Catégories
Personnages

Créer des arcs de personnages, partie 13 : le troisième acte

Les arcs des personnages du troisième acte ont comme maître -mot : intensité. À l’extérieur de l’histoire, le conflit s’intensifie. Le protagoniste est un train fou qui fonce vers ce qui est devenu une confrontation inévitable avec la force antagoniste. Mais, à l’intérieur, il vacille.

Le troisième nœud dramatique l’a frappé de plein fouet. Quelque chose d’horrible et d’inattendu est sorti de nulle part et l’a assommé. Mais le plus important : cet événement a révélé ses progrès dans son arc de personnage lorsqu’il a eu le réflexe de s'emporter et d’agir selon la Vérité, au lieu de son Mensonge. Ce faisant, il a très bien pu mettre la chose qu’il voulait hors de portée.

Il a fait ce qu’il fallait. Et il l’a fait du plus profond de son âme. Mais maintenant, il doit vivre avec les conséquences. Il a appris à croire en la Vérité – et pourtant, la Vérité a ruiné sa vie. De l’extérieur, le troisième acte consiste à ce que votre personnage se démène pour retrouver son équilibre avant d’affronter l’antagoniste dans le climax. Mais à l’intérieur du personnage, le troisième acte consiste à déterminer s’il veut vraiment servir la Vérité après tout. Cela vaut-il le prix qu’il vient de payer ? S’il veut retourner à sa vie de « sécurité » dans le mensonge, c’est sa dernière chance.

Pour commencer, passons en revue les moments structurels de l’intrigue qui doivent se produire dans le troisième acte :

  • Le troisième acte s’ouvre sur une explosion – le troisième point de l’intrigue.
  • Le troisième acte rassemble tous les personnages (et d’autres pièces importantes, comme les accessoires, à la manière du Faucon maltais).
  • Le troisième acte met fin aux intrigues secondaires.
  • Le troisième acte concrétise les présages.
  • Le troisième acte occupe le dernier quart du livre, commençant vers ou un peu avant les 75 % et se poursuivant jusqu’à la fin.

4 aspects de l’arc de personnage dans le troisième acte

Dans le paysage du troisième acte, nous disposons de quatre panneaux de signalisation importants pour guider notre voyage. À l’exception des aspects du premier et du dernier de ces éléments (qui doivent être placés, respectivement, juste après le troisième nœud dramatique et juste avant le climax), la plupart de ces éléments seront répartis tout au long du troisième acte et évolueront morceau par morceau, plutôt que d’être présentés dans leur intégralité en une seule fois. Comme toujours, le rythme – qui sera nettement plus serré dans cette section – est la considération majeure.

1. Faire monter les enjeux

Après sa prise de conscience déchirante dans le troisième point de l’intrigue, le personnage doit maintenant faire face aux conséquences de cette prise de conscience. Et c’est assez effroyable. Il vient de jeter à la poubelle tout son travail et tous ses progrès vers la chose qu’il veut. Oui, il s’est tenu sur le terrain de la morale. Oui, il a libéré son âme de l’oppression du mensonge. Mais pour l’instant, ce n’est pas une grande consolation.

Le troisième nœud dramatique a planté un couteau dans le dos du personnage. C’est là que vous lui donnez un petit coup de pouce. C’est la suite de votre troisième intrigue, dans laquelle votre personnage réagit aux ravages que la Vérité vient de faire dans sa vie.

Alors pourquoi ne pas rendre les choses encore pires ? Augmentez les enjeux. Si le personnage est émotionnellement malheureux, pourquoi ne pas le rendre physiquement malheureux aussi ? Il vient de voir son meilleur ami se faire tuer ? Parfait. Maintenant, pourquoi ne pas le mettre aussi en fuite pour sauver sa vie ? Dans un blizzard. Avec une balle dans la jambe. Ne lui facilitez pas la tâche pour qu’il arrive à la conclusion qu’agir sur la Vérité était vraiment la meilleure chose qu’il pouvait faire pour lui-même.

Laissez-le se vautrer dans sa misère pendant un moment. Puis faites-le se relever. Le personnage doit choisir entre s’abandonner à sa douleur et se relever pour continuer le combat. Il doit réaliser que le prix qu’il a payé pour obtenir la Chose dont il a besoin valait la peine de souffrir. Il relève le menton et fait face au vent. Il sait qu’il a fait le bon choix, au point qu’il le referait s’il le fallait. Il est maintenant officiellement refait. Cela ne veut pas dire qu’il n’est pas encore brut de décoffrage. Il pourrait encore basculer si quelqu’un le frappe assez fort. Mais, à partir de maintenant, c’est un nouvel homme.

Dans Hooligans, Matt est extrêmement mal à l’aise avec sa décision de laisser derrière lui la violence des firmes de football et d’abandonner ses « potes » au moment où ils partent combattre la firme adverse qui a essayé de tuer son beau-frère. Il sait qu’il est dépassé par les événements cette fois-ci et qu’il doit mettre sa sœur et son neveu en sécurité, mais il ne peut s'empêcher de penser qu’il s’éloigne alors qu’il devrait se battre. Malgré tout, il monte dans la voiture et commence à rouler vers l’aéroport.

2. Maintenir le personnage en déséquilibre

À bien des égards, les événements du troisième point de l’intrigue sont décisifs. Le personnage n’a pas seulement agi sur la Vérité, il l’a revendiquée. Son arc semble être terminé. Mais, en fait, tout le troisième acte consiste à ce qu’il continue à revendiquer la Vérité – pas seulement par réflexe, mais consciemment. Son test final ne viendra pas avant le climax.

La distinction importante ici est que le personnage a affirmé la Vérité, mais qu’il n’a pas encore rejeté le Mensonge à 100%. Il a déjà pris le tournant le plus important de son arc – la Vérité s’élève et le Mensonge s’installe – mais l’ascendant de la Vérité n’est pas encore absolu. Même si le personnage s’adapte à son nouveau paradigme, il continuera à éprouver des doutes tout au long du troisième acte.

Ces doutes empêchent le personnage d’être complètement épanoui ou complètement efficace dans sa nouvelle vie basée sur la Vérité. Il est déséquilibré et malheureux, et n’est toujours pas totalement certain d’avoir fait les bons choix auparavant. L’ironie est que, bien qu’en choisissant la Vérité, il ait ouvert la porte du bonheur et de l’autonomie, il n’a pas encore franchi le seuil de cette porte.

Dans Quoi de neuf Bob ?, Bob convient qu’il serait préférable pour Léo de retourner à New York. Il s’avance courageusement dans la forêt obscure. Mais bien qu’il ait prouvé sa santé mentale à maintes reprises tout au long de la seconde moitié de l’histoire, il est soudainement envahi par des doutes. Il s’abandonne à sa peur et court, en hurlant, jusqu’à la maison du lac.

3. Prouvez le chemin parcouru par le personnage

Votre personnage a peut-être l’impression de ne pas progresser, mais ce n’est pas du tout le cas. Il a fait d’énormes progrès ; la personne qu’il est maintenant est à des kilomètres de celle qu’il était au début dans le monde normal. Vous l’avez déjà prouvé de façon spectaculaire dans le troisième nœud dramatique et vous le prouverez encore une fois dans le climax. Mais vous devez renforcer les changements, de manière plus modeste, tout au long du troisième acte.

L’une des meilleures façons de le faire est de créer un cas où votre personnage peut rejeter le mensonge d’une manière physique. Au milieu de tous les autres drames et traumatismes qui se déroulent, il est généralement préférable de présenter cette situation avec désinvolture, voire avec désinvolture. Dans le film The Kid de Jon Turteltaub, le protagoniste, qui était auparavant un crétin arrogant, demande humblement conseil à un présentateur de journal télévisé local, qu’il avait snobé de façon mémorable dans le premier acte. L’intérêt de la scène réside dans le conseil lui-même, et non dans le fait que le protagoniste était prêt à le demander, et en tant que tel, il renforce la façon dont le personnage a déjà changé sans en faire tout un plat.

Dans Jurassic Park, le Dr Grant démontre son affection nouvelle pour les enfants lorsqu’il les rassure avant de les laisser dans (ce qu’il croit être) la sécurité du hall principal. Il tapote les cheveux statiques de Tim et le taquine en lui disant : « Big Tim, le morceau de pain grillé humain », ce qu’il n’aurait jamais envisagé au début de l’histoire.

4. Renouvelez l’attaque sur le nouveau paradigme du personnage

Avant le climax (qui commence à peu près à la moitié du troisième acte – et dont nous parlerons en détail dans le prochain épisode), le nouveau paradigme de vérité du personnage doit subir un avant-dernier assaut. Dans la plupart des histoires, cette nouvelle attaque sera initiée par un personnage autre que l’antagoniste principal (qui devrait garder ses gros calibres pour le climax lui-même). L’attaque peut venir d’un antagoniste mineur (comme le contagoniste), d’un allié sceptique ou craintif, ou même des doutes intérieurs du personnage.

L’objectif de cette attaque est d’ébranler les doutes du personnage sur la vérité. Le mensonge doit être renforcé en termes convaincants et attrayants. Si le personnage revenait au mensonge, il aurait sûrement plus de chances de gagner la bataille – ou peut-être même de l’éviter complètement. Le personnage secoue la tête, rejetant le mauvais conseil, mais il est tenté. Plus l’attaque est convaincante et plus le risque de rechute du protagoniste est grand, plus la tension sera élevée.

Parfois, cette nouvelle attaque débouchera directement sur la décision finale. Si ce n’est pas le cas, veillez à ne pas trop intensifier l’attaque à ce stade. L’attaque finale et la plus puissante doit venir de l’antagoniste lui-même, au milieu du climax. Cette nouvelle attaque doit logiquement conduire à l’attaque finale du mensonge et au rejet final de ce dernier par le personnage. Faites attention aux besoins du rythme de votre histoire. Parfois, la seule attaque renouvelée que votre histoire pourra soutenir si près du climax est un bref paragraphe ou deux d’un personnage mineur secouant la tête et disant au protagoniste « Es-tu fou ? ».

Dans Jane Eyre, juste avant le climax (au cours duquel elle s’enfuira à Thornfield, craignant pour la vie de Rochester), Jane subit une attaque brutale contre sa nouvelle Vérité. Son cousin et futur mari, St. John Rivers, insiste sur le fait que sa nouvelle vérité est une quête égoïste et sans valeur. Il utilise ses anciennes croyances contre elle pour tenter de la convaincre qu’elle ne peut vivre une vie digne de ce nom que si elle se marie sans amour avec lui et le rejoint comme missionnaire en Inde.

Autres exemples de l’arc du personnage dans le troisième acte

Un conte de Noël de Charles Dickens : La majeure partie du troisième acte de Scrooge est une progression de la scène du troisième nœud dramatique, dans laquelle le terrifiant et silencieux troisième esprit lui montre le sombre avenir qui l’attend. Bien que Scrooge ne court actuellement aucun danger physique, on lui montre un avenir dans lequel il sera non seulement sans ami, mais où il mourra. (Le Christmas Carol de Mickey fait monter les enchères dans cette section en soumettant apparemment le Scrooge du présent, déjà misérable, aux feux de l’enfer lorsqu’il tombe dans sa propre tombe). Scrooge a fait beaucoup de chemin depuis le début de l’histoire, mais il n’est pas encore convaincu que l’argent n’est pas l’élément déterminant de la valeur d’un homme. Dans le troisième acte, il s’agit de prouver au reste du monde que Scrooge n’a aucune valeur, malgré son argent, comme en témoigne la réaction sans cœur de ses voisins à sa mort. Le chagrin de Scrooge face à la mort de Tiny Tim et au chagrin des Cratchits prouve son évolution.

Cars réalisé par John Lasseter : Après avoir été arraché à ses amis à Radiator Springs, sans même avoir pu leur dire au revoir, Flash est un désastre émotionnel. Il est sur le point de participer à la course pour la Piston Cup – la chose qu’il convoite depuis le début du film – mais il n’arrive pas à se concentrer. Il a même du mal à trouver une raison de s’intéresser à cette course décisive. Le rejet de son attitude « solo mio » met en péril ce moment crucial de sa carrière. Il ne comprend pas vraiment ce qui lui arrive, mais il prouve son changement d’attitude en remerciant humblement Mack d’avoir remplacé l’équipe des stands qu’il avait renvoyée. Au moment où la course décisive commence, l’antagoniste Chick Hicks se moque de Flash parce qu’il a perdu sa concentration et raté l’occasion d’amadouer le précieux sponsor Dinoco. Lightning est distrait et prend un départ lent dans la course.

Questions à poser sur l’arc de votre personnage dans le troisième acte

  1. Comment votre personnage réagit-il au troisième nœud dramatique ?
  2. En quoi son adhésion à la vérité a-t-elle bouleversé sa vie et, en particulier, sa poursuite de l’objectif de l’intrigue ?
  3. Comment pouvez-vous faire monter les enchères en le forçant à faire face à des difficultés physiques et émotionnelles ?
  4. Comment ces épreuves obligent-elles votre personnage à reconsidérer si la Vérité est le bon choix pour lui ?
  5. Comment se relève-t-il de ces doutes, déterminé à s’accrocher à la vérité ?
  6. Quels doutes le personnage éprouve-t-il encore au sujet de la Vérité ?
  7. Comment son incapacité à rejeter complètement le Mensonge l'empêche-t-elle d’atteindre le bonheur total et l’autonomie ?
  8. En quoi les attitudes et les actions de votre personnage sont-elles différentes dans le troisième acte de ce qu’elles étaient dans le premier ? Comment pouvez-vous renforcer subtilement cette différence avant le climax ?
  9. Comment la dévotion de votre personnage à la vérité sera-t-elle mise à l’épreuve ? Quel personnage ou quelle situation allez-vous utiliser pour tenter ou intimider votre protagoniste afin qu’il serve à nouveau le mensonge ?

Le troisième acte est l’endroit où nous devons régler les derniers détails. Lorsqu’il s’agit d’arcs de personnages, ces détails incluent la mise à l’épreuve de la dévotion du personnage à la vérité et la démonstration de ses dernières douleurs alors qu’il se débarrasse du mensonge et avance pour affronter son test final dans le climax.

Le troisième acte doit être une section passionnante et pleine de tension de votre histoire. Mais c’est aussi une section très professionnelle, où vous vous concentrez sur la mise en place de toutes les pièces – à la fois le personnage et l’intrigue – pour l’épreuve de force finale. Si vous avez correctement mis en place l’arc de votre personnage dans les 90% précédents de votre histoire, vous aurez déjà tout en place pour une transformation incroyable du personnage dans le climax.

Restez à l’écoute : La prochaine fois, nous parlerons de l’arc de votre personnage dans le climax.

Lire les articles précédents de cette série :

Partie 1 : Pouvez-vous structurer un personnage ?

Partie 2 : Le mensonge auquel croit votre personnage

Partie 3 : La chose que votre personnage veut vs. la chose dont votre personnage a besoin

Partie 4 : Le fantôme de votre personnage

Partie 5 : Le Moment Caractéristique

Partie 6 : le Monde Normal

Partie 7 : Le premier Acte

Partie 8 : Le premier nœud dramatique

Partie 9 : La première moitié du premier acte

Partie 10 : le point médian

Partie 11 : La deuxième moitié du deuxième acte

Partie 12 : Le troisième nœud dramatique

Inscrivez-vous pour recevoir le guide des 7 erreurs des écrivains débutants

Vous recevrez le guide ainsi que de nombreux conseils pour vous aussi écrire des romans à succès

Adresse e-mail non valide
En application du RGPD, vous contrôlez vos données personnelles et vous pouvez vous désisncrire à tout moment. Pas de spam

Par K.M. Weiland

K.M. Weiland est romancière, a écrit plusieurs romans et des livres pratiques sur le métier d’écrivain et l’art de la narration. Son site helpingwritersbecomeauthors.com a reçu plusieurs récompenses, et ses livres Préparez votre roman, Structurez votre roman, Créez des arcs narratifs, Comment structurer les scènes dans vos histoires font partie des livres recommandés aux auteurs qui veulent améliorer la maîtrise de leur discipline.

Une réponse sur « Créer des arcs de personnages, partie 13 : le troisième acte »

Laissez un commentaire