Catégories
Personnages

Créer des arcs de personnages, partie 11 : la deuxième moitié du deuxième acte

La deuxième moitié du deuxième acte est le moment où l’on fait retentir la musique des héros dans les arcs de personnages. Grâce à cette révélation personnelle majeure au point médian, le protagoniste a maintenant compris. Les pièces du puzzle se mettent en place. Les projecteurs se sont allumées. Il voit ce qu’il doit faire pour gagner le conflit. Méchants, attention !

La deuxième moitié du deuxième acte est le moment où votre personnage passe de la phase réactive (dans laquelle le conflit est contrôlé par l’antagoniste) à la phase active (dans laquelle il commence à prendre le contrôle du conflit pour lui-même). Il a appris la Vérité au point médian, et cela lui permet de commencer à mettre en œuvre les actions correctes pour obtenir les résultats souhaités dans sa quête de l’objectif de l’intrigue.

On dirait que l’histoire est déjà bouclée, n’est-ce pas ? Après tout, c’est ce que votre héros commence à croire.

Mais pas si vite, Charlie Brown !

Cette histoire n’est pas terminée, loin s’en faut. Et toutes ces leçons que votre protagoniste pense avoir assimilées ? Eh bien, il s’avère qu’il ne les maîtrise qu’à moitié. Il a peut-être découvert la Vérité, mais il n’a toujours pas abandonné son Mensonge – et ce Mensonge est toujours le cœur du problème.

Avant de nous plonger dans les détails de cette section ultra-importante de votre histoire, prenons un autre moment pour revoir les bases de la structure de l’intrigue dans la deuxième moitié du deuxième acte.

  • La deuxième moitié du deuxième acte commence par une action forte du protagoniste, basée sur la révélation du point médian.
  • Dans la deuxième moitié du deuxième acte, votre personnage avance avec confiance et prend le contrôle du conflit.
  • La deuxième moitié du deuxième acte est le moment où vous devez assembler toutes les pièces de votre histoire, afin qu’elles soient en place pour le troisième acte.
  • La deuxième moitié du deuxième acte commence au point médian et s’étend sur 25 % du livre jusqu’au début du troisième acte, à 75 %.
  • La deuxième moitié du deuxième acte comporte un deuxième point de pincement (au point 5/8), qui souligne la capacité de l’antagoniste à vaincre le protagoniste et préfigure la bataille finale.

Selon notre vision générale du roman, la deuxième moitié du deuxième acte est la phase « d’action », dans laquelle votre personnage fonce, pensant qu’il voit maintenant clair. Mais ce qu’il faut retenir de cette partie de l’histoire, c’est que votre personnage est encore à moitié aveuglé par le mensonge. Il fonce dans le conflit en pensant qu’il a maintenant une vision de 20/20, alors qu’en réalité, il n’a qu’un œil ouvert.

Les 6 parties de l’arc du personnage dans la deuxième moitié du deuxième acte

Nous avons six éléments importants à discuter à propos de la deuxième moitié du deuxième acte. À quelques exceptions près, notées ci-dessous, vous disposez d’une grande flexibilité dans la manière de placer ces éléments dans la deuxième moitié du deuxième acte. Le rythme sera votre principale considération. Tant que vous avez mis en place tous ces éléments avant le troisième point de l’intrigue, tout sera en place pour le grand spectacle du climax.

1. Permettez au personnage d’agir de manière éclairée

Grâce aux leçons apprises dans la première moitié du deuxième acte et à la révélation du point médian, votre personnage est maintenant capable d’agir d’une manière qu’il n’aurait pas pu faire dans la première moitié.

Plus précisément, cela signifie qu’il a maintenant de nouveaux outils avec lesquels travailler, ce qui lui permettra de faire des progrès significatifs vers la Chose qu’il veut. Auparavant, il essayait peut-être d’abattre le mur de briques qui le séparait de son objectif en utilisant ses ongles pour faire sauter les briques. Mais maintenant, il a une pioche et, mieux encore, il sait quelles briques il doit briser pour faire s’écrouler le mur.

Votre personnage peut désormais franchir les obstacles plus rapidement. Cela ne veut pas dire que sa progression n’est pas entravée, mais il semble être sur la bonne voie, et il est maintenant beaucoup plus efficace pour éliminer ou contourner les obstacles.

Dans Quoi de neuf Bob, l’acceptation de Bob par la famille de Léo l’a rendu plus fort, et il commence à prendre vie dans la deuxième moitié du deuxième acte, lorsqu’il sauve avec charisme l’interview désastreuse de Léo dans Good Morning America, puis séduit le personnel de l’hôpital psychiatrique après que Léo ait essayé de le faire interner d’office.

2. Piéger le personnage entre l’ancien mensonge et la nouvelle vérité

La chose la plus importante à comprendre dans cette partie de l’histoire est que votre personnage n’a pas encore renoncé à son mensonge. Le point médian l’a amené à comprendre la Vérité, et il est occupé à agir en conséquence. Mais il n’a pas encore fait face au Mensonge. Il est toujours là, enfoui au plus profond de son subconscient.

Et le résultat est une dissonance cognitive. Il est coincé entre deux croyances incompatibles. Cela lui fera faire des erreurs. Il croit en la Vérité ; il agit en fonction de la Vérité. Mais il n’est pas encore engagé à 100% dans cette voie. Le Mensonge le retient, et cela lui cause un conflit intérieur assez sévère. Un instant, il agit en fonction de la vérité ; l’instant d’après, le mensonge pointe le bout de son nez et il essaie d’agir en fonction de lui.

Dans Plot vs. Character, Jeff Gerke appelle cela « l’escalade de la vacillation » :

Vous voyez l’élément clé ici, n’est-ce pas ? Le vascillement. Cela ne veut pas dire que votre personnage est faible d’esprit. Cela signifie simplement que là où il n’y avait qu’un seul pouvoir dans le quadrant de l’univers de votre personnage, il y en a maintenant deux [la vérité et le mensonge – la bonne et la mauvaise voie]. Tout n’est pas aussi réglé que le héros le pensait.

Dans Toy Story, Woody est convaincu qu’il doit sauver Buzz s’il veut retourner auprès d’Andy. Mais le mensonge qui alimente sa jalousie et sa haine envers Buzz est toujours bien vivant. Il n’aide pas Buzz parce qu’il le veut ; il l’aide parce qu’il le doit. Il entraîne Buzz dans son sillage sans jamais s’arrêter pour le considérer comme un égal ou pour se demander ce qui se passe avec son soudain changement de personnalité après que Buzz a vu la publicité pour les jouets à la télévision. Le mensonge de Woody continue de le gêner, même si la vérité lui permet de progresser résolument vers son objectif.

3. Amorcer les tentatives du personnage d’échapper aux effets du mensonge

Le personnage commence à se sentir de plus en plus mal à l’aise avec les effets du Mensonge dans sa vie. La Vérité le séduit dans toute sa gloire étincelante. Il veut la Vérité. Il commence donc à s’en rapprocher. Elle l’aspire, comme un rayon tracteur. Le mensonge continue de tourner autour de sa tête, se jetant sur son visage comme un moustique. Mais il est envoûté par la Vérité. Il continue de marcher vers elle, repoussant le mensonge encore et encore.

À ce stade, si quelqu’un lui demandait s’il croit toujours au mensonge, il dirait par réflexe « Bien sûr que j’y crois ! ». Mais ses actions commencent à raconter une histoire différente. Il est tellement attiré par la vérité qu’en se rapprochant d’elle (et de la chose dont il a besoin), il peut même s’éloigner de la chose qu’il veut. Souvent, on peut le constater lorsqu’un personnage commence à agir de manière plus désintéressée dans la deuxième partie. Il veut toujours ce qu’il veut, mais il est tellement occupé à faire ce qui est juste que ce qu’il veut est relégué au second plan.

Dans Les Rois du désert, les personnages veulent toujours l’or. Ils sont toujours aussi déterminés à ramener en contrebande le moindre lingot aux États-Unis. Mais leurs actions ont maintenant un tout autre objectif : ils sont déterminés à aider les villageois chiites à traverser la frontière en toute sécurité avant de retourner chercher leur or.

4. Comparez l’état d’esprit de votre personnage « avant et après ».

Nous pouvons considérer les deux moitiés d’une histoire comme des images miroir l’une de l’autre. Tout au long de la seconde moitié, le personnage doit être placé dans des situations qui reflètent celles de la première moitié. La seule différence ? Ce sont des images inversées.

J’aime penser à ces scènes comme à des scènes « avant et après ». En plaçant délibérément votre personnage dans une scène de la seconde moitié qui est similaire à une scène de la première moitié, vous pouvez donner aux lecteurs une représentation dramatique des progrès qu’il a faits dans son évolution personnelle. Dans la première moitié, c’était un crétin égoïste qui jetait ses déchets de fast-food sur le sans-abri du coin de la rue ; dans la seconde moitié, il regarde le gars, regarde son Big Mac non mangé et le lui donne.

Votre personnage est (ou devrait être) une personne différente dans la deuxième moitié du deuxième acte. Prouvez-le. Ne vous contentez pas de dire aux lecteurs qu’il est différent. Montrez-leur.

Dans le premier acte, Thor plonge ses amis dans la bataille sans réfléchir et manque de les tuer. Dans le deuxième acte, lorsqu’ils risquent un voyage vers la Terre pour le sauver, il exprime sa gratitude de les revoir mais leur dit qu’ils n’auraient pas dû se mettre en danger pour lui. Il prouve que son état d’esprit de « toujours attaquer » de la première partie a évolué lorsqu’il admet la faiblesse (relative) de son corps mortel et choisit d’aider à évacuer les habitants de la ville plutôt que de rejoindre le combat avec ses amis.

5. Offrez une fausse victoire à votre personnage

Grâce à la détermination énergique et éclairée de votre personnage dans cette section, le deuxième acte se terminera par ce qui, à première vue, semble être une grande victoire. La chose qu’il veut semble être à sa portée. Tout ce qu’il a à faire est de tendre la main et de la prendre.

Mais ce conflit intérieur surgit avec plus d’insistance que jamais. La chose qu’il veut est juste là. Et, bon sang, il la veut encore avec tout ce qu’il a en lui. Mais il est déstabilisé. Quelque chose ne tourne pas rond dans tout ça.

S’il veut réclamer la chose qu’il veut dans ces circonstances, il devra se soumettre une fois de plus à l'emprise du mensonge. Il devra sacrifier la Chose dont il a besoin et étouffer l’appel de la Vérité. Cela en vaut-il la peine ? Après tout, il court après la Chose qu’il veut depuis le début de l’histoire. Et la voilà, elle est à sa portée.

Alors que fait-il ? Il la prend. Il se convainc que la chose qu’il veut n’est pas un obstacle à la chose dont il a besoin. Il peut avoir le meilleur des deux mondes. Il est certain que le mensonge et la vérité peuvent vivre en harmonie en lui. Il s'empare donc de la chose qu’il veut, et le conflit semble, sinon gagné, du moins en passe de l’être. Mais, comme le prouvera le troisième point dramatique, sa paix est fausse. Il a sacrifié son besoin intérieur le plus profond pour obtenir une victoire physique, et il faut savoir qu’il va devoir payer pour cela.

Jane Eyre semble obtenir exactement ce qu’elle veut quand elle accepte d’épouser Rochester. Elle a trouvé quelqu’un qu’elle aime et qui l’adore en retour. Elle ne s’attendait pas à être aimée, et pourtant, sortant d’un ciel bleu limpide, tous ses rêves les plus fous sont sur le point de se réaliser. Bien sûr, elle dit oui ! Mais, à l’intérieur, elle n’est pas en paix. Elle sent, presque immédiatement, qu’en épousant Rochester, elle sacrifie une fois de plus son indépendance d’esprit et s’asservit. Mais elle veut tellement être avec lui qu’elle jette la Vérité par la fenêtre et s’accroche au Mensonge selon lequel la servitude émotionnelle et physique doit être le prix de l’amour.

6. Démontrez de manière flagrante le point central de l’arc de votre personnage.

La subtilité est l’une des meilleures armes de l’écrivain. Mais l’heure n’est pas à la subtilité. C’est le moment de sortir l’artillerie lourde. Juste avant de précipiter votre personnage dans la gueule de son creuset personnel (alias le troisième acte), vous devez lui donner (et aux lecteurs) une solide validation de la Vérité. Dites-le clairement. Quelle est la chose dont il a besoin ?

Cette démonstration peut prendre la forme d’un dialogue entre personnages, d’une action de la part d’un personnage (Jane Eyre s’efforce d’acquérir une « indépendance » financière, même si elle ploie sous le poids de l’amour de Rochester), ou d’une narration interne. Votre personnage a besoin de ce dernier outil à la fin du deuxième acte, car, au troisième acte, il sera sa dernière ligne de défense contre le mensonge.

Dans Le Secret des frères McCann, l’oncle Hub partage avec Walter une petite partie du discours qu’il aime donner aux jeunes hommes – et il se trouve que la partie qu’il partage s’applique directement à la peur de Walter de placer sa confiance dans les personnes qu’il aime. Hub dit : « Parfois les choses qui peuvent être ou ne pas être vraies sont les choses auxquelles un homme a le plus besoin de croire….. Peu importe si c’est vrai ou non. …un homme doit croire en ces choses, parce que ce sont les choses qui valent la peine qu’on y croie. »

Autres exemples d’arc de personnage dans la deuxième moitié du deuxième acte

Un conte de Noël de Charles Dickens : L’état d’esprit de Scrooge a considérablement évolué dans la deuxième moitié du deuxième acte. Il commence à se préoccuper (bien que la logique soit encore erronée à cause de son mensonge) des personnes qui ne peuvent pas acheter de pain le jour du sabbat. Il est de tout cœur avec Tiny Tim, et il devient « léger de cœur » en observant le dîner de son neveu. Il se joindrait même à leur toast s’il le pouvait – mais, bien sûr, il ne le peut pas, car il est toujours physiquement lié par son mensonge. Un chant de Noël est truffé de moments « avant et après », semés magistralement dans le premier acte et concrétisés tout au long du deuxième acte, lorsque Scrooge retrouve avec joie les gens qu’il connaît et qu’il a mal traités au début. L’histoire est également truffée de démonstrations flagrantes du principe thématique, puisque le conte est essentiellement une fable du début à la fin.

Cars réalisé par John Lasseter : Après le point médian, l’esprit de Flash a été ouvert. Il voit Radiator Springs sous un jour nouveau et est récompensé par une découverte après l’autre : les trois victoires de Doc à la Piston Cup et les raisons pour lesquelles Mlle Sally a abandonné la « vie à cent à l’heure ». Doc l’interpelle ouvertement : « À quand remonte la dernière fois où tu t’es préoccupé de quelque chose d’autre que ta petite personne ? Cite-moi une fois…. Ce sont de bonnes personnes ici, qui se soucient les unes des autres. Je ne veux pas qu’ils dépendent de quelqu’un sur qui ils ne peuvent pas compter. » Flash McQueen répond par une série d’actions véritablement gentilles et généreuses, en commençant par réparer la route qu’il a abîmée, puis en visitant tous les magasins des habitants de la ville. Il veut toujours aller en Californie pour la course décisive, mais pour l’instant, il est un peu distrait par la sensation de vérité qu’il ressent ici à Radiator Springs.

Questions à vous poser sur l’arc de votre personnage dans la deuxième moitié du deuxième acte

  1. Comment votre personnage commence-t-il à prendre le contrôle du conflit après le point médian ?
  2. En quoi la révélation du point médian permet-elle à votre personnage de voir le conflit sous un jour nouveau ?
  3. Quels « outils » la révélation du point médian a-t-elle donné à votre personnage pour qu’il soit plus efficace face à l’antagoniste ?
  4. Comment votre personnage s’accroche-t-il encore à son mensonge ?
  5. En quoi sa nouvelle vérité crée-t-elle des frictions avec son ancien mensonge ?
  6. En quoi votre personnage est-il toujours en décalage avec la Vérité ?
  7. Comment l’état d’esprit de votre personnage soutient-il encore le Mensonge ?
  8. Comment ses actions démontrent-elles sa croyance croissante en la Vérité ?
  9. Comment pouvez-vous utiliser une scène « avant et après » pour montrer en quoi votre personnage est différent de celui qu’il était dans la première moitié de l’histoire ?
  10. Quelle fausse victoire mettra fin au deuxième acte ? Comment votre personnage a-t-il compromis la vérité pour obtenir (apparemment) la chose qu’il veut ?
  11. Comment avez-vous démontré de manière flagrante la vérité quelque part dans la deuxième moitié du deuxième acte ?

À première vue, la deuxième moitié du deuxième acte semble relativement bonne pour votre personnage. Tout se passe comme il le souhaite. Mais, plus important encore, il apprend la valeur de l’application de la Vérité dans sa vie. Il voit la Vérité en action et commence à l’apprécier – probablement sans même s’en rendre compte – plus qu’il n’apprécie la Chose qu’il veut. Par habitude, il va trahir cette vérité à la fin du deuxième acte, mais il est déjà trop loin dans la vérité pour l’abandonner. Il a déjà changé – et lorsqu’il atteindra le troisième point de l’intrigue, il le prouvera.

Restez à l’écoute : La prochaine fois, nous parlerons de l’arc de votre personnage dans le troisième point dramatique.

Lire les articles précédents de cette série :

Partie 1 : Pouvez-vous structurer un personnage ?

Partie 2 : Le mensonge auquel croit votre personnage

Partie 3 : La chose que votre personnage veut vs. la chose dont votre personnage a besoin

Partie 4 : Le fantôme de votre personnage

Partie 5 : Le Moment Caractéristique

Partie 6 : le Monde Normal

Partie 7 : Le premier Acte

Partie 8 : Le premier nœud dramatique

Partie 9 : La première moitié du premier acte

Partie 10 : le point médian

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire