Catégories
Écrire un roman Personnages

Créer des arcs de personnages, partie 2 : le mensonge auquel croit votre personnage

Les gens détestent le changement. Nous pouvons nous asseoir et souhaiter que nos vies soient différentes, mais lorsque le caoutchouc commence vraiment à marquer l’asphalte, nous nous retrouvons généralement à souhaiter pouvoir rester ici, dans nos repaires sûrs et familiers, notre « zone de confort ».

Les personnages ne sont pas différents. Ils résistent au changement aussi fermement que n’importe lequel d’entre nous – ce qui est une bonne chose. De la résistance naît le conflit, et du conflit naît l’intrigue. Ce n’est que la première des nombreuses façons dont l’intrigue et les arcs de personnages sont inextricables l’un de l’autre. Comme l’explique si bien Stanley Williams dans son livre The Moral Premise :

Une bonne façon de concevoir les histoires de films, comme Die Hard et Love, Actually, est de considérer l’histoire visible comme la métaphore de l’histoire invisible.

En d’autres termes, l’intrigue concerne le voyage intérieur du personnage, que le lien soit immédiatement évident ou non. L’intrigue, dans sa manifestation la plus simple, concerne l’objectif contrarié du protagoniste. Il veut quelque chose, et il ne peut pas l’avoir tout de suite, alors il continue à essayer.

L’arc de changement, dans sa manifestation la plus simple, concerne le changement de priorités du protagoniste. Il se rend compte que la raison pour laquelle il n’obtient pas ce qu’il veut dans l’intrigue est que soit a) il veut la mauvaise chose, soit b) ses méthodes morales pour obtenir ce qu’il veut sont toutes mauvaises. Dans Dramatica, Melanie Anne Phillips et Chris Huntley soulignent :

L’une des erreurs les plus courantes commises par les auteurs de tous niveaux d’expérience est de créer un problème pour leur personnage principal qui n’a rien à voir avec l’histoire en général. Cette erreur n’a pas pour but de séparer les deux personnages, mais se produit généralement parce qu’un auteur travaille sur une histoire et se rend compte qu’il ne l’a pas suffisamment personnalisée.

Le mensonge auquel croit le personnage

L’arc de changement concerne le mensonge auquel croit votre personnage. Sa vie peut être horrible, ou sa vie peut sembler plutôt géniale. Mais, sous la surface, se cache le mensonge.

Pour que votre personnage évolue de manière positive, il doit commencer par avoir un manque dans sa vie, une raison qui rend le changement nécessaire. Il est incomplet d’une certaine manière, mais pas parce qu’il lui manque quelque chose d’extérieur. Une personne dans un camp de prisonniers peut toujours être entière et équilibrée à l’intérieur, tandis que quelqu’un qui flotte dans la piscine d’un manoir de Malibu peut être malheureux comme les pierres.

Non, votre personnage est incomplet à l’intérieur. Il nourrit des idées fausses sur lui-même, sur le monde ou, probablement, sur les deux. Comme nous le verrons dans l’article de la semaine prochaine, cette idée fausse va constituer un obstacle direct à sa capacité à atteindre son objectif. Dans certains cas, elle peut sembler être une force au départ, mais au fur et à mesure que l’histoire progresse, elle deviendra le talon d’Achille de votre personnage.

Il se peut que votre personnage ne se rende même pas compte qu’il a un problème. Dans le premier acte, sa compréhension de ses déficiences sera, au mieux, vague. Il ne se sentira peut-être pas handicapé, ni même dans le déni du mensonge, jusqu’à ce que l’événement déclencheur et/ou le premier point de l’intrigue (à 25%) ne bouleversent son univers et ne commencent à faire tomber ses défenses. Le premier acte donne aux scénaristes le temps et l’espace nécessaires pour introduire le mensonge et démontrer que le personnage s’y retranche par le biais de son monde normal (que nous aborderons également dans un prochain article).

Quel est le mensonge ?

Le mensonge de votre personnage peut prendre de nombreuses formes. Par exemple, il croit peut-être que

  • La force fait le droit. (Thor)
  • La seule façon de gagner l’amour est la servitude. (Jane Eyre)
  • Les enfants ne valent pas la peine qu’on s’en occupe. (Jurassic Park)
  • Les personnes que vous aimez vous mentiront toujours. (Secondhand Lions)
  • Ta seule valeur est d’être le favori. (Toy Story)
  • L’argent est plus précieux que les gens. (Trois Rois)
  • Les faibles doivent toujours céder aux forts. (Les Hooligans de la rue verte)
  • Les gens ne vous prêteront attention que s’ils pensent que vous êtes fou. (What About Bob ?)

Le mensonge est une croyance spécifique, que vous devez être capable d’énoncer en une courte phrase. Il peut comporter des qualificatifs, comme celui de Jane Eyre. Son mensonge de base est qu’elle ne mérite pas d’être aimée, mais il est nuancé par sa croyance supplémentaire qu’elle peut gagner l’amour si elle est prête à s’asservir aux autres, physiquement et émotionnellement.

Symptômes du mensonge

Comment trouver le mensonge ? La première chose à faire est d’examiner votre intrigue pour voir si le mensonge est évident dans le conflit. (Nous y reviendrons la semaine prochaine lorsque nous aborderons le conflit entre la chose que le personnage veut et la chose dont le personnage a besoin). La deuxième chose à faire est de regarder les actions du personnage, et surtout ses réactions. Voyez si vous pouvez repérer l’un des éléments suivants :

  • Peur
  • Une blessure extrême
  • Incapacité à pardonner
  • Culpabilité
  • Secrets horribles
  • Honte d’un acte ou d’une souffrance

Aucun de ces éléments n’est le Mensonge, mais ils en sont souvent le produit. Votre protagoniste peut être conscient des symptômes du mensonge dans sa vie, même s’il n’est pas encore capable de reconnaître le mensonge lui-même. Plus encore, il peut être tout à fait disposé à se débarrasser du symptôme négatif, mais il n’y parvient pas parce qu’il ne peut pas dépasser sa croyance fondamentale dans le mensonge. Par exemple, dans mon roman historique Behold the Dawn, le mensonge du protagoniste Marcus Annan est que certains péchés sont trop graves pour être pardonnés. Ses symptômes sont la culpabilité, la honte, les secrets et un mode de vie destructeur. Il veut être pardonné et trouver le bonheur et l’épanouissement, mais il n’arrive pas à surmonter son mensonge.

Angela Ackerman et Becca Puglisi font un excellent travail en proposant des symptômes possibles du mensonge (ainsi que d’excellentes discussions sur l’arc du personnage) dans leur livre The Negative Trait Thesaurus. Si vous avez du mal à trouver de bons symptômes (ou même un bon mensonge, d’ailleurs), jetez un coup d’œil à leur livre pour vous inspirer.

Exemples de mensonges auxquels le personnage croit

Pour cette série, nous allons examiner un livre populaire et un film populaire (de genres variés), deux pour chacun des trois types d’arc. Pour l’arc du changement, nous allons explorer les livres suivants :

Un conte de Noël de Charles Dickens : L’infâme transformation d’Ebenezer Scrooge pendant les fêtes de fin d’année trouve son origine dans sa croyance erronée que la valeur d’un homme ne peut être mesurée que par la quantité d’argent qu’il a gagné.

Cars, réalisé par John Lasseter : Mon film préféré de tous les films Pixar est animé par la croyance ancrée dans la voiture de course égoïste Lightning McQueen que la vie est un one-man show.

Questions à poser sur le mensonge auquel croit le personnage

  1. Quelle idée fausse votre protagoniste se fait-il de lui-même ou du monde ?
  2. De quoi manque-t-il mentalement, émotionnellement ou spirituellement ?
  3. Comment le mensonge intérieur se reflète-t-il dans le monde extérieur du personnage ?
  4. Le Mensonge rend-il sa vie misérable au début de l’histoire ? Si oui, comment ?
  5. Si ce n’est pas le cas, l’événement déclencheur et/ou le premier élément de l’intrigue vont-ils commencer à le mettre mal à l’aise à cause de son mensonge ?
  6. Le mensonge de votre personnage nécessite-t-il des qualificatifs pour en réduire la portée ?
  7. Quels sont les symptômes du mensonge de votre personnage ?

Le Mensonge auquel croit votre personnage est le fondement de son arc de personnage. C’est ce qui ne va pas dans son monde. Une fois que vous savez ce qui ne va pas, vous pouvez vous mettre à chercher comment y remédier.

Restez à l’écoute : La semaine prochaine, nous parlerons de la façon de lier le mensonge à l’intrigue en déterminant ce que votre personnage veut et ce dont il a besoin.

Dites-moi ce que vous en pensez : Quel est le mensonge auquel croit votre personnage ?

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire