que l’ennemi qu’il combat depuis le début est en fait son meilleur ami perdu de vue depuis longtemps. Il croit toujours de tout cœur à la vérité selon laquelle il doit détruire le SHIELD, mais cette mission va maintenant coûter plus cher que ce qu’il avait imaginé. Il va de l’avant, encouragé par ses alliés, et fait passer la vérité avant ses propres sentiments et même sa propre vie. En fin de compte, ses actions créent un nouveau monde, libéré du SHIELD, dans lequel tout le monde doit se démener pour réajuster sa mentalité et sa vie. (Captain America : Le Soldat de l’Hiver)

Autres exemples de troisième acte dans un arc de personnage plat

True Grit de Charles Portis : Mattie remporte une victoire personnelle retentissante lorsqu’elle découvre le meurtrier Tom Chaney en train d’abreuver les chevaux et qu’elle réussit à l’abattre avec le vieux et énorme revolver de son père. Sa confiance en sa vérité l’amène à croire qu’elle peut arrêter Chaney toute seule. Et elle y parvient presque, sauf que son revolver a des ratés et que Chaney, blessé, la fait prisonnière avant que Rooster et LaBoeuf ne puissent intervenir. Elle connaît un moment de faiblesse émotionnelle lorsque Rooster semble prêt à l’abandonner à la bande de hors-la-loi. Mais elle se ressaisit et commence à exercer sa volonté sur le chef du gang, Ned Pepper, qui la laisse avec Chaney mais insiste pour que ce dernier ne lui fasse pas de mal. Rooster finit par tuer Chaney et sauver Mattie après qu’elle ait été mordue par un serpent à sonnette, ce qui la relègue à un rôle relativement mineur dans le climax. Mais la force de sa personnalité permet au scénario de fonctionner, puisque tout ce que fait Rooster est finalement dû soit aux changements qu’elle a opérés sur lui tout au long de l’histoire, soit à son propre dynamisme qui agit directement à travers lui dans le climax lui-même. En fin de compte, Mattie elle-même est physiquement changée par la perte de son bras, mais son état d’esprit reste solide (voire rigide). Rooster et LaBoeuf sont changés plus subtilement – surtout Rooster dans son affection pour Mattie – que dramatiquement. Mais, comme le montre l’épilogue, le monde autour de Mattie change considérablement dans les années qui suivent, grâce aux actions de nombreux citoyens occidentaux respectueux de la loi, tous représentés dans l’histoire par Mattie elle-même.

Batman Begins réalisé par Christopher Nolan : R’as Al Ghul frappe Bruce Wayne là où ça fait mal lorsqu’il arrive pour détruire personnellement Gotham, en commençant par Bruce et le manoir de sa famille. Bruce est blessé et échappe de justesse au piège de la maison en flammes. Il examine les ruines et exprime son doute absolu, non pas quant à sa dévotion à sa Vérité, mais quant à sa capacité à faire quoi que ce soit pour la faire avancer. Il dit : « Qu’ai-je fait, Alfred ? Tout ce que ma famille… tout ce que mon père et son père ont construit… » Alfred, qui avait auparavant exprimé des doutes sur la mission de Bruce, l’encourage maintenant et le presse de se relever et d’essayer à nouveau. Renouvelé, Bruce se jette dans le chaos que R’as Al Ghul a déclenché à Gotham. Pratiquement seul dans la bataille, il affronte R’as et utilise sa Vérité pour finalement le vaincre. Dans la résolution, Gordon décrit clairement le nouveau monde que Bruce a créé. Il dit : « Tu as vraiment commencé quelque chose – des flics courageux qui ont peur, de l’espoir dans les rues ». Le nouveau monde n’est pas parfait, puisque l’histoire se poursuivra dans une suite, mais le film montre clairement que Gotham City a été définitivement changée par les croyances et les actions de Bruce Wayne.

Questions à poser sur le troisième acte d’un arc de personnage plat

  1. En quoi la vérité est-elle désormais évidente dans la vie des personnages secondaires précédemment guidés par le mensonge ?
  2. Quelle défaite va presque briser votre protagoniste – physiquement, émotionnellement ou les deux – au troisième point de l’intrigue ?
  3. Comment peut-il faire face à la mort – au sens propre comme au sens figuré – au troisième point de l’intrigue ?
  4. Comment pouvez-vous rendre cette défaite aussi personnelle que possible pour le protagoniste ?
  5. Comment votre protagoniste va-t-il douter de sa capacité à vaincre le mensonge, sans pour autant douter de la vérité elle-même ?
  6. Comment va-t-il surmonter ce doute ? Les personnages secondaires l’encourageront-ils – ou les encouragera-t-il ?
  7. Comment allez-vous indiquer que votre protagoniste se consacre à nouveau à la vérité après sa défaite au troisième point d’intrigue ?
  8. Pouvez-vous énoncer clairement la prémisse fondamentale du conflit « Mensonge contre Vérité » ?
  9. Pourquoi la vérité sera-t-elle intrinsèque à la capacité du protagoniste à vaincre physiquement l’antagoniste ?
  10. Comment la nouvelle emprise des personnages secondaires sur la vérité peut-elle soutenir l’attaque finale du protagoniste contre le mensonge sans lui voler la vedette ?
  11. Comment la résolution prouvera-t-elle les changements créés par le protagoniste et sa vérité ?
  12. Le monde sera-t-il différent de ce qu’il était au début ou le protagoniste retournera-t-il dans le monde qu’il a été forcé de quitter ?
  13. Lequel des personnages secondaires manifestera la vérité dans la résolution ?
  14. Le protagoniste présentera-t-il des différences extérieures ou personnelles par rapport à ce qu’il était au début de l’histoire ?
  15. Comment pouvez-vous renforcer le fait que sa vérité fondamentale n’a pas changé du tout ?

J’espère que vous avez apprécié notre aperçu (relativement) rapide des principes fondamentaux de l’arc de personnage plat. Cet « arc » est souvent mal compris et parfois négligé. Les auteurs croient souvent que quelque chose ne va pas dans leurs histoires parce que leurs protagonistes n’évoluent pas. Mais en réalité, les arcs de personnages plats ont la capacité de créer certaines des histoires les plus dynamiques. Les personnages forts et catalyseurs peuvent être tout aussi imparfaits et fascinants que ceux dont l’évolution est la plus profonde. Mais leur dévotion solide à une vérité fondamentale leur donne le pouvoir de créer des changements spectaculaires dans le monde et les personnages qui les entourent. Lorsqu’il est structuré correctement, le résultat peut être inoubliable.

Retrouvez l’arc de personnage plat et tous les autres arcs de personnages dans le livre Construire des arcs narratifs de personnages : harmoniser la structure du récit, l’intrigue et le développement de vos personnages de K.M. Weiland, disponible sur Amazon ou en librairie.