Catégories
Écrire un roman Personnages

Créer des arcs de personnages, partie 12 : Le troisième nœud dramatique

Si vous deviez choisir le moment le plus important dans les arcs des personnages, quel serait-il ? Le troisième nœud dramatique, dites-vous ? Eh bien, vous auriez raison. Maintenant, voici la question la plus difficile : Pourquoi est-ce le moment le plus important ?

Le troisième nœud dramatique est le moment le plus bas de votre histoire. Il y a une minute, à la fin du deuxième acte, votre protagoniste semblait avoir remporté une victoire. Tout semblait aller dans son sens. Il était en train de découvrir la Vérité, et il semblait avoir au moins repoussé le Mensonge à l’arrière de sa vie. Même l’antagoniste semblait être à sa merci.

C’est le moment de démarrer la sonate « happily ever after », non ?

Pas du tout. Parce que, comme vous ne le savez que trop bien maintenant, reléguer ce mensonge au second plan n’est pas suffisant. Avant que l’histoire puisse se terminer, ce mensonge doit réapparaître au premier plan et confronter le protagoniste de plein fouet. C’est ce qu’est le troisième nœud dramatique. Ce moment de faiblesse – cette défaite, qui est d’autant plus écrasante qu’elle survient après une victoire apparente – obligera le personnage à cesser de se tromper sur le mensonge. Il ne peut plus l’éluder. Il ne peut plus faire semblant de l’ignorer. Il doit l’affronter une fois pour toutes – et le détruire ou être détruit.

Avant de poursuivre, considérons les bases structurelles du troisième nœud dramatique :

  • Le troisième nœud dramatique est un moment de faiblesse pour votre personnage, un lieu de défaite apparente.
  • Le troisième nœud dramatique oblige le personnage à être absolument honnête avec lui-même à propos de lui-même.
  • Le troisième nœud dramatique change une fois de plus le paradigme de l’histoire.
  • Le troisième nœud dramatique lève les derniers voiles et révèle au personnage la véritable nature du conflit.

Le troisième nœud dramatique

La deuxième moitié du deuxième acte a été un lieu où votre protagoniste est devenu enfin autonome. Son adhésion à la vérité après le point médian lui a permis d’agir correctement avec de plus en plus de conviction (et de succès) pendant le reste du deuxième acte. Mais après la victoire apparente qui a clôturé le deuxième acte, le troisième nœud dramatique impose une crise, tant dans l’intrigue que dans l’arc du personnage.

Ce point de crise est le résultat d’un renversement opéré par la force antagoniste. Le protagoniste pensait que le méchant était à sa portée, mais ce dernier a encore un tour dans sa manche. En général, ce retournement de situation s’accompagne d’une révélation totalement inattendue (bien que, bien sûr, pas imprévue).

Parfois, cette révélation sera un rebondissement de l’intrigue, mais souvent, elle ne sera rien d’autre qu’une compréhension soudaine et complète des faiblesses du protagoniste, et de tous les mensonges qui l’ont porté jusque là. C’est cette nouvelle information, plus que toute autre chose, qui permet à votre protagoniste de recevoir le coup final. Il est tellement abasourdi qu’il ne peut même pas se défendre.

Le choix ultime entre le désir et le besoin

En termes d’intrigue, le troisième point consiste à créer un moment « physique » au cours duquel les objectifs du protagoniste sont menacés. Mais en termes de personnage, le troisième nœud de l’intrigue ne dépend pas seulement de « quelque chose de mauvais » qui se produit dans le conflit extérieur, mais plutôt d’un choix intérieur de la part du protagoniste.

Après deux longs actes de l’histoire, il doit enfin choisir entre ce qu’il veut et ce dont il a besoin, entre le mensonge et la vérité. Tout au long de la deuxième moitié du deuxième acte, il s’est convaincu qu’il pouvait avoir les deux. Maintenant, il se rend compte que c’est impossible.

Pour que ce moment ait tout son poids dans l’histoire, il doit s’agir d’un choix déchirant. Quelle que soit la décision prise ici par le protagoniste, il perdra quelque chose de vital. Il peut soit choisir la vérité et perdre son rêve. Ou bien il peut choisir le désir de son cœur et vivre le mensonge pour le reste de sa vie.

La chose que le personnage veut doit être à sa portée. Elle est enfin là, dans toute sa splendeur. Il en a rêvé pendant si longtemps. Maintenant, elle est à sa portée. Tout ce qu’il doit faire, c’est fermer les yeux sur la vérité et tendre la main pour la prendre. Et il le veut tellement, que ce désir le tue presque. Plus l’aspiration de votre personnage à la chose qu’il veut est forte à ce stade, plus votre troisième point d’intrigue sera puissant.

Mais ce n’est qu’un côté du choix. L’autre côté est la vérité – dont il a également réalisé qu’il ne pouvait pas vivre sans. Même si le chant des sirènes de la Chose qu’il veut l’attire presque irrésistiblement, ses yeux s’ouvrent enfin à l’horreur du mensonge. Il frémit à l’idée de sacrifier la chose qu’il veut, mais il est tout aussi dégoûté par la possibilité de devoir rejeter la vérité et de retourner dans l’ombre de son mensonge. Dans Plot vs. Character, Jeff Gerke souligne :

[Le protagoniste] en vient à comprendre à la fois la promesse et le prix des deux voies. En d’autres termes, il en vient à comprendre véritablement son choix….. Le moment de vérité n’est pas complet tant que le héros ne comprend pas non seulement ce qu’il a à gagner en choisissant une option plutôt qu’une autre, mais aussi ce qu’il risque de perdre.

Comme il s’agit d’un arc de changement positif, vos lecteurs savent tous, au fond d’eux-mêmes, ce que votre protagoniste va choisir. Mais plus son choix sera difficile, plus les lecteurs commenceront à douter de sa décision finale – et plus son choix sera puissant lorsqu’il le fera.

L’ancien moi meurt

Finalement, le protagoniste fait son choix, son cœur semblant sur le point de se déchirer en deux. Il choisit la Vérité. Il choisit de rejeter le mensonge. Il ne se permettra plus de vivre selon cette fausse croyance. Il embrasse la vérité et fait ce qui est juste, même si cela signifie (ou, dans certaines histoires, semble signifier) perdre à jamais la chose qu’il veut. (Qu’il obtienne ou non la chose qu’il désire à la fin n’a aucune importance. Pour l’instant, la seule chose qui compte est qu’il est tout à fait disposé à y renoncer).

À ce stade, le choix doit devenir plus qu’une décision ; il doit devenir une action. Ses convictions sont si fortes qu’elles l’obligent à agir en fonction d’elles d’une manière qui solidifie sa nouvelle voie. Il doit brûler ses ponts physiques. Après le troisième nœud dramatique, il ne pourra plus revenir en arrière et changer d’avis pour obtenir la chose qu’il veut, même si sa détermination venait à faiblir.

Métaphoriquement, ce moment est une représentation de la mort du personnage à son ancien moi. Bien qu’il puisse encore faire des expériences tout au long du troisième acte, il est, à ce moment-là, tellement attaché à la vérité qu’il est prêt à mourir physiquement pour elle. En effet, il meurt métaphoriquement, en même temps que son mensonge.

Le troisième nœud dramatique sera souvent marqué par une mort réelle, soit littéralement, soit symboliquement. Si un personnage important ne finit pas par mourir littéralement (comme Obi-Wan dans La Guerre des étoiles), la mort peut être représentée par une météo menaçante en arrière-plan, le personnage perdant son emploi (ce qui signifie une mort professionnelle), la mort d’un animal domestique, un enterrement sur la route ou une notice nécrologique dans le journal. Le motif de la mort doit être organique à votre histoire. Le symbolisme ne peut jamais être arbitraire (par exemple, l’enterrement devant lequel le personnage passe sur la route doit avoir un rapport avec l’intrigue). Mais le spectre de la mort sera presque toujours, sinon au premier plan, du moins à l’arrière-plan du troisième nœud dramatique.

Comment le troisième nœud dramatique se manifeste-t-il dans les arcs des personnages ?

L’arc de votre personnage dans le troisième nœud dramatique peut se manifester comme suit :

  • Une attaque impitoyable contre une ville innocente (y compris des gens qu’il a appris à aimer) lorsque son frère tente de le tuer. Il choisit d’arrêter littéralement de se battre et de sacrifier sa propre vie pour sauver les autres. (Thor)
  • La découverte que Rochester est déjà marié à une folle et que Jane ne peut rester avec lui que si elle est prête à sacrifier sa liberté spirituelle et morale en devenant sa maîtresse. Elle décide que le prix à payer pour être aimée est trop élevé et s’enfuit. (Jane Eyre)
  • L’électrocution de Tim, suivie de la fuite des rapaces. Le Dr Grant décide de faire tout ce qu’il faut pour protéger les enfants. (Jurassic Park)
  • Le retour de sa mère et de son dernier petit ami violent et leur affirmation que ses oncles sont des voleurs qui lui ont menti sur la façon dont ils sont devenus riches. Il choisit de rejeter les mensonges de sa mère et refuse de révéler où se trouve l’argent. (Le Secret des frères McCann)
  • Les autres jouets d’Andy refusent de l’aider à s’échapper de la chambre de Sid, puis Buzz est attaché à la fusée de Sid. Woody réalise qu’il ne peut pas s’échapper seul et choisit d’admettre que le besoin d’Andy de Woody et Buzz est plus important que sa propre évasion. (Toy Story)
  • Ils réalisent que l’un d’entre eux, Troy, a été capturé par des Irakiens et est torturé. Ils décident de sacrifier la moitié de leur or dans un marché pour obtenir des véhicules et revenir le sauver. (Les Rois du désert)
  • Une trahison de la part d’un des membres du cabinet qui conduit à ce que le beau-frère de Matt soit poignardé. Matt décide qu’il est temps de s’éloigner de la violence et d'emmener sa sœur et son fils en sécurité en Amérique. (Hooligans)
  • La dépression psychotique de son psychiatre. Bob choisit d’écouter les souhaits de la famille et de les quitter, même s’ils ont appris à s’aimer les uns les autres. (Quoi de neuf Bob ?)

Autres exemples du troisième nœud dramatique dans les arcs de personnages

Un conte de Noël de Charles Dickens : Sur le coup de minuit, comme Jacob Marley l’avait prédit, Scrooge est visité par le spectre le plus terrifiant qui soit : le fantôme du Noël futur. L’odeur de la mort est miasmique dans cette section. La mort de Tiny Tim est révélée. Mais, plus important encore, la mort de Scrooge et le traitement impitoyable que lui réservent ses connaissances et les étrangers remplissent le troisième nœud dramatique et la majeure partie du troisième acte. Scrooge voit clairement le coût de son mensonge et décide finalement de renoncer à sa richesse et de vivre le reste de sa vie en honorant Noël « dans son cœur » tout au long de l’année.

Cars réalisé par John Lasseter : Au beau milieu de sa nouvelle amitié avec les habitants de la ville et peut-être de son amour avec Mlle Sally, le troisième nœud dramatique de Flash lui est imposé. Doutant de la sincérité des nouvelles vertus de Flash, Doc a fait appel aux médias. Flash se voit offrir l’échappatoire qu’il recherchait depuis le début. Sa capacité à arriver à temps à sa course décisive est pratiquement emballée pour lui. Mais, au même moment où il est confronté à la prise de conscience que la course pourrait signifier l’abandon de la paix et du bonheur qu’il a trouvés à Radiator Springs, Flash doit suivre son équipe au loin pour la dernière course de l’année.

Questions à poser sur l’arc de votre personnage dans le troisième nœud dramatique

  1. Quel événement et/ou révélation bouleversant transforme le succès apparent de votre personnage en sa pire défaite ?
  2. Comment cette défaite a-t-elle été rendue possible par le refus de votre personnage, jusqu’à présent, de rejeter complètement son mensonge ?
  3. Comment cette défaite oblige-t-elle votre personnage à faire face aux véritables ramifications de son mensonge ?
  4. Comment cette défaite peut-elle offrir au personnage un chemin clair vers la Chose qu’il veut ?
  5. S’il emprunte cette voie, comment cela le forcera-t-il à rejeter la Chose dont il a besoin ?
  6. Comment pouvez-vous mettre en place un choix clair et décidé entre la Chose dont il a besoin et la Chose qu’il veut ?
  7. Laquelle choisira-t-il ?
  8. Comment pouvez-vous représenter littéralement ou symboliquement la mort dans cette scène, afin de renforcer la disparition de l’ancien moi de votre personnage, fondé sur le mensonge ?

À ce stade, vous devriez être en mesure de voir comment les nœuds dramatiques dirigent votre histoire dans les coins de l’arc de votre personnage. Le premier nœud de l’intrigue l’a fait sortir de son monde normal et l’a forcé à commencer à réagir. Le point médian l’a réveillé de ses réactions et l’a guidé vers l’action. Mais cette action n’était, au moins partiellement, qu’une réponse externe. Le personnage passe la deuxième moitié du deuxième acte à agir de la bonne façon (pour la plupart), mais il n’a pas encore tout à fait appris sa leçon. Au fond de lui, il croyait encore qu’il avait plusieurs options possibles, même s’il n’y avait qu’une seule bonne option pour lui dans l’histoire.

Comme vous venez de l’apprendre, c’est pour cela que nous avons besoin du troisième nœud dramatique. Le troisième nœud dramatique supprime toutes ces options et oblige le personnage à être absolument honnête avec lui-même et avec sa situation. Dans le climax à venir, votre protagoniste renaîtra de ses cendres, prêt à se battre depuis un lieu de plénitude intérieure. Le troisième nœud dramatique est le lieu d’où il se lève.

Restez à l’écoute : La prochaine fois, nous parlerons de l’arc de votre personnage dans le troisième acte.

Lire les articles précédents de cette série :

Partie 1 : Pouvez-vous structurer un personnage ?

Partie 2 : Le mensonge auquel croit votre personnage

Partie 3 : La chose que votre personnage veut vs. la chose dont votre personnage a besoin

Partie 4 : Le fantôme de votre personnage

Partie 5 : Le Moment Caractéristique

Partie 6 : le Monde Normal

Partie 7 : Le premier Acte

Partie 8 : Le premier nœud dramatique

Partie 9 : La première moitié du premier acte

Partie 10 : le point médian

Partie 11 : La deuxième moitié du deuxième acte

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Laissez un commentaire